Noms

- Tederic Merger

En graphie alibertine :   (l')Arriu cau

arriu, riu / rivière, ruisseau

Prononcer "arriw".
autre forme, sans le a prosthétique gascon : riu
arrieu (prononcer "arriéou") en luchonnais.
nom de lieu contenant le mot : Saint Michel de Rieufret
dérivés :
arrivet : ruisseau
arrivau : signification exacte à préciser.
arribèra : plaine, large vallée

cau / ravin, petit vallon

Prononcer "càw".
Le mot peut être féminin.
cau peut signifier dans les Landes "ravin, petit vallon" [Palay], et aussi, au moins dans les Landes, "sillon creusé par une charrue" (un peu comme "arrèga").
Le "caulon" ("caouloun"), outil agricole ancien, pourrait venir de là.
Comme adjectif : cave, encaissé


 
 

- Tederic Merger

En graphie alibertine :   (lo) Sautader

Prononcer "(lou) Saoutadé".


 
 

- Tederic Merger

En graphie alibertine :   (lo) Bosigon

Prononcer "(lou) Bouzigou(ng)"...

bosic / ver de terre

Prononcer "bouzik".
ou bodic (prononcer "boudik")

dérivés :
bosigar (prononcer "bouzigà") : chercher les bosics


 
 

- Tederic Merger

En graphie alibertine :   (lo) Comte

Prononcer "(lou) Coumte".

comte / comte

Prononcer "coumte"...


 
 

- Tederic Merger

En graphie alibertine :   (la) Coma lada

coma / combe

Prononcer entre "coume" et "coumo".
Une combe est une sorte de vallon, de dépression.
Les dérivés de "coma" se trouvent dans de nombreux noms propres (Ducomet, Lascoumes...).
En Nord-Gascogne, c’est la forme comba qui prédomine, comme en occitan central.
La forme escoma (escoume...) semble synonyme.
Pour "coma" ("coume" dans la graphie qu’il utilise), Palay donne aussi l’explication (presque inverse) de "colline, monticule".

Le couple comèth/comèra semble un dérivé.

lat / large

féminin : lada
Le mot semble désuet depuis longtemps, mais a formé beaucoup de toponymes (qui se termine en "lat" ou en "lade" dans leur graphie officielle française, comme par exemple Virelade).


 
 

- Tederic Merger

En graphie alibertine :   (lo) Boscaron

Prononcer "(lou) Bouscarou(ng)".

(lo) Boscar
Prononcer "(lou) Bouscà". Peut-être que certains toponymes "Bouscat" sont des (...)

bòsc / bois

Dans le sens de "petite forêt".
Dérivés :
bosquet (prononcer "bousquétt") : bosquet (ce mot français doit être un emprunt à l’occitan)
boscar (prononcer "bouscà") : taillis
boscat (prononcer "bouscatt") : boisé
boscassèr, buscassèir (prononcer "buscassèÿ") : bûcheron
busquèir (prononcer "busquèÿ" - nord-gascon) : bûcher
busquèr, busquèra (prononcer respectivement "busquè", "busquèro"...) : bûcher


 
 

- Tederic Merger

En graphie alibertine :   Curagosset

Dans la série des Curebourse, Pillebourse...


 
 

- Tederic Merger

En graphie alibertine :   Pelissèri

L’appartenance aux noms en -èri est cependant contestable, puisque la racine Pelissèr contient déjà le -èr...
En gascon, ce serait d’ailleurs plutôt Perissèri.

perissa / pelisse, fourrure

perissèr * : pelletier (artisan qui travaille les peaux d’animaux)

* pelissièr en languedocien


 
 

- Tederic Merger

En graphie alibertine :   Panavaca

vaca / vache

Prononcer "baque" ou "baco".
vaquèir (voir le nom "Baquey") ou vaquèr : vacher
vacada (prononcer "bacade") : troupeau de vaches landaises (on dit aussi élevage, ganaderia ou manade)*

*Merci aux Coursayres des Arrigans.

panar / voler (dérober)

Prononcer "panà".


 
 

- Tederic Merger

En graphie alibertine :   Rajalop

lop / loup

masculin : prononcer "loup" en faisant entendre le "p" final.
féminin : loba (prononcer "loube" ou "loubo")

lobèra (prononcer "loubère") : lieu des loups (voir le dictionaire de Vincent Foix) [Max Loubère]

lobatèr, lobatèir :
Palay :
Multidiccionari francés-occitan

loubatè,-re, loubatégn,-o (B.-L.) adj. – Qui est du loup, où il y a des loups- : endrét loubatè, endroit où il y a des loups.
loubatè sm. – Louvetier, chasseur de loups


 
 

- Tederic Merger

En graphie alibertine :   Arrajamau

Prononcer "Arrajomàw".

arrai / rayon

Prononcer "arraï".
variante (nord-gasconne) : rai
dérivés :
arrajada (prononcer entre "arrayade" et "arrayado") ou arraja (prononcer entre "arraye" et "arrayo") : rayonnement
arrajadèr (prononcer entre "arrayadè" ou "arrajadè") :
Multidiccionari francés-occitan
ensoleillé,-e, exposé au soleil [Palay]
arrajar : rayonner, mais aussi « jaillir, couler, ruisseler, fuir »
« E la font d’aigo raiara Tant que lou mounde durara. » [Tresor dóu Felibrige]

MP3 - 38.1 ko
Lo sorelh arraja ende tots.

mau / mal, mauvais

Prononcer "maou", ("aou" étant une diphtongue).
féminin "mauvaise" : mau comme le masculin, ou mala (prononcer entre "malo" et "mala").


 
 

- Tederic Merger

En graphie alibertine :   (l')Estuva

estuva / étuve

Prononcer "estubo, estube"...


 
 

- Tederic Merger

En graphie alibertine :   (l')Estelèra

estela / étoile

Prononcer entre "estéle" et "estelo".


 
 

- Tederic Merger

En graphie alibertine :   Malauton

Prononcer "Malaoutou(ng)"...
malaut + suffixe -on

malaut, malauda / malade

Prononcer respectivement "malàwt", "malàwde"... (masculin, féminin)


 
 

- Tederic Merger

En graphie alibertine :   Horment

hroment, horment / blé, froment

Prononcer approximativement "roumén".

hromendar, hromentar : champ de froment


 
 

- Tederic Merger

En graphie alibertine :   Guilhamonet

Prononcer "Guilhamounétt".

Guilhamon
Prononcer entre "Guiÿamou" et "Guilyamoung".

Guilhem Guilhelma / Guillaume

Comme l’explique J.Tosti, sur son site des noms, "nom de personne d’origine germanique, Willhelm (will = volonté + helm = casque)".

Le troubadour gascon Amaniu de Sescas, dans son "Ensenhamen de la donzela" écrit vers 1280-1290 évoque Guilhelma, fille de Gaston VII Moncade, vicomte de Béarn (1229-1291) :
"Sur l’autre Guilhelma, connue pour être la plus noble, je vous dirai :
la fille de monseigneur Gaston, avec sa belle "manière" a obtenu toutes les bonnes qualités de notre pays.
La Gascogne et son territoire, est grandement illuminée par elle, car sa séduisante personne y est née et y a été élevée."

version originale :
"Altra Guilhelma say pus auta, que.us dirai : la filha d’En Guasto, c’ab sa
bela faiso a tans bos aibs conques de tot nostre paes. Guascuenhe l’encontrada
n’es fort illuminada, car lo sieus cors grazitz y fo natz e noiritz."

[trouvé par Guilhem Pepin dans Giuseppe E. Sansone, Testi
didattico-cortesi di Provenza, Bari, 1977]

Guilhamon (à la française, Guillamon), (dans les anciens écrits béarnais : Guilhamo), Guilhamet, Guilhamòt... sont des dérivés de "Guilhem".


 
 

- Tederic Merger

En graphie alibertine :   Lauroar + (l')Auroar

Prononcer " (l’)Aourouà".

auron, averon / noisetier

Prononcer respectivement "aourou(ng)", "abérou(ng)"...
Pour auron (qu’il écrit "auroû"), Palay donne « aberoû ; nerprun (plante) ».
Or, aberoû est le noisetier ("sauvage", selon Palay, pas nécessairement sauvage pour Lespy).
Le nerprun, lui, est une plante distincte, qui peut - parfois - être assimilée au sanguin (cornouiller). Voir la discussion qui a déjà eu lieu ici. auroar, auroeda...


 
Variante(s) graphique(s) :

Lauroua


 
 

- Tederic Merger

En graphie alibertine :   Cantalèbe

On savait déjà que les loups chantaient (Cantaloup)... les lièvres aussi !

lèbe / lièvre

Attention, ce mot est généralement féminin en gascon : la lèbe.
On nous dit cependant qu’il peut être aussi masculin : lo lèbe.

La forme lèbre, moins gasconne, existe aussi, plutôt sur les marges de Gascogne.

cantar / chanter

Prononcer "canntà".

mots parents :
cant (prononcer "cannt") : chant
cançon (prononcer entre "cansou" et "cansoung") : chanson


 
 

- Tederic Merger

En graphie alibertine :   (la) Busquèra


 
 

- Tederic Merger

En graphie alibertine :   L'Autan


 
 

Sommaire Articles