Notre région, c’est la Gascogne !


Lengue nouste

Banèras

Grans de sau

  • Lexico_Francese-Gascon
    Lexic Francés-Gascon Gascon-Francés pro ben hèit e complet

  • ’parrat’ venria de ’pardath’ (se ditz en quauque parçan ?) (cat. pardal), coma avèm mardan/marran, gavardera/gavarrera...

    http://ifc.dpz.es/recursos/publicaciones/04/71/03carrascal.pdf

  • Je ne suis pas sûr que les gasconhautes aient tous repéré les contributions de J.L.Massoure à la question de la place du gascon dans l’ensemble occitano-roman (et de l’aquitano-roman) l’an passé .Je suggère de les lire dans
    domaine-gascon.wifeo.com/langue.php
    J.L.Massoure y établit de la façon la plus nette et la plus tranquille – rien de polémique là-dedans -la place du gascon comme langue distincte à côté du catalan et de l’occitan dans la même famille linguistique . A mes yeux cela règle la question sans conteste mais bien sûr pas celle de la manière dont ces langues sœurs minorées ou minoritaires ,comme on voudra,peuvent au mieux collaborer ensemble en unissant leurs faibles moyens. Cette question –là reste entière et …urgente !

    • Que J.L. Massoure place de la façon la plus nette et la plus tranquille le gascon comme langue distincte à côté du catalan et de l’occitan, c’est un fait.
      Mais il ne faudrait pas croire qu’il ait fait preuve d’innovation dans le domaine linguistique, comme semble penser Gérard Saint-Gaudens. Il y a belle lurette que cette opinion a été partagée par la plupart ce ceux qui, érudits ou non, se sont penchés sur le cas du gascon.
      Bien sûr, ce point de vue, que je partage depuis déjà plus d’un bon quart de siècle, n’est pas entièrement dénué de toute impartialité, les concepts de "langue" et de "dialecte" étant relatifs et polysémiques, et donc sujets à toutes les interprétations idéologiques possibles et imaginables. A moins de considérer qu’une langue est un idiome officiel, normalisé, doté d’une grammaire unique et consensuelle, ce qui est, après tout l’opinion du citoyen lambda.

    • Vu sur le net le dernier ouvrage de Jean-Louis Massoure sur le gascon haut-pyrénéen.

      JPEG - 21.3 ko
  • Bonjour

    je suis en train d´écrire un petit texte sur le mot Magon (’peine’ ’grande tristesse’), present dans beaucoup de langues ou "dialectes" du Nord d´Italie.

    Je n´ai trouvé rien de semblable dans la/les langue d´òc, sauf le gascon magolent (voyez par example le livre L’oeuvre de Pey de Garros, poète gascon du XVIe siècle) .

    Est-ce que vous connaisez le mot gascon et y voyez une correspondence avec magon ?

    moltes gràcies. Merci hèra

  • connaitre la traduction du mot PEYNADE
    je viens d’acheter une maison qui porte ce nom.
    certain me disent qu’il pourrait signifier le nom d’une ancienne ferme avec une bonne terre SANS PIERRE - pey nada.
    pour d’autres, il s’agirait d’une ancienne maison de cagots (sans pied, lépreux) d’autant qu’il semblerai que nous soyons sur un lieu dit le "haut chrestian" , qui pourrait designer le nom de cagot ?
    merci

    • Peynade ne peut pas signifier "sans pierres" (chens peyres) ni "sans pieds" (chens pès). Par contre, le Haut Chrestian pourrait bien désigner un cagot. Pour en revenir à Peynade, on peut y voir un composé Pey Nade (Pierre + nom de famille ou surnom... mais lequel ?). Ou bien un participe passé en -ade (ce serait alors un surnom d’habitant ?) ; ou peut-être un dérivé de péne "montagne" avec un "y" adventice, mais cela dépend où est la maison bien sûr... Enfin, c’est peut-être la déformation d’un tout autre nom.

    • Est ce que cela ne pourrait pas avoir un rapport avec "nadar" nager. On dit bien "nager comme une pierre", "nadà coum û calhàu". Ou surnager, à savoir "pierre qui emmerge".
      Cette pierre là était peut-être nageuse, ou roulait au fil de l’eau.....
      Pèy est aussi employé je crois comme le prénom Pierre. Ce pourrait alors avoir un rapport avec Pierre le nageur.
      Mais je m’égare peut-être...

    • Je souscris à la réponse de Gaby.
      Je verrais assez bien une erreur à partir de "Peyrade".
      Pour répondre à ce genre de demande, il faut savoir où est le lieu concerné, dans quelle commune !
      Dans le cas présent, la référence à "Chrestian" fait supposer que Peynade est plutôt vers le sud-ouest de la Gascogne.
      Je vois "Peynadet" bien loin de là, hors Gascogne, près de Mussidan...

    • Jou, pr’experiéncia dab l’Ostau Comengés, qu’entèni soubriquets de maisoûns quasi cada journ : e bè, plân souvent, ne pòden pas endoubinar d’oun vèn ! Ací, que puyré estar, tabè, un shafre dat pramou d’un ahar perdut en lou tèms...
      Ua desfourmacioûn, n’i crey pas briga.
      Après "Crestian" que pot estar en Gascounha Orientau tabè, dounc...

  • Pas facile de lutter contre les FESTAYRES ! Même en pleine Gascogne !

    JPEG - 140.6 ko
  • "Côté Toulouse" enfonce le clou sur son site ce matin.
    On y apprend comment parler à Toulouse quand on s’y installe et qu’"Adiou" est employé par les vieux, pardon, par les "anciens du Sud-Ouest" pour dire bonjour.
    La métropolisation est non seulement en route mais à l’oeuvre.
    http://actu.cotetoulouse.fr/boudu-con-te-chocolatine-top-15-des-expressions-que-vous-entendrez-forcement-a-toulouse_17333/

  • Adishatz, que dau ací junt un extrèit deu jornau l’Express :

    "Les amoureux des langues régionales mécontents

    Cette tactique, évidemment, a un gros défaut. En bloquant le texte, les sénateurs de droite mécontentent les amoureux des langues régionales, qui se recrutent aussi dans leur camp. On souhaite notamment bien du plaisir à des élus comme Jean-Pierre Grand (Hérault), Pierre Médevielle (Haute-Garonne), René Danesi et Catherine Troendlé (Haut-Rhin), Fabienne Keller (Bas-Rhin) ou Michel Vaspart (Côte d’Armor). Elus dans des régions où l’attachement à la langue historique est encore fort, ils risquent d’avoir bien du mal à expliquer leur vote. Et ce n’est pas le dépôt, dans le même temps, d’une proposition de loi bâclée visant à "promouvoir les langues régionales" qui modifiera la donne.

    Voilà comment le Sénat, autoproclamé "chambre des territoires", a fini par s’opposer à une charte qui cherche à défendre les langues parlées historiquement sur nos territoires. Une contradiction de plus."

    Que constati l’aire de Paris qu’a acomanat lo jacobinisme au noste senator locau.

    Aquesta vòte deu senat qu’ei lo rebat de la prauba situacion ideologica deu noste país. França, de mes en mes hredolida, que demòra engorgada en ideologias passadistas airetadas de la 3au republica e deu colonialisma.

    Miaça de l’unitat nacionau, arreplec comunautari, tornar tà l’èra medievau, pòrta auberta a l’enrasigament de l’arabe en noste país... Tots los arguments costumèrs e provassuts que son estats segotits com espavents entà hòragetar aquesta carta de las lengas minoritàrias. E aquò mercés a la dreta majoritària au senat, mes tanben a l’esquerra sosmaca qui a suenhosament previst de tratar aqueste subjècte solament adara. Perqué n’at a pas volut hèr quan avèva la majoritat au senat, au començar deu mandat de HOLLANDE ? Mistèri politician...
    Uei qu’afirmi aquerò : que soi percebut com un Francés de seconda zòna. Lo mié nom de familha qu’ei gascon, la mia maison soca qu’a tanben un nom gascon et que parli aquesta lenga correntament. Que devi doncas concludir, qu’au semblar d’aqueste brabe monde elegit, que soi lo piròc (lo gèrme) d’ua calamitat qui pòt miar a la disparida de França.

    1° Comunautarisme : uei lo dia, los defensors de las lengas minoritàrias, gessits per la màger part de la classa mejana cultivada, e’s vòlen extréger deu monde globalisat e víver sonque dab gent deus loés clans etnics ? Que m’estoneré hòrt ; lo multilingüisme qu’aubrèish meslèu l’esperit.
    2° Separatisme : regions de qui an embejas d’independéncia e atenen pacientament la carta de las lengas regionaus avant de mautar ? A maugrat deu sué jacobisme exarcerbat França n’ei pas estada eishenja de moviments separatistes... Ne cau pas mesclar nèciament la diversitat linguistica e lo separatisme. Quau que sia, n’i aurà pas james un país per cada entitat linguistica.
    3° Concurréncia de l’arabe sus francés en las ciutats ? La carta de la lengas minoritàrias non balha pas drets a la lengas d’importacion. Alavetz, perqué segotir aqueste espaurugalh ? A despart deu subjècte, au lòc de crànher com garias espauridas los locutors arabes de nosta, perque ne pas vése’us com ua oportunitat entà enhortir ligams economics dab lo Magreb ?
    4° Tot lo monde qu’a la possibilitat d’aprénguer ua lenga de França. E cau anar mes lonh ? Que pensi que tiò. Sense estatut oficiau hòrt e protector, ua lenga minoritària non pòt pas subervíver en un monde on la ruralitat n’existeish pas mes, on la populacion ei mesclada, on l’esphèra familiau ei esbrigalhada.

    França que travèrsa ua gran crisi identitària pramor que s’arrapa a brancas querradas dempuish longtemps. Que se’n va temps de hèr lo doù deu centralisme parisenc, de l’esperit colonialista deu segle XIXau. Lo monde qu’ei en plea mutacion, e no’ns va pas esperar. Ideologicament qu’èm endarrerats, e las nostas pòurs que son sovent caricaturaus. La pòur de las lengas de França que’m hèr pensar a las istòrias de lops deus nostes ajòus.
    Capvath la reflexion sus la carta de las lengas minoritàrias, los politicians qu’an perpetuat ua vision hèra estreta de la nosta republica. Bèth dia, que calerà totun que’s pausan aunestament ua question essenciau : e son vertadèrament lo votz deu pòble francés o los instrumentistas d’un sistèma ermetic sense ligam dab los ciutadans deu noste país (dens la loa diversitat) ? Quantas personas e’s senteishen uei lo dia ua fervor entà sosténguer un partit politic ? Ça’m-par chic de monde. N’ei pas estonable quan vesem quin son tratadas questions com aquesta. E sustot quan comprenguem l’essenciau deus programas de la dreta e de l’esquèrra tradicionaus qu’ei de mobilisar sonque tà hèr empach au front nacionau.

    Un còp de mes, que devem constatar que ne cau pas aténer gran causa de las institucions nacionaus esclerosadas tà çò qui pertòca la nosta cultura. Alavètz hèm còrda au noste nivèu, sostenguem lo monde associatiu de qui defen la nosta causa, en hèr abstraccion deus clivatges politics airetats deu passat.

  • que veut dire "la Teulère" ? c’est le nom d’un quartier près de PAU

  • Ce n’est pas pour devenir écrivain qu’on écrit.
    C’est pour rejoindre en silence cet amour qui
    manque à tout amour.
    Christian Bobin -La part manquante-
    Rêveries de Manon
    Elle voulait un mari, mignon et sans reproche
    qui aille dans sa poche, un tout petit mari,
    elle le voulait petit, mignon et bien gentil
    mais, comme son papa, surtout ne grogne pas.
    Elle l’a eut son mari, mignon et sans reproche
    qui allait dans sa poche, elle ne le savait pas.
    Comme son grand-papa, il n’était jamais là,
    pour soulager sa peine ou son kolestéra.
    Il s’en allait joyeux pour des courses lointaines
    bercé par le grand Vent dans le mât de misaine.
    Ohé ! Ohé matelot, ton bateau flotte sur les eaux
    Ohé ! Ohé matelot, ton bateau surfe avec les flots.
    - il y en a même qui disent qu’ils l’ont vu voler -
    là-bas dans les étoiles, du beau Ciel occitan,
    ou l’on parle en chantant : allaa el wakbar !

  • Traduction en français pour : dab aco n’embéji pas arré
    merci

  • A véder lo bon reportatge a Mesòs , Lanas, en Viure al País, entà entèner çò qu’es lo parlar negue.
    A véder tabé lo d’avant en le montanha bigordana.

    Entà cambiar de les criticas sistematicas o de l’indiferença, qu’i a tabé bonas causas que’s hèn.

    • Très bons reportages, surtout ceux en gascon avec les bergers et le papi landais qui parlent vraiment bien. Le gascon ça sonne vraiment, c’est couillu par rapport aux autres reportages. D’ailleurs, obligé de sous-titrer. Des reportages sur des sujets modernes d’actualité avec des jeunes ayant une telle qualité de langue...On peut rêver non ?

    • Joens que parlan plan, que n’i a tabé. Un chòt en lo lagòt, mes que’n coneishi quauques.

  • Un conde en lengadocian de l’Auda.
    B’es bèth le lenga d’òc quèn es parlada atau !

    https://www.youtube.com/watch?v=-cUcLqjfgsE

    • Oui, sans doute très joli mais ça sert à quoi les histoires en patois ?
      Un caillou dans l’eau (c’est vous-même qui le dites ailleurs mais c’est comparable), et le caillou coule parce que 99,99% des gens s’en foutent éperdument du patois. Vous avez tout à fait raison quand vous dites cela.
      Et puis ce pauvre et néanmoins sympathique pépé édenté, sur sa chaise, c’est vraiment pas une figure d’avenir et de modernité.

    • Hé hé. Se disí aquò per aqueth subject deus blasons, qu’es que sui un chic "perplexe" sus l’utilitat de le pleitejada... Hòrt de tèms passat a ralhar e a le hèita fin, qué ? Damorar en los arquius deu site com lo manifèste gascon o los panèus d’entrada de vila ? Qu’es aquò que volí díser. Percè autament tot que sèrv o que pòt servir mes que cau despassar l’irèia de le simpla discutida (aquò qu’es lo mon avís dab tot l’arrespèct qu’èi entaus participants de’queth forum).

      Que se’n foten le gènt de’queth conde e de’queth òmi, n’es pas le question. Que volí har’ntèner aquesta lenga esmiraglanta, e aquesta capacitat de condar pendènt 33mn shèt de s’estancar. Passionant d’un punt de vista etnografic per los qui coneishen Joan de l’Ors (véder Arnaudin pr’exemple que’n liura ua version pro tanhenta).

      Passionant tabé deu punt de vista lingüistic. Qu’i tròbi hòrt de similaritats dab lo gascon. Hòrt de similaritats en le prosodia dab lo gascon orientau tabé.

    • Je rebondis sur ce que dit Renaud sur ce conteur de l’Aude.

      Je suis Ossalois habitant depuis 3 ans dans l’Aude. J’ai déjà eu l’occasion de le dire un peu sur ce site, le parler et l’accent (au pluriel en fait) m’ont interpellé.
      Je ne suis pas lingüiste et d’un milieu a-militant, bien imprégné de culture reçue mais sans en avoir eu l’intention.

      Quand je me renseigne sur le sujet "in libro", je vois que toute l’Aude parl(ait) Languedocien.
      Mais j’ai des oreilles qui ont grandies en Haut Béarn. Ce qu’elles ont perçu "in vivo" :

      1) L’accent en français
      Narbonne-Lézignan, Béziers offrent un son "méditerranéen qui exagère et qui traîne", que je trouve un peu gueulard, outrancier.
      Carcassonne, Limoux et la partie qui jouxte l’Ariège vers Mirepoix ont un son différent. Plus mélodieux. Rocailleux (ils ont de beaux "r") mais pas encore concis comme sonne le gascon.
      Quillan, Axat, le pays de Sault pour le coup, ont quelque chose de très "pyrénéen". Un son plus clair, mélange de douceur et de saccade avec des finales qui pètent sec (et pas qui traînent sur l’avant dernière) qui m’est bougrement familier.

      Mon propriétaire un vieux monsieur a ce parler suave, cadencé et nasillard. Je me sens bien. C’est bête hein ? Mais je suis à l’aise.

      2) Le patois
      Le languedocien c’est comme entendre un créole pour moi : je capte et en même temps je capte pas. C’est assez désorientant, comme un texte avec un mot sur deux tâché. Mais je me suis aperçu que si la prosodie est relativement familière (comme ce vieux conteur du Pays de Sault ou comme la mère de mon ancien voisin à Hounoux près de Mirepoix, soit deux personnes du Razès) je m’y raccroche assez vite pour suivre à peu près le propos. Tandis que pour du languedocien "néolocuteur" (y a pas mal de groupes de musique par exemple) ou de Narbonne/Est Corbières (style Radio Lengadoc), je galère davantage et je me sers plus du français pour comprendre.

      3)Des traits "Pyrénées Centrales"
      J’ai récemment entendu le patois du haut comminges, du couserans. Ils ont déjà pas mal de trucs "étranges" pour moi, dont certains les rapprochent de cet Audois "pyrénéen". La conjugaison de l’imparfait ou la négation avec cap par exemple.

  • Originaire de Bayonne je me souviens d’une phrase qu’on disait autrefois "cuente qu’eïre ?" pour dire "combien ça coûte ?"
    ESt-ce que c’est du gascon ? Quelle est l’orthographe correcte ?
    merci de m’éclairer

  • Entà ves sinhalar que hèm, dab l’Ostau Comengés, ua restitucion publicas de les 98 enquèstas hèitas suu canton de St Laurenç de Neste (St Laurent de Neste) entre 2011 e 2012, doman de sers a "la Maison du Savoir, a 20h30.

    Se vòletz entèner e véder bon gascon e, mè que mè, causas interessenta, qu’i aurà 12 extrèits sobtitolats en francés e lo vòste servidor a pleitejar !

    E ne parlerèi pas negue, mème !

  • A Capbreton, une rue est dite "du pourguedeuil. Quelle en est la signification. Merci.

    • C’est un outil de gemmeur à long manche, qui sert à écorcer le pin et à préparer la care. Dans d’autres endroits, on l’appelle ’’espourguit’’.

      Ce qui se prononce ’’-edeuil’’ (ailleurs : ’’-adey’’, ’’-edey’’, ’’-aduy’’, ’’-adé’’, ’’-adou’’, etc.) correspond au français ’’-oir’’ (p.ex. ’’laouadey’’ = ’’lavoir’’).

  • bonjour,
    je recherchais une traduction pour Peyros, un ruisseau affluent de l’Agly par la Boulzane portant ce nom en 42.72349, 2.31014.
    c’est un peu loin du Gers !

    • Ce "Ruisseau de las Peyros" est dans les Pyrénées languedociennes.
      "Las Peyros", c’est "Les Pierres" en prononciation languedocienne ou gasconne orientale ou centrale. Mettre l’accent tonique sur la syllabe "Pey".
      Bien entendu, l’appellation "Ruisseau de las Peyros" est hybride : "ruisseau" est en français.
      Dans la commune natale de ma mère, il y a Las naou peyros (les neuf pierres).

  • Vu sur le net la dernière Amassade de l’Ibg à Laàs, Béarnais et Gascons réunis ! de beaux écus !
    Biarnés y Gascoûs !

    JPEG - 89.7 ko
  • Bonsoir, le château de Castelmore dans le Gers fait cette présentation en français et en occitan.... rrrh
    _Qui pourrait avoir la gentillesse de la traduire en bon gascon que je la leur transmette et qu’ils corrigent le tir ;-) mille mercis.

    Le château de Castelmore ( en occitan Castèl de Castèlmòro ) se trouve à coté de la ville de Lupiac , une commune gasconne située dans le département du gers, ici est né , charles de Batz castelmore , comte d’Artagnan plus connut sous le nom de d’artagnan, c’était un homme de guerre gascon ,qui était capitaine de la garde du roi de france louis XIV, il mourut au siège de maastricht le 25 juin 1673, un récit romancé de sa vie est l’oeuvre fameuse d’alexandre dumas , les trois mousquetaires,

    Lo Castèl de Castèlmòro se troba a costat de la vila de Lupiac , una comuna gasconha situada dins lo departament del Gers ,aici es nascut , Carles de Batz Castèlmoro, comte d’Artanhan, mai conegut jos lo nom de d’Artanhan, èra un òme de guèrra gascon que èra capitani de la garda dels mosquetares del rei Loís XIV de França, que mòriguèt al (sètge ) séti de Maastricht lo 25 de junh de 1673, Un raconte romançat de la sià vida es l’òbra famosa d’Alexandre Dumas, Los Tres Mosquetares
    _

    • C’est quand même totalement consternant que même au pays de d’Artagnan, LE symbole gascon par excellence, on nous inflige du languedocien, pardon, de l’occitan estandardizat. Ils sont tout de même forts ces occitanistes en matière de lobbying, et surtout ils sont sans vergogne aucune.
      Put..., c’est vraiment insupportable !

    • (en grafia alibertina)
      Lo Castèth de Castethmòra (?) que’s tròba a costat de la vila de Lupiac, ua comuna gascona situada dens lo departament deu Gèrs.
      Aciu qu’es vasut Carles de Vaths (?) Castethmòra (?), comte d’Artanhan, mei coneishut damb (dab ?) lo nom de d’Artanhan, òmi de guèrra gascon, capitani de la guarda deus mosquetaires (mosquetaris ?) deu rei Loís XIV de França, qui moriscot au sièti de Maastricht lo 25 de junh de 1673.
      Un raconte romançat de la soa vita qu’es l’òbra famosa d’Alexandre Dumas, Los Tres Mosquetaires (Mosquetaris ?).

      (en grafio francisado)
      Lou Castèth de Castethmòro (?) que’s tròbo a coustat de la bilo de Lupiac, uo coumuno gascouno situado dens lou departament dou Gèrs.
      Aciu qu’es basut Carles de Baths (?) Castethmòro (?), coumte d’Artanhan, mei couneshut damb (dab ?) lou noum de d’Artanhan, òmi de guèrro gascoun, capitani de la guardo dous mousquetaÿres (mousquetaris ?) dou reÿ Louís XIV de Franço, qui mouriscout au sièti de Maastricht lou 25 de junh de 1673.
      Un racounte roumançat de la souo bito qu’es l’òbro famouso d’Alexandre Dumas, Lous Tres Mousquetaÿres (Mousquetaris ?).

    • On peut dire ce qu’on veut mais, au milieu de la médiocrité des mouvements régionalistes méridionaux, ce sont les occitanistes qui s’en sortent le mieux (le moins mal). Ils ont pratiquement tout noyauté et se sont imposés, partout, comme référence ultime. C’est pratiquement toujours à eux, à ceux qui se réclament de ce mouvement et qui arborent cette étiquette, qu’on fait appel, car ils savent se pousser. Ils captent pratiquement toutes les subventions, tout l’argent public, par le biais d’associations qui sont toujours composées, si l’on regarde bien, par les mêmes personnes (c’est patent en Béarn).
      Ce qui les rend si agressifs, quand on s’attaque à leur pré-carré, c’est qu’ils n’ont aucune intention de se laisser déposséder de leurs petites sinécures, parfois durement acquises. Ce n’est pas tellement la défense de l’Occitanie qui les motive mais bien la conservation de toutes les parts de ce gâteau, qui n’est somme toute pas si gros et ne pourrait pas supporter beaucoup de mâchoires supplémentaires.
      Les tenants de l’occitanisme officiel, ceux qui ont des postes et reçoivent de l’argent, ne lâcheront jamais rien, plus par intérêt que par dogmatisme, même si le dogmatisme joue un rôle important dans leur fonctionnement. Ils ne voient pas leurs opposants uniquement comme des opposants idéologiques mais comme des concurrents qui pourraient leur piquer des parts sur un marché assez réduit. Si telle mairie ou tel conseil général décide de donner un peu d’argent à l’IBG, par exemple, ce sera autant d’euros en moins pour les associations et les acteurs occitanistes, d’où une bonne part de leur hargne. Il faut donc qu’ils soient présents partout et ne laissent aucune niche disponible, y compris à Lupiac.

    • Dans le Gers , la " voie " officiel est dans le remplacement systématique des symboles Gascons par ceux de l’Occitanie , et ceux qui ne peuvent être remplacé sont dénigrés ...
      D’Artagnan est qualifié de " mercenaire sanguinaire " , le drapeau " d’invention de louis XIV " ;Heureusement le Languedoc est là pour nous sauver et propose " généreusement " sont iconographie et sont idéologie ...On se demande comment la Gascogne a fait sans l’Occitanie pendant des siècles ...Mais nous sommes sauvé ! Il suffit d’adhérer à la nouvelle religion , et oublier d’où l’on viens , s’est si simple ! Allons, encore une génération et hop ! fini cette stupide idée " d’être " Gascon ...soyons tous occitans , youpi !

  • une demande particulaire ... je veut faire le dressage de mon chien en utilisant des mots en gascongne, par exemple, en francais on dit : au pieds, assis, reste, coucher, viens, monte, vas,etc. Quelles-sont les ordres equivilant en gascogne ?
    merci !

  • Lenga suu can : extrèits deu lexica de Montinhac d’Auvinhon a la Romiu per Messegué e Dautan
    À tû : Ordre qui s ’adresse à un chien de berger pour ramener une bête, ou pour chasser un autre animal.
    Cagnîoulêro : Plainte d’un chien qui s ’ennuie, qui souffre.
    Curt : Sans queue ; se dit d’un chien à qui l’on a coupé la queue, ou qui est né comme ça.
    Éscarailla : Corriger ; Té bâou éscarailla : Je vais te donner une correction (s’adresse à un chien qui, n’obéissant pas continue à poursuivre une bête malgré plusieurs « Prou, prou » qui veut dire : Assez, ça suffit).
    Ésquirous : Grelots attachés au cou du cheval, d’un chien, pour la chasse à la bécasse.
    Halou : Commandement adressé à un chien pour le faire partir.
    Lâyra : Aboyer ; Lou can arrèsto pas dé lâyra : Le chien n’arrête pas d’aboyer.
    Pantacha : Être à bout de souffle, panteler ; Lou can pantâcho : Le chien est essoufflé.
    Pâsso d’aouan, pâsso darrê : « Passe devant », « Passe derrière », étaient des commandements adressés au chien pour ramener une bête.
    Pîous : Puces ; Lou can és plén dé pîous : Le chien est plein de puces.

  • Adishatz,

    https://www.youtube.com/watch?v=tOz0S_DWmCc&feature=youtu.be

    Que tròbi pro estonant d’entèner aquesta lenga occitana de les Valadas Italianas. Ne pòden pas díser lo gascon qu’es completament a despart quèn entèns aquò.

    Ne comprèns pas arré e còp sec, qu’i a ua frasa qu’es completament clara. Ua tanhentat be i a !

    • Je n’y ai non plus rien compris sauf quelques mots ici ou là mais on sent bien que cet occitan -là est de notre famille élargie :gascon e occitan que son desparieras mes lengas sòrs,tè !
      En plus belle langue apparemment ,parlée de façon fluide et aisée avec sans doute beaucoup de vocabulaire et bien sûr pas de francismes ,sans doute pas d’italianismes non plus .

      C’est François Fontan,je crois, qui ,au temps de son exil forcé des années 50 ou 60 ,avait convaincu les habitants des vallées alpines du Piémont qu’ils étaient occitans et parlaient la langue du même nom ;je ne sais trop comment ils se définissaient avant cela .il avait même fortement contribué à créer le MAO (sauf erreur dans les abréviations) ,mouvement autonomiste des vallées en question ;le mouvement qui avait sans doute vite pris ses distances vis à vis du PNO avait réussi rapidement de beaux scores,à faire pâlir d’envie Entà Nosauts mais je n’ai pas suivi les évolutions des dernières années.En tous cas je crois que ça a payé et que les autorités italiennes et en particulier piémontaises ont pris au sérieux les droits linguistiques de nos lointains cousins .Par ailleurs ont-ils sû garder leur dialecte frère du vivaro-alpin des empiètements éventuels de l’occitan standard ? Peut-être certains gasconhautes auront-ils suivi cela .

  • Aujourd’hui, J’ai vu en librairie la traduction en gascon du "petit nicolas" ; le livre est bilingue gascon français.
    Il s’agit d’une initiative de traduction du livre dans tous les "parlers" du territoire de France...
    Cela aurait pu être une excellente idée si il y avait eu une version sonore par CD.

    http://www.imaveditions.com/livre/le-petit-nicolas/le-petit-nicolas/1

  • Un ligam de cap a le paja de Radio País. Que puiratz entèner les collèctas deu Silvan Carrère en Bigòrra. Le darrèira a Arrens. Que puish entèner atau qu’an le nasala dita biarnesa, qu’at entineratz de cap a 2mn55. Quau bèra lenga aqueth òmi !

    https://soundcloud.com/radio-pais

  • Que’m pausi le question de l’etimologia deus toponims encontrats entre Lanas, Bigòrra e Coserans :
    eth Ausort (montanha a Nistòs-65)
    eth Ausort (montanha a "Oust"-09)
    Isort (toponim de Vicdesos - 09)
    Ozourt (vilatge - 40)

    Ua idèia ? Jo, nada !

    • Après les remontrances de Renaud, je me sens obligé d’apporter mon gran de sau :
      1) Ausort et Ozourt doivent être le même nom, sachant que le s de Ausort se prononce z, que le o se prononce ou et que le "Au" diphtongue est souvent en gascon la prononciation d’un O. Izaourt (65370) existe aussi.
      Ozourt

      2) Ces noms sonnent pré-latins, du vieux fond aquitano-pyrénéen. Et leur distribution géographique le corrobore. La racine "iz" est présente ici et là notamment dans des noms de rivières, et veut peut-être dire "rivière", je pense que c’est facile à trouver dans les travaux des onomasticiens. La racine "oz" pourrait être distincte, là je ne sais pas...

    • Du moins, ce que je sais, c’est qu’à Nistos "l’Ausourt" n’a pas d’eau, c’est une montagne.

  • Je vois que vous n’avez pas travaillé sur ma question concernant les toponymes " en zourt". Ce n’est pas bien. Ce sera écrit sur le bulletin.

    Encoèra ua question ponchuda... Se quauqu’un i a entà m’ajudar...

    Je me pose la question de la répartition des formes "am/atz" du présent de l’indicatif du verbe avoir. Pour le gascon (de ce que je sais, ce serait Landes et Gironde en gros) mais aussi si elle existe en languedocien.
    A Massat (09), récemment, j’ai eu l’impression que ceux d’une vallée le disaient (Lièrs). Et il y a une formulette que j’ai récoltée l’été dernier dans la Bellongue qui me fait douter. Je l’ai enregistrée à Aucazein qui est à la limite de deux façons de conjuguer la 2ème personne du pluriel : Aucazein dit "cantatz" ("cantat" exactement) et Argein, le village d’après "cantau" (c’est la forme utilisée en catalan si j’ai bien compris).
    Ainsi ceux d’Aucazein disaient de ceux d’Argein pour se moquer de cette façon de parler : "Ací qu’ac au, minjau, beveu mes ena pòcha non n’i meteu" mais la liaison entre "ac" et "au" fait "cagau". En gros, textuellement c’est "le voilà, mangez, buvez mais ne le mettez pas dans la poche" mais avec la liaison "chiez ici, mangez, buvez mais ne le mettez pas dans la poche".
    Bref, je me demande d’où sort cette forme "au" qui est la parfaite correspondance de "atz". Je me demande donc si le "am/atz" n’est pas la forme la plus archäique en comparaison de "avem/avetz"... Est-ce que le catalan dit "au" pour dire "atz" ? Ce serait une explication...

  • Bonjour,

    sur la plaque de cheminée de ma grand’mère, j’ai pu déchiffrer :

    dab aco n’embej pas arré...
    est-ce du gascon ?
    elle représente un berger avec un béret, ses moutons sur un fond de montagne

    C’était pourtant une maison en Gironde !

    • C’est bel et bien du gascon.

      "Dab aco" : avec ça
      "N’embej pas arré" : il n’y a pas un i à embej et un s à arré ? Auquel cas, ce serait "je n’envie personne". S’il n’y a pas de s, c’est alors "rien", mais je comprends moins la formulation : "je n’envie rien", je ne sache pas que le verbe envejar s’utilise pour des choses inanimées.

      Il est possible que ce soit de mon côté un calque du français, pour lequel l’on envie quelqu’un et jamais quelque chose, ce serait alors "je n’ai besoin de rien" en somme. Assez logique : le pâtre n’a besoin de rien d’autre que sa montagne, son béret et ses moutons.

    • En Gironde, le j se prononce comme en français et arrés ne signifie pas ’’personne’’. Donc c’est plutôt un e qu’il manque à embej : ’’avec ça, il n’envie rien’’ soit ’’avec ça, il n’a rien à envier’’ (en parlant du berger, ou alors ’’elle n’a rien à envier’’ en parlant de la cheminée ou de la maison).

    • Mais l’imaginaire du berger n’est-il pas le signe d’un Ossalois (en Ossau, -j- intervocalique est également le son français j) ? Connait-on la double-négation en gascon de Gironde ?

    • Oui mais je pense que son emploi dépendra du son qui va suivre :
      n’èi pas poscut est plus naturel que èi pas poscut
      mais sabi pas est plus naturel que ne sabi pas.
      Cependant :
      As pas vist ? - No, n’èi pas vist.
      Donc à étudier précisément !

    • Comme Vincent, je pencherais pour de l’ossalois, bien que cette cheminée se trouve dans une maison en Gironde. Le arré en question n’est pas fautif. Il signifie "rien" en gascon centro méridional, alors qu’arrés signifie "personne".
      En nord-gascon garonnais ("girondin" lato sensu), par contre, nous aurions res (comme en catalan) pour "rien" et digun pour "personne". Peut-être que la voyelle manquante de embej est un "a" et non un "i". Quant à dab c’est bien sûr la forme centro-méridionale, alors que plus au nord-ouest nous aurions damb ou demb.
      La double négation n’est pas courante en gascon septentrional, donc en Gironde. Je dirais même qu’elle est insolite. Cette absence de double négation en "girondin" au sens large (marmandais compris) semble héritée du languedocien voisin. Ce qui fortifie l’hypothèse ossaloise de ce petit texte.
      Dès lors, le sens semble clair et net : "Avec ça, il n’envie rien (d’autre)".

    • A noter d’ailleurs qu’en Gironde, arrés peut signifier ’’rien’’ (en Bazadais, peut-être oriental vers Grignols et Casteljaloux), tout comme arré (Bazadais, Buch, Haute Lande), res (garonnais) et (Bordelais, Médoc, Libournais...)

    • Ce sont des cas typiques de ce que j’appelle l"insécurité lexicale" si pénible pour les néo-locuteurs non fixés sur un terroir particulier(je me rappelle qu’arres/arren ,tout comme bethlèu/benlèu m’avaient longtemps gêné et j’avais délibérément choisi d’oublier le béarnais arrès au bénéfice du "digun" plus répandu et pas ambigu) .

      Et du reste si l’on veut parler gascon au début du XXIèsiècle,il faut en créer les occasions et c’est généralement avec des locuteurs de terroirs très différents voire de pas de terroir du tout.D’où mon insistance,sans doute pesante aux yeux de certains des gasconhautes,à ne pas systématiquement utiliser des expressions très locales pour l’échange pan-gascon en y préférant des formes plus généralement acceptées.Cela dit,nouveau problème:comment connaitre les formes les plus généralement utilisées qui ne soient ni décalque patoisant du français ni de l’occitan languedocien voisin (ce qui vaut mieux ,non ?) ?
      L’ALG serait un bon guide pour un tel dictionnaire ;peut-être cela a-t-il été l’intention de P.Mora pour son "diccionari tot en gascon" ;il pourrait nous en parler utilement.

  • Et puis, je dirais que vu que c’est écrit en graphie "moderne", si c’était du girondin, l’homme aurait écrit "pa" et non "pas" qui sonne "sss". Il aurait même pu écrire "pa’rré". Nani ?

  • L’insécurité lexicale dont parle à juste titre Gérard est d’autant plus pénible qu’il n’existe pas de langue gasconne unitaire. Les occitanistes qui comparent parfois "l’occitan" hyper-dialectalisé au français unitaire sur le plan de la diversité ne craignent pas le ridicule. Si encore ils se référaient au "français" au sens très large, c’est-à-dire aux langues d’oïl... A un degré à peine moindre, il serait tout aussi ridicule de proférer le même d’ânerie en ce qui concerne le gascon. Ce qui ne doit pas nous empêcher de nos jours de "dé-dialectiser" le gascon local (quand il en reste encore des bribes) dans la mesure du raisonnable, non seulement en chassant les francismes les plus flagrants, mais aussi en adoptant des variantes lexicales différentes lorsqu’il y a risque de confusion, comme avec arrés et arré, ou risque d’homophonie comme avec demb et dens.
    Pour en revenir à ce petit texte de la cheminée girondine, voici ce qu’il aurait été s’il avait été écrit par exemple dans le "girondin" au sens large de la région marmandaise : dan/dén aco embéje rés, ou en graphie classique damb/demb aquò enveja res, sans double négation.

  • Qu’am tabé causas susprenentas com pr’exemple lo mòt "pescajon" dont vòu díser "beignet" e puish dont vòu díser "crêpe" un chic mè enlà.

    E ne parli pas de le "tomata" deu costat de Gavarnia. Òc. De le "tomata"... Percè aciu, "tomata" que vòu diser "patata"... Ne desconi pas !

    Après, b’at sàbetz, ne m’aduvi pas dab Gérard. Sustot ací, se comprénetz lo totau, un mòt o ua virada de frasa ne’vs va pas horviar deu sèns finau deu dequò. E qu’entèni pro de "patoèsis" com ic disen on collècti entà díser que quèn atz ua bona coneishença de le lenga, les particularitats dialectaus ne’vs gèinan pas. Arrèis, que balhan sau a le lenga.

    N’èm pas ací en ua situacion didactica, pedagogica on serem a ensenhar gènts "lambda" ua lenga que vorrén mè que mè apréner. En aqueth cas, oc-bè, que carré parlar quauquarré de chic o mic unitari.
    Mes entà jo, qu’es hèit, lo ertèrs, los locutors 2.0 (!!) deu gascon que son dijà en ua situacion comunautària (be’m hèi cagar d’at díser mes que sembla plan que sii le vertat...) e n’am pas a’star pedagogics percè lo monde se’n foten...

  • Juste pour vous partager ma dernière trouvaille en matière de particularisme phonologique du type "tout est possible" (après le b qui se prononce "v", genre on vous dit "Vesançou" et ça veut dire Besançon ou "vacas vloundas" pour "baques bloundes"), après le "ç" de "ací ou de tout autre "c" intervocalique mouillé comme en espagnol (sifflante interdentale), après "hercar" à la place de "cercar", j’ai rencontré un nouvel ami ! C’est le "l" qui se prononce "w".

    C’est au Port à côté de Massat. "Fwanewa" et bé ça veut dire "flanela", "Waffite", ça veut dire "Laffite". Ou "wa biwa de Wourda", et bé ça, ça veut dire "La bila de Lourde " !! Mais sur les hauteurs de Biert (encore à côté de Massat) eux, c’était les champions sur toute la ligne puisqu’ils prononcent pareil mais ils apportent une petite innovation intéressante, leur l=>w qui est à la base intervocalique, bé là il devient "w" n’importe où. Par exemple, j’ai eu un peu de mal à comprendre ce que voulait dire "le bwat". "Le qué ?" "Le bwat". "Ah, le blat !!".

    Voilà ! Alors, hé, on va pas venir roupiaguer pour un mot compliqué après ça !

  • Renaud,que compreni hòrt plan , quan collectatz mots e biaix de diser en un pichon parçan coseranès que divetz "pegar" au parlar de la gent deu lòc, de la pichona comunitat (quiò, qu’es un exercici comunautari e lo mot n’es pas cap vergonhos ) ;mes quan parlatz a gent d’autes parçans dont coneixetz pas tròp o briga lo parlar locau qu’es mielher emplegar mots e expression de mes larg emplec (com ac disetz,quauquarren de chic o mic unitari):que son situacions desparieras.
    Mes non , quan comprenem pas (o comprenem au revès ) mots o expressions localas , aquo que pot horaviar lo sens de la frasa e l’intencion deu locutor.

  • Òc, soldide, après que prení un exemple un chic estrem.

    Mes çò que vui díser, uei lo jorn, lo parlar en estants en de’questa petita comunautat occitana o gascona que pèrd d’eth medish les soas particularitats mè hòrtas, que’s normalisa tot solet. Quauques, encoèra, que’s sauvan trèits dialectaus mes que’s pòden compréner adaise.

    Entà jo, les situacions que vivi, d’anar ralhar dab un vielhòt a MAssat, en estants sortit de les Lanas, n’es pas briga naturau e qu’es le mia situacion professionau qu’ic creèt. N’an pas lo parat lo monde (hòra de situacions despariadas com le mia) de parlar dab locutors naturaus sortits d’un cròt lunhèc deu son. E un vielh de Massat ne parla pas en "patoès" dab ua vielhòta sortida de Basats. Donc, que pòden aver autant de trèits dialectaus que vulhin, aquiths trèits que damòran en le soa aira... Aquò qu’es le permèira situacion.

    Los locutors segonds, com e’m pensi quasi tots los dont hantan aquest site, que viven quauquarré de hòrt diferènt. S’an hèit l’esfòrç d’apréner un gascon dialectau, n’an pas briga daun d’at cambiar percè los sons auts interlocutors (sii d’auts neò-locutors) qu’auràn le cultura que permet d’at compréner tot e de despassar un mòt dit "esquèr" (dont n’es sovent qu’un mòt locau). E puish, sonque quauques cas completament despariats, n’utilisan aps mè los micro-particularismes com aqueth "l" que’s prononça "w".

    Hmm ? Voyez ?

  • GUITON : diminutif de Guy ; Guitou forme attesté en Carladès (Cantal/Aveyron)
    Le canard s’y nomme ritou (rector ? riton ?) & rito (rita)

  • Pèlerinage à Buglose
    Elle apparaît à Lourdes, à Fatima, même en Syrie...
    Dans les Landes, c’est à Buglose que l’on va la rencontrer.
    Salut Ninou, pleine de grâce, le Bon Dieu est avec Toi.
    Tu est bénie entre toutes les femmes,
    et ta présence est bénie dans les rêves de paradis.
    Demain dès l’aube, à l’heure où bleuit la montagne,
    on quittera, joyeux, les châteaux en Espagne.
    En marche -avec Victor Hugo- les yeux fixés sur les pensées,
    attentifs aux oiseaux, guettant le moindre bruit,
    seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
    à l’affut de ta voix, le jour comme la nuit.
    Tu resteras, sans cesse, la petite reine du bon secours,
    qui murmure en landais pour enchanter les âmes :
    "Bielh mé tendén hardit*
    k’en biws, l’amne d’ou kos ! "
    = Vieux mais sans cesse aventureux
    on est vivant, l’âme du corps ...
    *devise de la commune de Brocas
    = vieux mais sans cesse aventureux

  • Buenos días quisiera saber del origen e historia de mi apellido Nogués. Desde ya muchas gracias.
    Julieta

  • Quina ei l’origina e la justificacion deu cambiament per mantuns autors de la grafia "sh" gascona per "x" ?

    Mercés

    • Pulèu qu’una invencion modèrna, es au contrari la re-utilisacion d’una grafia medievala comuna au catalan, au portugués, au basque, a l’aragonés(?) ... La tèsa de Jean Laffitte vos poiré rensenhar perfèitament.

  • Que cerqui un ligam qu’èra estat balhat ací : ua carta interactiva dab le distança lingüistica entre los punts deus atlas lingüistics occitans (que hadè colors segon qu’estossi tanhènt o pas).
    Quauqu’un e’s sovèn de çò qu’èra ?

    Mercès.

  • Chis !

    Malurosament, ne marcha pas mè...

  • Est-il vrai que le rabiot, le rab est un mot d’origine gasconne ? Il signifierait le reste de la pêche ????

    Amistats !

    • RABIOT ; s. s. m. s. m. Fretin, rebut de la pêche, en Guienne, v. ravan ; t. soldatesque, volerie, rapine, prolongement de service qui ne compte pas au soldat. R. rabo (frai).
      Tresor dóu Felibrige
      Multidiccionari francés-occitan

      Guyennais, donc pas clairement gascon... Comment le Tresor dóu Felibrige délimite-t-il la Guyenne ?
      Ensuite, quel rapport entre rab et rabiot ? Et le vrai gascon ne saurait prononcer que "rap" et pas "rab" !

  • Je trouve ceci dans le" dictionnaire des mots français appartenant à l’occitan" de Florian Vernet (2011) sur le portail Lexilogos.
    Rabiot,subst.masc.Rabiòt.
    Reste de boissons, de nourriture après une première distribution.
    TLF.Prob. du gasc.rabiot
    « petits poissons, rebut de la pêche » (pat. de Teste ds FEW t. 10, p. 70a), dér. de rabe
    « œufs depoisson » var. des pat. de l’Ouest. (DELF) (DHLF).
    Dans le Trésor de la langue Française " rab" est donné comme un dérivé de "rabiot".

  • Dans l’appel annuel 2017, l’abbé d’une paroisse du sud des Landes a "ressuscité" le vieux mot "coussure" pour offrande paroissiale.
    J’ai vérifié par le net et coussure apparait dans le dictionnaire gascon de Vincent Foix.
    Je n’ai pas trouvé le mot dans un autre dictionnaire gascon contrairement à garbure !

  • Dans le Palay on trouve : « Coussure:sf.Salaire en nature ;affanure.V.Lorme. Baylet de coussure, valet qui n’est pas payé en monnaie ».
    À Lorme on trouve:sf. Même sens que coussure ;quête en nature, redevance. Moussù Curè qu’a hèyt la lorme, M. le curé a fait la quête en nature.

  • Le mot est couramment utilisé ici ,dans le sud des Landes, en effet pour désigner la participation des paroissiens à la vie matérielle de l’Eglise.Je pense que les gens ont au moins vaguement conscience que c’est du gascon.

  • Coussure se trouve aussi dans les dictionnaires bazadais.

    A rapprocher du mot carcinol escoussuro ’’battage du blé ; tout travail fait à la tâche et payé en nature’’ (FEW ; du lat. excutere)

    En Gascogne aussi, sans précision de lieu, la coussure est le ’’payement du coussurè, consistant en un sac sur cinq’’, lequel coussurè est un ’’homme qui s’engage à rentrer la récolte’’. (FEW)


Pour envoyer quelque chose à Gasconha.com sans passer par l' Espace privé...
Se connecter est facultatif mais utile.
modération a priori

Contributions et grans de sau sont soumis à validation des webmèstes.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

Enregistrement

Vous inscrire sur ce site

Une fois enregistré (une fois pour toutes), vous pourrez vous connecter à l'Espace privé du site, ou Souillarde, pour proposer des lòcs, des ligams, des banèras, des articles..., leur associer des documents, etc.

Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

A part le Val d’Aran, la Gascogne parle français.
Elle a quasiment perdu sa langue, le gascon.
Mais entre ressusciter le gascon, se limiter au français, apprendre le basque, s’ouvrir au catalan, au castillan, à l’anglais, il y a des choix stratégiques à faire.

Il y a 100 ans, ses campagnes parlaient encore massivement le gascon, la langue qui a marqué notre différence pendant plus de 1000 ans.
Les tentatives de ressusciter le gascon semblent bien fragiles.
A côté de nous, les basques semblent en passe de sauver leur langue.
Un peu plus loin, les catalans y parviennent aussi.
L’Europe et le monde nous feront de plus en plus parler castillan (pour cause de proximité géographique) et anglais.

Alors, quelles langues cultiver en Gascogne ? Quelles langues apprendre à nos jeunes ?