Chalosse-Tursan

Mouscardès


 

 

 

 

 

Grans de sau

  • Toponyme énigmatique à rapprocher de Mouscardès à Gamarde (40), Mouscardet à Monlezun d’Armagnac (32) et Mouscardis à La Bastide-Clairence (64), le dernier lieu-dit n’étant pas en zone bascophone contrairement à ce qu’affirme BBF.
    Reste que Muscarditz est un patronyme basque.

    Quelle piste envisager ? Mouscardès n’apparait pas dans le Cartulaire de Dax, la seule paroisse à laquelle identifier le village d’aujourd’hui est "Sancta Maria de Mut". S’il s’avère que le nom est récent, on peut plus facilement envisager une hypothèse romane, un dérivé de "mosca" évidemment au sens de mouche, taon, d’autant plus que "moscard" signifie "attrape-mouche" (probablement l’origine des toponymes guyennais "Le Mouscard").

    Reste que l’existence de Mouscardis en zone charnégou pose problème et laisse entendre une formation qui serait Muskarditz(e). "musko" en basque signifie sommet.

  • Evidemment, on ne peut pas tout à fait écarter une hypothèse basque (notamment le terme moskor), reste qu’à mon sens, Muscarditz est un patronyme probablement originaire de la zone charnégou, peut-être de La Bastide-Clairence, qu’il indique la provenance du "colon" et que le patronyme a été rebasquisé quand il s’est étendu aux villages bascophones voisins.

    La comparaison avec les zones d’oïl est intéressante, or il s’avère que "La Mouchardière" est un toponyme fréquent. Donc aussi surprenant que cela puisse paraître, il est très vraisemblable que Mouscardès soit un lien où il y a des mouches.
    Cf aussi Moscardero en Uruguay et Moscardón en Aragon.

  • Mut persiste comme nom de lieu de Mouscardès : c’est Mouet, un peu plus haut sur la hauteur. "Moet" semble être resté longtemps le nom de la paroisse.

    Une recherche sur Google Books laisse entrevoir un lieu-dit "Moscarders" dans la diocèse de Dax, probablement la commune actuelle, auquel cas il faut écrire Moscardèrs.
    L’abbé Foix atteste aussi que Mouscardès se prononce avec e ouvert en finale.

  • Le basque connaît aussi "musker", "vert, poire verte".
    Suivi d’u suffixe à sifflante (-itz ou -etz), un étymon comme Muskerritz (ou Muskerretz) aurait pu se réduire par dissimilation à Muskerditz (ou Muskerdetz), qui sont proches du Mouscardis et Mouscardés actuels.

  • Parfaitement : la dissimilation de rr en rd est très classique dans les étymons basques.

    J’ignorais l’existence du terme basque que tu mentionnes. Il semble qu’il sert à désigner également le lézard, il y a donc quelque chose autour de la couleur verte.

    Il faudrait vérifier si l’attestation "moscarders" est authentique. Je reste plutôt sur une hypothèse romane.

    Il est vrai qu’on attendrait des lieux-dits "Mouscardié" en Languedoc et Provence. On trouve des lieux-dits "La Mouchardie" en Périgord, mais il peut s’agir de formations sur le patronyme Mouchard, dont certains auteurs font une variante de Mussard.

  • D’après S.Palay :
    mouscardè,-re ;adj.qui attire les taons.N. de l. V. Mouscardès.
    Après bien sûr on peut-essayer d’aller chercher plus loin.....

  • Il faut bien avouer que pour un toponyme, un adjectif tel quel pose problème, surtout au pluriel.

    Non loin cependant, il y a Pomarez, attesté Pomarers dans le cartulaire de Dax.


Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document