Mots

- VERDIER Gilles

lo shagat de la Blinga

français : l'abat d'eau de la fête patronale de Saint Sever de Rustan

Il pleut à verse ! oui mais pas encore... [remarque faite après une sécheresse remarquable, l’été 2022)]

A Saint Sever de Rustan (65), on attend chaque année « lo shagat de la Blinga ».


La Vlinga [la ‘Blingo].

La fête patronale du Village (la Blinga) étant le premier dimanche d’août, c’est la période la plus sèche de l’année et il y a d’ordinaire de gros orages de chaleur qui éclatent : ces abats d’eau sont appelés en gascon de la Bigorre des « shagats ».
Mais cette année, on attend encore « lo shagat de la Bliga »…. et les maïs sont grillés.
Ua shagatada : forte pluie
Shagatar : pleuvoir fort.
Etymologie.
Joan Corominas remonte à un mot latin : « sagitta » = la flèche, qui ne semble pas être un mot indo-européen (étrusque ?)
Il met en parallèle, le provençal et le languedocien « sagatar » = égorger avec une lame tranchante. « Una sagatada » = un coup de couteau. Mais aussi « un sagat » = une pousse, un drageon (qui pousse vite) et « sagatar » = couper les drageons.
Pour le gascon.
« Ua shagata » : ce mot gascon du Val d’Aran signifie « étincelle, flammèche ». On a donc l’idée de quelque chose de brillant qui arrive vite !
Un eishagat/eishagatar : une éclaboussure/éclabousser vers Saint Gaudens.
Puis, de l’idée d’éclabousser, le gascon de la Bigorre et du Béarn est passé à la forte pluie : Un shagat/shagatar.

A noter qu’on a en gascon une autre série de mots très proches phonétiquement mais avec une étymologie probablement différente :
Un eishalagat/eishalagatar : une forte pluie/pleuvoir fort.
« Un eishalavat/uaeishalavada » : un déluge.
« ua eishalabatada » : un fort coup de vent.


 

- Tederic Merger

talhadís

français : taillis

Noms damb "talhadís" :


 

- Tederic Merger

deuta

français : dette

Pron. déwto, déwte...

Noms damb "deuta" :


 

- Tederic Merger

pilar

français : piler

Noms damb "pilar" :


 

- Tederic Merger

he

français : foi

 

devèrzer

français : digérer

Pron. "débèrze"...

En parlant plutôt d’un animal... : Aquet aucat n’a pas déberzut.
V.FOIX cite ”débése’ pour le même objet.
[Francis Marsan]


 

- Tederic Merger

mestivèir

français : moissonneur, métivier

Palay :
Multidiccionari francés-occitan

« mestibèy, mestibè,-tiuèy (L.) sm. – Moissonneur, métivier. »

Noms damb "mestivèir" :


 

- Tederic Merger

biscarrar

français : tondre les brebis

Palay :
Multidiccionari francés-occitan

« biscarrà (L.) v. – Tondre les brebis. »


 

- Tederic Merger

mensongèr

français : mensonger

Pron. "Ménsounjè".

Noms damb "mensongèr" :


 

- Tederic Merger

mòro

français : maure

Pron. "mòrou" (accent tonique sur mo).


 

- Tederic Merger

cascarra

français : boule de poil et de bouse, chêne-vert

Pron. : "cascàrro, cascarre"...
Palay :
Multidiccionari francés-occitan

« cascare. En B.-L.* agglomération en boules de poil et de bouse qui se forme sur le cuir des bêtes dont la litière est mal entretenue. Conf. avec cascaròt. En L. chêne-vert. »
La première définition rappelle cosquerilha. cosquerilha = boulette de caca sec sur l’arrière train et la queue du bétail
La seconde (chêne-vert) est plus acceptable en toponymie.

* Dans le dictionnaire de Palay, "B.-L." signifie Barège et Lavedan, "L." signifie Landes.


 
 

- Tederic Merger

quate

français : quatre

Prononcer "kwate".


 

- Tederic Merger

segrat, sagrat

français : cimetière, (lieu) sacré

Noms damb "segrat, sagrat" :


 

- Tederic Merger

bolòi

français : rouge-gorge

Palay :
Multidiccionari francés-occitan

« bouloch, boulotch (L.) sm. – Rouge-gorge. V. auquit, gòlis, pitray »

Quelle peut être la graphie alibertine pour ce "bouloch, boulotch" écrit "bouloy" à Ondres ?


 

- Tederic Merger

parrac

français : passereau, moineau

Tresor dóu Felibrige :
Multidiccionari francés-occitan

« PARRAT, PARAT APARRAT PARRAC PERRUTE (bord.), s. m. Passereau, moineau, en Gascogne et Querci »


 

- Tederic Merger

peglèr

français : ouvrier qui fabrique la pègle

Palay :
Multidiccionari francés-occitan

« peglè (L.) sm. – Ouvrier qui fabrique la pègle »

Wiktionnaire :
pègle : (Hapax) Pègue, poix, dans les Landes


 

- Tederic Merger

verdon

français : verdier

Palay :
Multidiccionari francés-occitan

« bardoû (G.M.) sm. – Verdier, oiseau. V. berdoû. »

verdier = verdet


 

- Tederic Merger

tutèra

français : caverne, tuyau

Forme féminine de tutèth. tutèth = goulot d’une bouteille

Palay :
Multidiccionari francés-occitan

- tutère sf. – Grande tute, caverne, repaire ; la tutère de l’ours, le repaire de l’ours.
 tutère sf. – Tuyau, goulot plus gros que le tutèt.

Noms damb "tutèra" :


 

- Tederic Merger

vintanèr, vintenèr

français : vingtainier

Palay :
Multidiccionari francés-occitan

« bintanè,-tenè sf. – « Vingtainier » chef d’une troupe de 20 hommes. »


 

- Tederic Merger

trabuc

français : faux pas, accident, obstacle

Noms damb "trabuc" :


 

- VERDIER Gilles

esporbilh, estorbilh

français : tourbillon

...ça tourbillonne...

Origine de deux mots signifiant en gascon "tourbillon".

Parmi le grand nombre de termes gascons voulant dire « tourbillon de vent qui fait voler la paille et la poussière en été » *, deux s’entendent dans les Hautes-Pyrénées à quelques kilomètres de distance :
1. Un esporbilh [echpour’bily] : c’est le mot des coteaux du Rustan et d’une grande partie du Gers.
L’estiu, qu’òm pòt véjer de clar en clar esporbilhs peus camps…
On trouve avec le même sens de « tourbillon de vent » :
Aragonais : « revolvín ».
Portugais : « polborinho »
Dans le gascon de la Val d’Aran, on a un mot de la même famille qui signifie tourbillon de neige et même avalanche produite par le vent : « eth pobilh »
.
Etymologie :
Tous ces mots proviennent du latin « pulvis » = poussière et de son diminutif « pulvisculus » = fine poussière.
A noter que que le -r- de « esporbilh » provient d’une contamination avec le mot suivant…

2. Un estorbilh [estour’bily] : c’est le mot qu’on entend à partir de Maubourguet et vers les Landes
Etymologie : Ce mot vient directement du latin « turbo -binis » qui a le sens de tourbillon de vent.

Pour les gens, l’esporbilh ou l’estorbilh est toujours présage de beau temps…

Deux mots désignant le même phénomène, phonétiquement très proches mais venant de deux mots latins différents.

* Escobilhèr, estaret, vent holet, arremolin…


 

- Tederic Merger

tonedor

français : tondeur

Pron. "tounédou", "tounedou". tóner = tondre


 

- Tederic Merger

rondèu

français : rondeau

Prononcer "roundèw".


 

- Tederic Merger

crapaut

français : crapaud

Pron. "crapàwt".


 

- Tederic Merger

ahar

français : affaire

Pron. "ahà".


 

- VERDIER Gilles

embabular, embabiolar

français : embobiner

Une fake news... ça t’embabule..!

Embabular... du latin presque pur...

Aqueth badau, qu’ei embabulat peu prumèr vengut.
Ce niait, il est embobiné par le premier venu…

Saint-Sever-de-Rustan

A Saint Sever de Rustan (65), ce verbe « embabular [embabu’la] » veut dire charmer, embobiner par de belles paroles.
Il est donné par Palay comme un mot du Médoc ! Il est pourtant employé dans les côteaux de Bigorre et l’Astarac. En Béarn, on dit plutôt « embabiolar ».

Propositions de traduction en gascon :

  • Produire une fake news : "embabular"
  • être victime d’une f.n. : "éster embabulat".
  • une f.n. : "un embabulatge..."
    ...et on va voir que c’est du latin pur…

Etymologie.

L’origine lointaine est la racine indoeuropéenne *Bab, onomatopéique, qui indique le mouvement des lèvres, le babil des enfants…

  • En allemand, on a de la même origine le verbe « zu Babbeln » = babiller.
  • En anglais « to babble » = babiller.
  • En latin, deux mots et deux sens entremêlés : « baba » = babil mais aussi la bave… et « babulus » = hableur, enjoleur : c’est celui qui utilise ses lèvres avec des paroles…qu’on ne comprend souvent pas, pour embobiner.
  • En français on a « babiller, babine, babouin (singe à grosses lèvres, mais aussi sot jusqu’au XVI), bave mais aussi embabouiner (embobiner par la parole) et sûrement bobard... »
  • En castillan : entre autres mots, il y a le terme linguistique « el bable » = nom de la langue asturienne, langage inaudible pour un castillan !
  • En occitan languedocien, on a tous les mots relatifs à la bave : « la bava, bavaire, bavar, bavarèl » etc… et aussi : « babina » = grosse lèvre, « baboïn » = marmot, épouvantail, et les mots : « embabiar/embabinar/embaboinar » : charmer, enjôler (comme un « babulus »...)
  • Enfin en gascon, on a aussi tous les mots relatifs à la bave : « la bava, la bavassa, bavassar, bavassut » etc… mais aussi les mots apparentés directement au latin « babulus » : « embabular/embabiolar, embabulatge ».

 

- Tederic Merger

macip

français : garçon, fille (mineur(e))

En languedocien : mancip
Quelqu’un qui n’est plus mineur est é-mancip-é !


 

- Tederic Merger

ostessa

français : hôtesse

Prononcer "oustesse"...


 

- VERDIER Gilles

ganholar

français : émettre des petits jappements plaintifs (de la part d'un chien)


Clessar e ganholar... quina vita de can !

Ganholar [gagnou’la] : émettre des petits jappements plaintifs pour un chien.

Etymologie. C’est un verbe gascon très connu.
On le retrouve en catalan sous trois formes : ganyolar, guinyolar et grinyolar.
Tous ces mots viennent du latin « gannio-ire » qui voulait dire « japper », le terme « gannitus » voulant dire le gémissement des petits chiens.
Donc du latin pur...


 

Sommaire Articles