Lòcs (toponymie, paysage...)

Còr de Comenge Pyrénées

Saint-André

La Petite Broquère

Une vielle borde, tombée à l’état de grange et récemment et bellement restaurée en maison d’habitation.

prepausat per Gerard Saint-Gaudens ;

 

 
Gascogne toulousaine

Laréole

En Jenbois

Le nom :
FANTOIR : Engenbois
En et Na particules honorifiques (texte d’Ernest Nègre numérisé)

En est bien sûr la particule honorifique, et Jenbois logiquement un nom de famille. Il ne semble pourtant guère présent dans le secteur, même en cherchant des variantes graphiques.
Jeanbois est par contre très courant en France d’oïl.
Le toponyme Jeanbois existe à Trentels, en Agenais guyennais.
Pas de certitude sur ce nom, qui cache peut-être quelque chose... quelque chose de gascon, même, sait-on jamais ?

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Albret néracais Armagnac & Condomois Gascogne médiane

Lannes

Enferrus
En Herrús

en graphie alibertine :

(lo) Herrús
La toponymie gasconne a des Herrus, mais aussi "Le Herrus" ou "Au Herrus", (...)

En Herrús

Herrus et Ferrus apparaissent ici et là dans la toponymie gasconne. Le second apparait surtout dans la marge orientale, mais aussi hors Gascogne jusque dans les Alpes.
"En" est sans doute la particule honorifique précédant un nom de personne.
En et Na particules honorifiques (texte d’Ernest Nègre numérisé)

On peut donc penser que Herrus est un nom de personne. Origine à trouver !

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Bazadais Clocher-mur

Bourdelles

La cale, un pêcheur, et une barque nommée COULAC
La cala, un pescaire, e... un colac / La cale, un pescaÿre, e... un coulac

colac = alose

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Grande Lande / Lanegrand Pays negue Landes de Gascogne

Saugnac-et-Muret / Saunhac e lo Muret

Barat Charchey
Varat de Charchèir

en graphie alibertine :

(lo) Varat
Prononcer "(lou) Baratt".

varat, varada / fossé

Prononcer respectivement "barat", "barade"...

varadar, avaradar (baradà, abaradà) : entourer de fossés

A propos des varats landais, Gilles Granereau, de l’ONF, nous explique :
"en gros, pour limiter les problèmes d’humidité, mais aussi pour délimiter les propriétés, on creusait des fossés (barat, barradeau...) ;
les déblais étaient mis sur la bordure et constituaient la dougue (ou douve, ou tempe - mot que je ne connaissais pas), plus ou moins large.
C’est sur cette dougue que l’on pouvait établir une haie (les aubépines, par exemple étaient largement utilisées, car, outre leur rôle défensif (contre les bestiaux), elles étaient employées comme porte-greffes pour les fruitiers).
Cette haie protégeait par ailleurs les fruitiers (ou parfois la vigne) qui étaient placés parallèlement.
A l’intérieur de cette zone close et assainie par les fossés, et protégées par les fruitiers et haies, on pouvait établir des cultures céréalières en général."

Un contributeur géomètre nous dit :
"Les fameux baradeaux simples ou doubles entouraient bien les prés ou terres pour, d’une part, assainir, et, ensuite, couper les racines de la forêt qui auraient tendance à aller dans le sous sol des terres.
De ce fait les baradeaux dans leur ensemble appartenaient au propriétaire terrien et non au sylviculteur.
J’explique cela dans mes bornages, mais j’aurais aimé trouver des textes ou schémas pour leur mettre sous les yeux."

Remarque [2021] :
La provenance gasconne du mot utilisé en français "baradeau" n’est pas claire. Ce dernier est d’ailleurs associé par des sites d’étymologie au verbe barrer.
Le nom de famille Baradeau est poitevin.
On ne trouve guère de Baradeau en onomastique gasconne, ni de baradèu ou baradèou dans les textes...

dérivés :
varadèr : creuseur de "varats"
minjar com un varadèr : manger... beaucoup
varada (prononcer entre "barade" et "barado") : féminin de "varat" ; correspond au mot français "vallée", mais le sens gascon était-il "vallée" ou "fossé", ou entre les deux ?

JPEG - 8.2 ko
Luz Saint Sauveur - Rue dets Barats
Bizarre ces noms de rues moitié français ("rue") moitié gascons qu’on trouve à Luz.
Mais surtout ne touchez à rien si c’est pour uniformiser en français !
En gascon, on peut, sur le modèle de la rue voisine "Bio d’era Moulo" (tout en gascon, elle), imaginer "Bio dets Barats" (Via deths Varats).
La graphie alibertine passerait peut-être auprès des autochtones, mais les estrangèrs prononceraient les "V" "V"...
Je trouve aussi que le dessin de la plaque et des lettres rend bien.
Tederic M.

OpenStreetMap : Varat de Charchèir (sic, donc en graphie alibertine !), allée de Cherchey
IGN : Barat Charchey

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Grande Lande / Lanegrand Pays negue Landes de Gascogne

Saugnac-et-Muret / Saunhac e lo Muret

Ruisseau de Lagarrabosse
Arriu de Lagarrabòssa / Arriw de Legarrabòsse

en graphie alibertine :

Garrabòs
garraba (métathèse de "gavarra") + suffixe vascon "òs" ? Ou plutôt, à (...)

gavarra / ajonc d'Europe

Prononcer entre "gabarre, gaouarre, gabarro, gaouarro...".
toja = "ajonc nain" segon lo diccionari de la Civada.
Que sembla que ’quera planta s’aja dat lo nom au Gavardan ("Gabardan") e a la vila de Gavarret ("Gabarret") en las Lanas.
Un pegòt de noste disó : "Que lo cuu e’t pèla e qu’i creish gavarras entà har palomèras !"
pais = Tursan, Armanhac, Gavardan (solide)
[Vincenç]

A rapprocher du basque gaparra (roncier).

dérivé :
gavarrar (prononcer "gawarrà" ou "gabarrà") : lòc plantat de gavarra

Gavarra hlorida
Qu’èra lo 31 de genèr de 2014, pas lonh d’As Toupiès, comuna d’Ambrus.
Tederic M.

garrabosta / terrain inculte, tige de chêne rabougri

« garrabousto (Gers) sf. A Barran (Auch) désignait jadis un terrain inculte [Palay]
Multidiccionari francés-occitan

GARABOUSTO, GARRABOUSTO, f. S. f. Tige de chêne rabougri, en Gascogne [Tresor dóu Felibrige)]
garraboustà,-te (Mt) s. Bois fourré ordinairement sur un flanc de montagne. »
En graphie alibertine : garraboustà = garrabostar (avec le suffixe -ar habituel pour une pièce recouverte d’une espèce botanique)

OpenStreetMap : Arriu de Lagarrabòssa (sic, donc en graphie alibertine !)

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Queyran Gascogne médiane Tonneinquais

Puch-d'Agenais

La Flèche

On le voit difficilement sur la photo, mais il semble bien y avoir des colombages, ce qui dit que la maison est assez ancienne.

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Queyran Esprit Bastide Gascogne médiane

Damazan

Bagnoque

Damazan - Petit Bagnoque

 

 
Rive droite gasconne Gascogne médiane Tonneinquais

Clairac

Rue Porte Pinte

La maison ci-dessous est à la fois place du Fort et rue Porte Pinte (celle-ci la longe à droite), mais sur le Cadastre napoléonien, elle était seulement rue Porte Pinte, parce que la place du Fort n’avait pas encore été augmentée par la destruction d’un pâté de maisons.


 

 
Bazadais Graves & Cernès Pays negue Landes de Gascogne

Saint-Symphorien

Tanon

en graphie alibertine :

Tanon
Prononcer "Tanou(ng)"... On devine que c’est l’aphérèse d’un hypocoristique (...)

Jouanhaut (33), maison de Tanon où habitaient les demoiselles Desbarrot.


 

 

Sommaire Articles