Notre région, c’est la Gascogne !


 
Navèth nom !

 

Manciet : detz ans dejà

vendredi 18 décembre 2015, par Gerard Saint-Gaudens

Non volevi pas deixar passar lo detzau anniversari de la mort deu Manciet, qui quitèt aqueste monde a la debuta de l ’estiu de 2005 , xens lo mendre articlet a la sua memòria.Non sèi pas se los jornaus « occitans » e la quite revista »OC » qui gabidèt durant tant d’annadas qu’u dediquén o non los articles que la comemoracion s’amerita . Per aquò que deixi aqueras linhas abans que l’annada non s’acabi .

Qu’eram numeros los qui aurem desirat que lo noste escrivan lanusquet agosse recebut lo premi Nobel de literatura ,ua ambicion dont mantuns parlavan coma hasedèra en las annadas 1980/90. Benlèu que pensavam lo premi qu’ auré podut preservar la sua memòria,passi çò qui passi dab l’aviener de la nòsta lenga e deu nòste pais .Mes quina lenga e quin pais , de hèit ? Lo Manciet que’s deixava aperar « escrivan occitan » e a bèths còps ,com entà har plaser aus qui l’entervistavan, utilisava eth medix aqueth nom mes que’s pòt diser , a maugrat deu son ròtle eminent de guardian de las letras d’òc hens la vielha e prestigiosa revista « OC »*, qu’era indiferent a las denominacions,occitanò-indiferent s’es pòt escriver dab quauqua anticipacion. Mes atencion, benlèu gascò-indiferent tabé ! De lengas e pòbles, non retienava pas sonque çò qui tocava au son micrò-pòble lanusquet : d’aquèths caitius atlantics de d’auts còps,aflaquits per las frebes e lo mau-minjar durant segles,qu’en hasò gigants au medix nivèu que los gigants universaus , en bèth passar per dessus de la Mediterranea qui non considerava pas com sua . Ua contradicccion benlèu per aquèth coneixedor excepcionau de las letras latinas (e tabé grècas a un mendre nivèu) mès poetas com aquèth e’s poden permeter contradiccions proibidas a nosautes, simples mortaus !
Que dobti lo solitari de la Lana qu’agi deixat erèters. Influença, ò bé de vrai :après eth non se pòt pas mèi escriver coma abans en gascon . Non sèi pas s’es pòt assolidar que lo mòtle s’agi romput per tostems –per totjamèi qu’auré dit Manciet dab lo jòc de paraulas enter tostems e jamèi qui lo dialecte lanusquet aima tant - .Qu’avevi d’alhors l’intuicion que la transmission non l’interessava pas tròp, eth qui enviava aus sons mainats au Sacrat Còr de Tours per lo lor ensenhament segondari , hòrt luenh de las suas terras .E totun quan detectava l’amor de las letras d’òc en un joen , que podeva passar temps tà l’encoratjar e li donar leçons ;que’m brembi enquera ,quan joen estudiant, m’imaginavi un aviener d’aquèth costat , que passèt òras entà melhorar ua xetre arrevirada mia de l’aleman au gascon , qui passèt un jorn en la revista « OC » : qu’era deu Manciet mes que de jo, qu’ac devi reconneixer mes la leçon n’estò pas completament perduda a maugrat qu’agi totaument deixat alavetz de ‘m veder un aviener literari gascon !
Qu’es benlèu viengut lo moment d’arrecomendar la lectura de la suas òbras a ua generacion navèra .Que’s pòt que las receben d’un biaix novèth tabé xens esposar las causidas deus lors ainats. Au recuelh d’Accidents o au quite Enterrament a Sabres , a la triologia deu Gojat de noveme ** -entà parlar solament de la sua òbra en gascon - , qui sab se non van pas preferir òbras mes bracas com Per el Yiyo on lo Manciet qu’amuixèt lo son estacament aus jòcs dangeirós de l’òmi dab lo monde de las vacas o lo son recuelh de novelas tan incisivas deus « Casaus perduts » ? Mes lo Manciet que con.hessó un bèth jorn eth medix que n’aimava pas la sua trilogia tan celebrada e qu’u preferiva Elena, alavetz menx considerat …***
Lo camin qu’es dubert.

*de notar qu’OC qu’arcuelhèt (e continua d’ac har ?) articles deu monde d’òc sancer, catalan inclus .
**lo Gojat de noveme,La pluja,Lo camin de terra (los dus darrers qu’apareixen enquera hens la liste deus libes disponibles ençò de las edicions Per Noste,mentre que lo permer n’i apareix pas.
*** Entervista dab Marc Blanchet ,Le Matricule des Anges mars-avril 1997, botat en linha per las edicions L’Escampette en 2006 .



Grans de sau

  • Ce qui nous rappelle que l’écriture ne tire pas sa qualité d’un quelconque "militantisme" ni du devoir d’illustrer une langue - même si ces deux aspects peuvent à l’occasion s’y trouver -, mais de sa qualité même et du désir de l’auteur de s’exprimer naturellement, nécessairement, ainsi.

  • Qu’èi pro legit Manciet com a Landés e vesin de Sabras en un tèmps on me hadè daun le lenga de nòsta. Qu’at divi díser qu’a despart de "Casaus perduts", que m’a totjamè dat tribalh de’u legir...
    Pr’exemple, lo Gojat de Novème o los Camins de Pluja (se’m brombi plan) que son espròvas totun ! Qu’abraquerí, entà arríder, aquiras duas òbras atau : que plau, lo Bernat qu’es malaut, que s’estupa, los cosins que mòren (e le tèrra sancèra tabé), que plau, qu’es neits.
    E entà çò de L’enterrament, pfiouuu, qué... que’s legís com un bon Guillaume Musso, tròp simple !

  • Quiò, Renaud, l’òbra deu Manciet (e sustot los romans) que son com banhats de pessimisme e de negror : n’us cau pas legir quan es en un maixant periòde morau ...
    Pour les éventuels non -avertis : la dernière phrase de Renaud est à lire au second ou au troisième degré, plan segur ! Mais il y a des morceaux fabuleux dans cette profonde forêt !

  • J’ai découvert Manciet en français quand j’ai vu le livre "le golfe de Gascogne" sur une table à la librairie des "Temps modernes" à Orléans en1987.
    Totalement ignorante, je ne connaissais pas le nom de l’auteur et j’ai été attirée par la photo de couverture, image de la mer à Biarritz. Bouffée d’adolescence soudain vivante.
    Mais quand j’ai ouvert le livre j’ai été saisie par la langue, Manciet écrit admirablement le français, et ce qui est curieux c’est que derrière on entend autre chose, rythme, son de ce que j’ai depuis appris à reconnaître comme le gascon.
    Ce livre n’est en rien "touristique", ni historique, ni géographique, épopée et méditation, tourbillon et livre de savant, attentif aux changements à la modernité et à l’actualité de ces années là.
    J’ai une très grande passion pour Manciet et je me suis souvenue par lui de mes anciennes origines oubliées.
    Merci d’avoir rappelé son nom et ses oeuvres en gascon, je voulais simplement rajouter qu’en usant de la langue française il est aussi un immense écrivain.
    Je ne désespère pas d’en lire quelques bribes en langue de chez nous un jour...

  • Bonsoir Dominique,
    J’avais pour ma part bien aimé Le Triangle des Landes,qui est le pendant du Golfe de Gascogne parmi les oeuvres françaises de Manciet (à en croire les éditeurs car je n’ai jamais lu le second) ;vous pouvez le trouver chez Decitre ,indique internet.
    Quant à l’oeuvre gasconne,par où commencer ? Peut-être par une lecture parallèle de la version originale et de sa traduction française ,faite par l’écrivain lui même:un des trois de la trilogie ou peut-être Casaus perduts(la version gasconne étant munie d’un important glossaire à la fin).Nul doute que beaucoup de ces histoires,supposées (mais avec Manciet ,on ne sait jamais ! ) être des histoires vécues par lui ou par des membres de sa famille proche), vous évoqueront beaucoup de souvenirs personnels ou familiaux

  • Qu’at disí entà peguejar : Manciet n’es pas de bon legir. En mè de’quò, qu’i a com un òrde d’"esnobisme" uei lo jorn a aimar Manciet (ne parli pas per çò qu’atz escriut Dominique)...

    Quèn vei l’occitanisme e lo son amor de tot çò de "pausa l’i tot doç", que dobti sovent de le sinceritat de plan pro de gènts edulcorats que’u citan com ua arreferéncia... Ua òbra tan nega, criptada, quasi-esoterica ne pòt pas har, o ne diuré pas har l’unanimitat, en un monde gascon vitèc...

  • Qu’aimi lo biaix de Renaud de’ns tesicar a contre briu a perpaus deu Manciet . En permer perque a rason d’ac diser :que i a avut– e benlèu que i a enquera- hòrt d’esnòbisme a d’arron d’éth :esnòbisme de Bordalès e tabé de Parisencs qui descobrin la sua òbra sonque dab los sons textes francès e hasón com se non i aveva pas nat òbra gascona a l’endarrer ,esnòbisme ,credi, deus espectators deu hestenau d’Uzeste , amusats peus numeròs de duetistas deu Lubat e deu Manciet,vielh complicis a l’aise suus emponts de teatre . E tabé esnòbisme deu quite Manciet, qu’es vertat : esnòbisme sociau benlèu e sustot esnòbisme hens l’usatge desmesurat deus pradòxes,com a éréter de generacions acustomads a las causas verdiusas – verdausas !
    Çò de vrai tabé es que Manciet n’era pas briga un òmi d’unanimitat ;qu’aimava provocar eth tabé e la veneracion unanima de la sua persona e de la sua òbra non li auré xens dobta pas guaire agradat ; çò de « pausa li tot doç »,non sèi pas , a Renaud de’ns diser çò qui bota en aquesta expression … Lo Manciet n’éra pas « tot doç » justament e los occitanistas n’estón pas tanpòc tostemps doç dab èth (qu’eran mèilèu flatejats per l’arrajòu donat a las « letras occitanas » a travèrs d’èth).
    E entà acabar (preu moment ) : que dobti i agi mantua gent en lo nòste temps qui agi legut hons,pregonament, tota l’òbra de l’òmi de Trensac (o de Sabres, qu’avèva las duas caras) e l’agi compresa sancera , Guy Latry,benlèu …En tot cas jo qu’ei mantun còp « calat » davant poemas conhits de mots esquers ,dont me demandevi a beths còps se lo quite autor no’us aveva pas inventats tà har mèi preistoric , mèi pré-aquitanic se voletz .Mes que l’òbra e sii criptada, quasi- esoterica, qu’en dobti hòrt,francament .A menx que l’ipotesi e pusqui obrir un camp largas d’estudis taus cercaires de l’aviener …

  • "Pausa l’i tot doç" : que volí parlar de’questa cara"cucul" de l’occitanisme, lo militantisme a la "tout le monde il est il est bon, tout le monde il est gentil", lo fèit de hòra-bandir tot çò que pòt anar au cronte de les autorotas de le pensada, etc... Tot çò que n’èra pas Manciet, qué...
    Que tròbi interessènt çò que dit Gérard suu hèit d’aver "calat" sus poesias e de dobtar qu’i agi gènts qui coneishin pregonament le soa òbra... Entà jo, qu’es clar.

    Tabé, e aquò qu’es mè gascono-gascon, mes qu’es estat hòrt mau grafiat. Le grafia normalisada qu’a completament chapat le soa lenga, sonque lo fèit sistematic d’escríver "la" a le plaça de "le"...

  • L’òbra deu Manciet ? Acabaram pas jamei de s’i har decap ? Los occitanistas, -qu’i a de que ce n’arríder- que s’an volut arrecaptar la soa òbra, comprenèvan pas guaire briga arren au son gascon (mès de maishant legir tanben peus quites gascons), que’us i calè un arreviraire entau legir. Que çò qu’avè d’occitan l’escriut deu Manciet ? Arren, o pas gran causa ! Qu’èra pregonaments « gasconista », enqüèra qu’avossi pas benlhèu aimat aquesta definicion, e mancava pas jamès de mocar tots aqueths valents que’ns volèvan « annexar », eth e la Gasconha.
    Qu’a vesiat l’occitanisme per « har nombre », per que siam mei poderos tots amassa. Mès davant tot entà d’eth, qu’èra la Gasconha qui condava, e dens la soa pensada la lenga gascona superava tots los auts dialèctes d’òc.
    Enteni ensús que l’òbra deu Manciet qu’es de mau costejar, e que’s gaha pena end’i entrar. Solide ! N’es pas aisit totun, e n’èra pas aisit l’òmi tanpauc.
    La soa escriutura qu’èra a l’encòp arcaïca e modèrna, que’n hadè ua mescla estonanta d’un estile qui hadè entrar lo gascon dens la temporada. Entà jo, l’òbra mei acomplida qu’es « l’Enterrament a Sabres », on s’atròba aquera mescla totau de parlar popular e de parlar modèrn, qui hèn tantvau un « tum » peu dehens de la lenga, mès curiosaments jamei artificiau.
    Lo son parlar popular li vienè deu son parlar negue, e la màger part deu vocabulari « esquèr » que’u tirava d’Arnaudin.
    Un poeta diu estar clar ? Pas solide. Qu’es la diferéncia dab lo prosejaire. Lo poeta qu’es au limit de las percepcions, deus sauneis, de l’imaginari, l’inclassable, a las darrèras hitas deu mond. Qu’es pr’amor d’aquò que sos tèxtes ne’s podèn pas legir d’ua tirada com un roman de gara, mès a chics meilèu.
    Qu’es plan lo cas solide dens sa pròsa en francés deu « Golfe de Gascogne », tot a l’encòp legendari, istoric, realitat e imaginari mesclats, mès davant tot poesia en pròsa.
    Per çò qu’es de l’escriutura poetica Manciet qu’a emplegat un metòde qu’avodava a bèths còps : La gent de la lana qu’èran pauc-parlas, de paraula reala. Los lanusquets n’avèn pas subjècte, vèrbe, complement, hens la frasa. Mès que s’at barrejavan tot. E qu’a jogat dab aquò, benlhèu tròp au men gost, mès coneishi pas d’autors qu’avossin autant com eth, tirat sa subtància deu son pòble.
    Per çò qu’es de sa « popularitat » e de quauques « esnòbs », qu’es meilèu vienut quan après qu’estossi defuntat, qu’an vist malurosament dirèi, mantuas traduccions arribar. Es estat com com un solaç que Manciet sia enfin arrecaptat peus francimands de bona compania.

  • Merci hòrt ,Peir,per aquera analisi.E’m sembla qu’avevi oblidat a quauqu’un enter los qui coneixeren hons l’òbra deu Manciet...

    E se’m ac permetetz, los vòstes comentaris que son vadut un chic riales -tròp riales- sus Gasconha.com quan nes podetz aportar tan de causas ...

    Bonna fin d’annada a vos .

  • Ne serà benlèu pas lo mei gaujós qui ’s posca imaginar, mès... j’ai passé la dernière demi-heure de 2015 dans la relecture de cette oeuvre de Manciet.

    Ma pauvre mère m’avait offert ce livre de la collection "Pròsa gascona" de PER NOSTE (1976).
    Je n’avais pas totalement accroché (c’est peu dire) mais j’en avais gardé l’impression d’une oeuvre sombre, mais profondément landaise.
    Depuis, j’y ai maintes fois repensé, aussi à l’occasion d’opinions que j’ai lues ou entendues, et qui étaient parfois sévères. J’ai même été parfois jusqu’à envisager que Manciet avait été un charlatan abusant du snobisme de ceux qui badent devant des oeuvres hermétiques... Pardon !

    Cette fois, je repars avec l’esprit positif !
    Les premières pages me vont. La langue me parait du bon gascon. Délicieuses constructions avec l’imparfait du subjonctif : Atenom s’acabessi !!! ("nous attendîmes que cela s’arrêtât" - lol - mais une traduction française de ce genre sonnerait ridicule, alors que la version gasconne ne l’est pas... bonjour aux traducteurs !)

    Il y a bien des descriptions de la terrible, pluvieuse, mystérieuse, nature landaise que je trouve un peu longuettes, mais là je ne suis pas bon public : j’ai toujours calé devant les pages descriptives des écrivains ; il me faut plutôt de l’action et des dialogues... Aimant les landes, je comprends quand même quelque chose des images de Manciet.

    Une image de quiétude au soleil pourtant - c’est si rare chez lui :
    « Au bòrd de l’arriu, dessús ua plaça de sable blanc, m’adromii au só. » (p.12)

    Bon, arrivé à la page 42, mon humeur positive commence à s’éroder. Je retombe dans la même perplexité que lors de ma première lecture il y a environ 35 ans.

    Le narrateur, c’est le maquinaire (« jo dont m’aperavan lo maquinaire »). Il travaille avec des mulatrèrs dans la forêt landaise. Et aussi avec des tombaires (abatteurs d’arbres, dit le lexique, assez complet et commode) : « Que me sui escadut dens ua equipa de tombaires espanhòus, dont parlan pas jamei o tant vau. E’us aimi pas, e damòri jo tanben jornadas sancèras shens díder arren. »
    "E’us aimi pas" : je ne les aime pas ! Le narrateur n’aime pas les tombaires espanhòus... pourquoi ? ce n’est pas dit ; le genre de choses qui crée un halo de mystère...
    A un autre moment, il congédie brutalement "lo petit hrair de la Denisa" qui voulait l’accompagner amicalement et qui finit, de dépit, par lui jeter des pierres : « Alavetz, d’ira e d’amistat mancada, em gitè pèiras ».

    C’est que le maquinaire a des missions à accomplir, je ne comprend pas bien lesquelles...
    Il est cependant capable d’amour. Apparemment, Denise ("la Denisa"), sa cousine, trouve grâce à ses yeux.
    Elle semble au maquinaire menacée de mariage avec un fils des nouveaux arrivants au Barralh (des estrangèrs - de Tartas ! - qui prennent la place de la vieille famille apparemment en perdition).
    Deux chapitres plus loin, c’est apparemment plegat, plié : « La Denisa me digó lo nin dont atinè que seré, qu’èra de crénher, moret com lo son pair, e pas com los d’a nòste. »
    « Sii com sii, aqueth nin serà ton. » (Quoiqu’il en soit, cet enfant sera tien.) Ah bon ? Pourquoi donc ? Dans un épisode précédent, c’est pourtant avec Madalena qu’il avait "pecat" tout une soirée...

    Bon, que’n soi arribat aquiu... dinca la seguida !
    PS : Que siatz tots hardits en 2016 !
    PS2 : à la relecture de mon billet "Relecture", je trouve beaucoup de "apparemment"... c’est l’effet de l’oeuvre de Manciet : il nous fait voir des choses sans jamais bien expliquer... l’art de la suggestion, sans doute...

  • Le premier problème avec l’oeuvre gasconne de Manciet est sa mise en écriture dite "occitane", ou "classique" ou encore "normée". Cette écriture ne convient absolument pas au dialecte gascon qu’illustre l’écrivain et qui est la négation même, à chaque ligne, à chaque mot, de l’idéal occitaniste d’occitan commun et d’intercompréhension "transdialectale" ou "interdialectale". Les tenants de l’occitanisme parlent de localisme, voire d’ultralocalisme, avec une moue de dédain, quand un autre que Manciet s’aventure dans ces chemins obscurs qui mènent au gasconisme le plus ténébreux, le plus neugue et, pour tout dire, le plus détestable. A l’époque où je préparais le CAPES on m’a vivement conseillé, à la FAC de Bordeaux, de ne pas employer mon parler landais lors des épreuves écrites et orales. Je précise ici que mon patois est à peu près exactement le même que celui de Manciet, et ceci afin de mettre toutes les chances de mon côté. Celui qui m’a donné ce conseil était LE spécialiste de Manciet et un des universitaires occitanistes qui fut le plus proche de l’écrivain.
    L’écriture occitane normée dénature profondément le parler "noir", ultralocaliste à dessein, de Manciet. Je ne sais pas quel jeu il jouait mais son écriture ressemble tout de même à un formidable pied-de-nez fait à l’occitanisme, dont il se servait par ailleurs.
    Le second problème est la difficulté qu’éprouvent les lecteurs de l’oeuvre gasconne de Manciet, y compris les Gascons, du fait de ce caractère volontairement obscur de la langue employée, auquel s’ajoute le style parfois ésotérique de l’auteur. Il y a 17 ans, à l’université de Montpellier, alors que je préparais la licence d’occitan, une enseignante m’a demandé de lire un passage de Casau Perduts (L’arrat de le cian) devant les autres étudiants. Je me suis exécuté en le lisant comme il se doit, en "neugue" de chez moi. Je puis vous affirmer que l’auditoire ne comprenait pas le tiers de ce qu’il entendait. Au moment de la traduction, il y avait un contre sens ou une incompréhension à chaque ligne et même l’enseignante avait du mal. Le gascon de Manciet est très travaillé mais tout y est authentique, on peut tout retrouver chez Arnaudin ou bien dans le dictionnaire de Pierre Méaule. Il ne fait qu’exploiter à fond toutes les ressources offertes par le parler "neugue" de la lande et il s’amuse à le rendre le plus obscur possible. C’est son sacerdoce, il dresse un monument à sa langue, à celle d’Arnaudin et de tous ces Landais qui ont toujours été méprisés, y compris par les félibres. Une revanche posthume.

    Les dernières éditions de l’oeuvre gasconne de Manciet sont pénibles à lire tant chaque page est truffée de fautes, d’approximations orthographiques et de mauvaises compréhensions.

    Je me permets toutes ces critiques parce que je pense connaître correctement mon dialecte landais, pour l’avoir entendu parler et moi-même pratiqué depuis mon enfance mais aussi pour l’avoir étudié sous toutes ses coutures depuis une trentaine d’années. Alors pardonnez ce qui pourrait ressembler à de l’arrogance dans ces lignes mais écrire autre chose par rapport à ce que je pense serait tout simplement un mensonge. Maintenant, on a le droit le plus strict de se moquer complètement de ce que pense le sieur Lartigue, lequel n’est pas un spécialiste de la littérature.

    Bonne année 2016

  • Lou Halip qu’a plan resoun. Con escoùtet le gén, que dirën Manciet qu’es cadut d’enloc, e que s’a inbentat toute le sou lengue... Mé se legísset Arnaudin, qu’es lou medîch dialécte...
    Qu’es exactemën ço que disî mé haut, qu’es estat tchapat per le grafî nourmalisade !!
    Que bau poustâ lèu ùue coumparesoun d’un tros de Per el Yiyo legit pr’ad et e grafiat a "l’ouccitane" e lou medîch tros escriut coum Boisgontier grafiét Arnaudin (coum escriui aquî, ou au mens, coum sayi d’escriue aquî !!). E’m pensi que sera prou parlayre...

  • Que’m arregaudeixi d’aver provocat tau andada de comentaris sus l’òbra deu Manciet. Lo silenci o çò de sordeix, la laudada consensuau dab totas las suas ambiguetats que son atau trencats ! E tots aqueths comentaris qu’aportan quaucarren .
    Je continue en français ,comme plusieurs des contributions ci-dessus , avec deux remarques un peu divergentes (dans mon cas aussi, ce sont des opinions,qu’on peut évidemment contester) :
    Je ne crois pas que la transcription de l’oeuvre en graphie »classique » soit un vrai problème (sauf pour un lecteur non –averti des codes de lecture (qu’une bonne édition devrait systématiquement redonner ,ce que ne fait pas l’Escampette,éditeur des oeuvres tardives) :ce serait être « plus royaliste que le roi » puisque cela ne gênait aucunement Manciet lui-même .Et la graphie en question ,avec toutes ses limites biens connues * n’empêche pas de lire Manciet correctement, à la gasconne voire à la »negue ».Mais tomber dans l’idôlatrie du « negue » ne me semble pas une bonne chose :est-ce que les catalanophones des Iles Baléares,tout aussi « negues » que nos landais (merci à Thomas Walsh et Jan Lafitte de nous l’avoir fait redécouvrir) font une fixation là-dessus au point de réclamer une orthographe propre réflétant exactement leurs particularités de prononciation ? Je crains que tout cela n’apparaissse un peu pichrocolin à nos contributeurs gascons du Béarn, de l’Est armagnacais ou de la montagne ;pour ma part,lisant Manciet à haute voix (c’est une poésie très déclamatoire) il m’arrive d’en respecter tout le côté « negue » mais pas toujours et ça n’enlève rien à la qualité du poème.

    Quant au vocabulaire,sujet qui mériterait de savantes et précises études ,je maintiens mes doutes malgré ce qu’écrit Halip ,certes plus qualifié que moi là-dessus (tout serait dans Moreau et Arnaudin ):dans son désir de faire plus archaique,plus sauvage et plus barbare que le voisin , Manciet me parait avoir parfois quasiment ( ?) inventé des mots.Un exemple parmi d’autres dans l’œuvre poétique des dernières années que je m’efforce de lire en cette fin d’année avec un succès variable :dans « Lo dider de Guernica »(le plus facile et agréable à lire ,par ailleurs),Manciet écrivait « lo chicòi de Guardiqui que ripataulejava » , qu’il traduit lui-même en « le petit des Gardoqui jouait de la flûte ». Vraiment ? Je ne trouve le verbe « ripataulejar « ni dans ma mémoire ni dans aucun dictionnaire en ma possession ici ;par contre je me souviens d’un groupe gascon girondin des années 80 du siècle dernier qui s’appelait « la Ripataulère » et dont je dois bien avoir une ou deux cassettes au fond d’un tiroir, cassettes d’accordéon plutôt que de flûte ,me semble-t-il . J’ai donc plutôt l’impression d’un clin d’œil du facétieux Manciet plutôt que d’une exhumation d’un vieux mot à demi oublié … Merci à Halip ou Renaud de lever le doute à ce sujet s’ils le veulent bien.

    *cette graphie d’une langue dont nous espérons qu’elle n’a pas dit son dernier mot,demande sûrement quelques adaptations mineures au gascon mais elle me parait plus adaptée et englobante (et plus esthétique,en plus)que la graphie boisgontier d’Arnaudin qui visait à donner une perception millimétriquement exacte d’une langue appelée à disparaitre, à l’image de l’intention d’Arnaudin lui-même .

  • une ripataulèra ( j’en ai fait partie) est un groupe de fifres, tambours et grosse caisse (+ autres instruments éventuellement).il en existe quelques- unes dans le bazadais et le cernés. autrefois ces groupes n’avaient que 3 musiciens et accompagnaient les défilés des conscrits ou des boeufs gras.

    bona annada a tots !!

  • Qu’as reson de díser lo "parlar negue" n’es pas mè sonqu’un parlar gascon dab un accènt un chic difrènt e que ne pòden pas adaptar le grafia sancèra sonque pr’ad eth. Totun, en l’òbra de Manciet qu’i a causas que son entà jo mau grafiadas percè ne son pas localismes.

    Pr’exemple, l’imperfèit deu 1er grop : "qu’anèva" (qu’anéue), çò qu’escrivoren "qu’anava". Qu’es totun ua fòrma pro corrènta (totas les Lanas, quasi, lo Baionés, au mensh ua part de le Gironda e deu Lot e Garona).

    Tabé, d’escríver "la" com en "la hemna" çò que’s prononça "le hemna" qu’es grèu entà jo. Pramon qu’es un mòt ultrà-comun, l’article feminin, e qu’es donc sistematicament mau grafiat... Per los qui an "Per el Yiyo" legit per Manciet, qu’es estonant de l’entèner legir le soa òbra en disents un còp "la", un còp "le"... Donc, ne sui pas si segur ne’u hadossi pas poshiu l’escritura normalisada au Manciet...
    D’escríver "nueit" çò que’s prononça "neit", etc...

    N’es pas donc de sanjar le grafia mes d’aver arrespèct entaus parlars dialectaus e le fèiçon de’u escríver. Sustot en ua òbra tan personau... Pramon qu’es possible.

    Après suu vocabulari de Manciet, pr’aver inventat quauques mòts o sortits de le neit barrada quauques auts, e’m pensi que çò que dit Halip qu’es juste. Quasi tot qu’es en Arnaudin o Méaule (pas Moreau). Après, lo de Méaule (sortit d’Escource), qu’es un diccionari mè complet que lo d’Arnaudin. Per los qui’n son interessats, que l’èi a nòste mercès au Halip justement !!).
    Lexique français-gascon d’Escource et de la Grande Lande

  • Lo ligam dat aquí qu’es ua seleccion hèita per Halip Lartigue de’queth diccionari, lo diccionari sancèr que diu estar 10 còps mage ! E tabé, çò qui n’i a pas en le seleccion hèita per Halip, qu’i a frasas exemples a quasi cada mòt.

  • Plan segur, Meaule e non pas Moreau ( o Moreu ? ) ,qui es,çò’m par ,un dicconari deu parlar de Buch,qu’avevi escrivut de memoria ...
    Nuèit o nèit ? E a beths còps,nuyt,credi...
    Lo Jan lafitte qu’ac volèva cambiat en "noèit" quauques ans a , mès conforme ,çò diseva, a l’etimologia(noctem) e la prononciatcopn gascona ... biarnesa, de hèit.
    La solucion que’m sembla d’acceptar dobles:noèit e nuèit .Mes nuèit que pòt perfectament este prononciat nèit o nuyt o nuèit,segon los parlars ,non ? Parier per çò de "noèit" .Continui a non pas veder lo problema.
    La o le, Renaud qu’a benlèu rason:las duas fòrmas que’m semblan de non pas con.honer,irreductibles l’ua a l’auta .Mes alavetz que i auré un problema de logica dab totas las fòrmas femeninas,non ? Non sui pas pro linguiste entà’c resolver ! Bona nuèit ( o nèit o ...) !

  • nueit/neit et pas nuèit/nèit. Erreur désormais très courante.

  • Com dit ensús, qu’es "neit" e non pas "nèit".
    Le problème est simple, c’est qu’il dit "neuyt" (graphie française), alors ça doit être graphié "neit". S’il avait dit "noueyt" => "nueit" o "noeit" (ça, ce n’est qu’un détail de luxe...), s’il avait dit "nuyt" => "nuit" ! Etc...

    Car non, "nueit" ne peut pas être prononcé "noueyt", "neyt", ou "nuyt" selon les parlers parce que cela implique que les lecteurs soient déjà au courant de leurs formes dialectales propres, que les lecteurs soient parfaitement imprégnés de dialectologie gasconne... ce qui ne peut pas être le cas...

    Aquiras questions ne serén pas de pausar dab ua lenga normalisada mes... i es pas... donc, e mè que mè quèn am un gran escrivan emplegants ua lenga locau, que cau le grafia que singui plegadissa...

  • Totun, en tornants legir "Casaus perduts", que tròbi le grafia n’es pas tròp maishanta de cap a le lenga de Manciet. Au mensh, hòrt mè respectuosa que le deu "Camin de Tèrra" (s’es aquò lo titre). Qu’èi notat pr’aquò, quauques imperfeccions :

    "Huec" au lòc de "huc"
    "nueit" au lòc de "neit"
    "pr’amor d’aquò" au lòc de "pramon de’quò" (pramoun de’quo)
    "Per aqueste còp" au lòc de "pr’aquest còp" (Pr’aquës cop)
    "siin" au lòc de "singuin" (los dus que’s disen mes s’escótatz Manciet dab Lubat sus l’empont, "singui" qu’es le soa fòrma naturau, donc...)
    "shens au lòc de "shèts"
    "dens" au lòc de "den"
    "cargar" au lòc de "carcar"
    "anavi", "portava", etc... au lòc de "anèvi", "portèva"
    "a soacasa" au lòc de "a soacasi" (de vrai, lo "i" de "soacasi" qu’es illogic, mes qu’es atau, le lenga que’n pòt tabé estar, illogica...)
    "ditz" au lòc de "dit"
    "deravar" au lòc de "dravar"
    "traversada" au lòc de "travessada"
    "poiré" au lòc de "puiré" (totun, qu’i es portat "lunh", o "pluja"...)
    "beròi" au lòc de "bròi"
    "tira-nos" au lòc de "tira-nes"
    "destrigatz-vos" au lòc de "destrigatz-ves"
    "mieijorn" au lòc de "mijorn"
    "que los-i manca" au lòc de "que les-i manca" (illogic tabé percè que pòt estar arrevirat per "leur", mes absurde au còp percè "les-i" que diu estar ua influença deu lengadocian/deu gascon tolosan on l’article "le" es l’article masculin)
    "plaser" au lòc de "plesir"
    "dehens" au lòc de "dehen"
    "dides" au lòc de "dits"

    Que pòden semblar detalhs mes que tiran shuc a le lenga deu Manciet. Pariar mèma lo quite Manciet avè podut grafiar aquiths mòts atau, perdut que divè estar enter tots los cambiaments ortografics despuish lo son començament...

  • Renaud touche au cœur du problème, comme souvent, car il est réaliste et est sur le terrain. L’orthographe normalisée, qui veut qu’on prononce OU ce qui est écrit O, E ce qui est écrit A ou èoue ce qui est écrit AVA n’est pas un système réaliste car quasiment personne n’est capable de lire correctement. Ce fut une grande erreur de s’obstiner avec cette écriture savante car cela a encore un peu plus éloigné et découragé ce qui restait de potentiel. C’est bien là l’aveuglement coupable de l’occitanisme militant, en plus d’avoir voulu et de toujours vouloir imposer une langue normée dite "centrale" (= simili languedocien).
    Si nous étions dans un contexte de normalité, il n’y aurait pas de problème et les gens sauraient intuitivement lire, quel que soit leur dialecte et leur accent, un peu comme un français sait naturellement que AN et En, IN et AIN se prononcent de la même manière et sait déchiffrer les incohérences de l’orthographe française qui est pleine d’inadéquations entre la graphie et la phonie. Les régionalistes méridionaux voient le monde tels qu’ils auraient aimé qu’il fût et non tel qu’il est. Ce manque de pragmatisme se paye cash, et au prix fort.
    Demander à un non initié (l’immense majorité) de savoir que LA HEMNE QUE SE N’ANAVA VEDER LO SON HRAIR doit se prononcer LE HOEMNE QUE SE NANèOUE BOEDE LOU SOUNG RRAIL (les R étant roulés et les H soufflés, qui plus est) relève de l’illusion, du rêve éveillé. Même les néo locuteurs en sont totalement incapables.

  • Après avoir relu "La pluja", j’ai relu "Lo camin de tèrra" de Manciet.
    Qu’i tornaréi... je ne veux pas casser l’ambiance...

    Mais je veux partager avec vous une de ces constructions idiomatiques qui me ravissent :
    Que sabí la rota tots los sons clòts. (p.69 de "La pluja")
    En franco-phonétique, ça doit donner Que sabí le route touts lous souns clòts. Je suppose qu’on dit "que" en negue comme en français.

    Mais ce qui m’intéresse, c’est la construction, mot à mot "je savais la route tous ses trous". Jamais entendu ça en français. En allemand, oui , j’ai un vieux souvenir de "Richard sein Bett" (Richard son lit = le lit de Richard).

  • On en revient encore et toujours à cette histoire de graphie peccamineuse comme si elle était responsable de tous nos échecs…
    Malheureusement,bien que ses défauts soient réels (et auxquels on peut au moins partiellement remédier),je crains qu’il ne soit plus temps de revenir en arrière.Ce serait une régression à plus d’un titre :
    - parce que ,même peu connue,elle l’est de tous ceux qui ont eu à faire de près ou de loin avec l’occitanisme et par exemple ceux qui ont reçu quelques cours d’ « occitan », cela finit par faire du monde . Et parce que les autres,dans leur très vaste majorité, s’en moquent …
    - parce que le petit monde de la gasconité,s’il peut encore être à l’origine d’aménagements mineurs de la graphie en question, n’ a ni les moyens ni les réseaux de lancer ou relancer une autre graphie d’usage large sinon généralisé et public (à supposer d’ailleurs que ses multiples courants s’entendent sur l’une d’entre elles).
    - parce que revenir à une écriture à la française serait insupportable pour beaucoup d’entre nous qui ne désirons nullement être confrontés à la masse lourdaude des « ou » français dans un texte gascon (et des « eu » pour le parler noir ) ni à la diversité considérable des formes graphiques qui s’ensuivraient.Néo-locuteur à l’origine comme tant d’autres, cette graphie ne me pose aucun problème majeur (y compris dans la phrase type citée par Pey) et je la trouve même assez belle quoi que,je le reconnais, un peu trop éloignée des formes parlées,comme la graphie de la langue française elle-même .On ne peut avoir le beurre et l’argent du beurre !

    Cela dit,il faut être accueillant à toutes les graphies et savoir les utiliser ensemble quand il faut, dans le style des panneaux « LENGON » d’entrées de villes proposés sur notre site.

    Enfin,je crois sincèrement qu’il faudrait cesser de se focaliser sur les questions de graphies et savoir passer à autre chose , sans bien sûr rien céder à ceux qui utilisent la graphie « classique » en question pour nous faire passer insidieusement à une toute autre langue .A cet égard,en vue d’aménagements mineurs,il faudrait que nos linguistes attitrés puissent repérer ce qui ,dans la graphie classique,n’existe QUE pour coller à un « occitan central » ;pas sûr que la liste en soit si longue que ça. Jan Laffitte me semblait avoir travaillé en ce sens au tout début de ses recherches sur ce sujet.

    Mais nous voilà bien loin de Manciet ! Pour y revenir un instant,il serait instructif de savoir si la forme syntaxique relevée par Tederic (que sabi la rota tots los sons clòts) est bien pan-gasconne (quelle grammaire fait autorité aujourd’hui ? Bianchi,si je me rappelle ?) ou limitée à un gascon occidental recouvrant ou non la zone « negue ».Autre sujet d’étude à promouvoir .

  • Ne sui pas tròp lunh deu vòste avís, Gérard. E ne’m pensi pas tapauc lo parlar negue, qui a a le hèita fin, es mè un accent qu’un dialècte, pausi mè de problèmes d’adaptacion qu’un parlar comengés deu Larbost o deu Coserans...
    Totun, jo qu’èi sustot parlat de respectar lo dialectalisme de Manciet (e de qui que singui), d’escríver "huc" quèn dit "huc" e pas "huec", "neit", etc...
    Aquò, entà jo, qu’es "le nerf de la guerre" !

  • Entà jo, le frasa "que sabí le rota tots los sons clòts" qu’es mè que mè ua contruccion "jusqu’au boutiste" deu Manciet. Ne’m pensi pas que s’estossi dit atau... Que jòga sus le capacitat deu gascon a simplificar le frasa francesa, mes aquí que’m sembla anar un chic lunh pr’estar vrai...

    Per exemple, en Arnaudin, qu’am aquesta frasa : "Papà, e donc mélhe que tu le mòrt, que’u preirèi" (Papa, plutôt que de te voir mort, je le prendrai...") qui es de le medisha traca, mes pas autan simplificada que’n çò de Manciet.

  • La graphie n’est pas responsable de tous les échecs mais elle les a amplifiés en coupant les derniers locuteurs naturels de l’écrit, en leur faisant ressentir leur infériorité culturelle de classe, de ploucs patoisants et réacs (la haine qu’a l’intellectuel de gauche du monde rural ancré), en faisant de leur langue un objet bizarre, inconnu et méconnaissable, l’apanage, le pré carré de quelques clercs qui, malgré leurs discours de gauchistes soixante-huitards et post soixante-huitards, étaient et sont toujours totalement coupés du peuple gascon car étant eux-même issus de la bourgeoisie, et ça c’est très grave. Sans emphase, c’est un crime par entêtement dogmatique, orgueil de caste et d’élite lettrée autoproclamée. C’est l’appropriation frauduleuse, la spoliation et l’aliénation de ceux qui étaient jusqu’alors porteurs de ce patrimoine, le peuple rural, objet de tous les mépris. Vous savez, ce monde qui a disparu dans les années 1960 et dont Jacques Tati, de Jour de Fête à Play Time, a si bien décrit l’agonie et la mort. Tout cela est bien français au fond. L’écrit comme instrument de pouvoir au service de la classe dominante qui la maîtrise et veille à ce qu’elle reste difficile d’accès aux prolétaires. Comme tous les gauchistes, les occitanistes sont des bourgeois ou petits-bourgeois honteux, n’assumant pas leur origine sociale mais tenant à marquer leur différence d’avec le populo. C’est de la sociologie de base.
    D’accord avec Renaud, il faut respecter les auteurs, surtout dans le cas de Manciet dont le parti pris littéraire était justement d’illustrer son dialecte landais. Affubler son oeuvre d’un déguisement qui ne lui va pas et qui le dénature est une trahison pure et simple de l’oeuvre et de l’auteur. Une putain maquillée comme un camion de pompiers, vulgaire à souhait.
    Arnaudin a toujours refusé de collaborer avec les félibres, surtout béarnais, car il savait dans quel mépris ces gens là tenaient le parler "noir" et les Landais. Manciet, j’en suis certain, avait ça en tête qui a voulu bâtir un monument à notre patois et jeter son oeuvre, vraisemblablement la meilleure oeuvre contemporaine en langue d’oc, parce qu’échappant au carcan folklorique, à la face des ces arrogants et de ces méprisants.
    La mort des particularités dialectales c’est la mort du gascon.

  • Pey, on ne peut que comprendre votre ressentiment devant l’ignorance satisfaite et le mépris de la ruralité et des cultures populaires qu’on note couramment chez les « élites », ceux qui sont du bon côté du »poste »(de radio,de télé,etc…) ,du côté du manche ,quoi.Si vous nous suivez sur ce site depuis quelque temps,nous n’avons les uns et les autres ,pas cessé de commenter cela depuis des années,avant même que le sujet ne commence à forcer le mur du silence dans les grands média (qui n’ont pas abandonné leur indifférence face aux cultures régionales,il est vrai ) .

    Toutefois ce serait une erreur de lire une réalité s’étendant sur de nombreuses décennies à travers ces lunettes actuelles :je dis actuelles car ce phénomène de distanciation s’est fortement accru depuis une dizaine d’année environ,un peu plus peut-être , à la faveur de la mondialisation,de la perte des racines paysannes (et de toutes autres racines d’ailleurs) par une part croissante de la société urbanisée française (car en effet, c’est très français tout ça ) ,etc …

    L’histoire de la graphie classique occitane remonte en effet à bien plus loin et nos bobos parisiens ou toulousains n’ont jamais eu grand-chose à y voir.A l’origine,vous trouverez dans les vingt ou trente premières années du XXè siècle , deux instituteurs publics ruraux du Haut-Languedoc, écrivains à leurs heures,un curé limousin puis un autre toulousain, érudits comme l’étaient alors beaucoup de curés de campagne qui n’avaient alors qu’un seul clocher à desservir et avaient le temps de cultiver les muses , puis ,après la Libératon, quelques intellectuels encore attachés à la ruralité et d’origine sociale variable, un pharmacien ,des professeurs,dont Pierre Bec ,enraciné à Cazères en Comminges malgré une carrière universtaire poitevine,etc … Je ne crois pas du tout que leur propos était d’éloigner les derniers locuteurs naturels de la lecture de leur langue .C’est vrai , cette langue,ils la croyaient une et leur erreur était sans doute de n’avoir pas creusé plus profond la terre de la diversité comme on dirait aujourd’hui ; en tous cas ils voulaient forger pour cette langue minorée et souvent méprisée un vêtement beau et durable dans un monde qu’ils voyaient rapidement changer .
    Toute cette histoire,très rapidement résumée en cinq lignes, serait à écrire d’ailleurs à partir des archives que les uns et les autres ont pu laisser .Ici encore, il faut mentionner Jan Laffitte,le seul à ma connaissance à avoir entrepris,mais sans le secours des archives privées en question me semble-t-il, l’histoire des graphies des langues d’òc , en particulier du gascon. Ce qui n’oblige d’ailleurs pas à suivre toutes ses conclusions ni sans doute certains de ses préjugés.

    Quant à Manciet, totalement imperméable aux querelles de graphie,c’est son œuvre qu’il avait en tête,quelque chose d’universel,du niveau d’Homère ou de Shakespeare (l’homme n’était pas modeste et ,après tout avait raison !) ; il l’a bâtie à partir du matériau brut qu’il avait sous la main et ce côté brut,encore une fois,lui plaisait . Si nous suivons ce qu’écrivait Renaud ce matin, c’est même la syntaxe du parler landais qu’il rendait parfois plus rude que nature ! Mais je ne crois pas qu’il ait voulu faire un monument au patois grand – landais ,puisque vous utilisez ce terme .

  • En §er§a, a’ou miey de les obres d’ou Bernat Manciet, k’y awé un petit libre, oun pouden legi sus l’aprigue,
    per dawan :
    Bernard Manciet
    Le
    Grand vent
    Traduit de l’occitan par l’auteur
    L’Escamette
    per darré :
    vous avez voulu des princes impies
    ils s’en vantent
    moi aussi je vais me vanter

    ils disent : nous nous élevons de la voix des peuples
    et ils tournent en rond autour de notre montagne
    comme le tourbillon du pailler autour du mât

    mais moi j’entends la voix des étoiles
    l’acclamation de leurs tempêtes innombrables
    et je vais vous faire tourbillonner comme de la paille
    Bernard Manciet
    e, page 24, lou texte en occitan :

    Vos ètz cercat mèstes deus impius
    e que se’n vantan
    jo tanben que me vau vantar

    ço diden : que pojam de las vutz deus puples
    que viran adarron de nòsta montanha
    com s’estorbilha lo palhèr au pau

    jo arreis qu’enteni la vutz de las estelas
    l’aclam de milèrs e milèrs sas ventenas
    que vos estorbilharèi com siitz palha

    en §er§a de countugne, kap bat lous papérots, ke-m éy troubat, en un tirét, uwe letre d’ou Bernat Manciet oun es eskriwut :
    - votre courrier en orthographe phonétique m’est bien parvenu et m’a plu.
    En effet, l’abondance des w et des k a quelque chose de très décoratif -
    Alabets, jou tabé ke-m baw banta, en eskriwe dap lou patwas d’ou moun tinéw.
    Té, eskoutats :
    Ke-bs éts çerkat méstes d’ ous impiws
    e ke-s en bantan
    jou tabé ke-m buy banta

    ço diden : ke-ns puyam d’ou silençi d’ous puples
    ke biran adarroun de nouste mountagne
    koum s’estourbiye lou paylé a’ou paw

    mé jou k’enteni lou silençi de les esteles
    l’aclam de miliés e miliés sas bentenes
    ke-bs estourbiyarey coum siits payle
    Garlu§e

  • Adixatz mounde

    Qu’aymeri partadja you tabé las mées impressioûs sus l’obre de Manciet, ou meylèu sus ço qui-n couneixi.... Que descouvri trente ans a lo gojat de Noveme, qu’espràvi ue facinacioû estranhe. Que cambiave hère deus felibres biarnés, la lengue, lous pinhadas, lous persoundages… Mes ne coumpreni pas gran cause de l’istoère... Que m’y tournèy mey d’û cop xens coumpréne mey. Que troubàvi Manciet hère reacciounàri, noustalgique, û soulitàri hens las letres d’oc. Que y avè tabé aquere loengue estranhe, aquere sintaxe esquerre… . N’avè pas voulut escrìve en biarnés coum l’at proupousave Camelat (aqueste que-n parle hens ue letre à Pic), e que-s coumprén : que coundave û mounde à despart, û loengue à despart, qu’ère coum lou Catoia de las letres gascounes. Lhèu que-s vedè coum lou cant deu cidne d’û mounde despareixent…
    Que coutibave ue loengue hèyte de fulgurances, de visioûs, d’esbalans, de negrou e d’escuretat, l’alucinacion prouduside per la vite ?

    Que legèy mey de libes de Manciet, que-m brémbi plâ d’Elena qui-m deixè la medixe empressioû…
    E que-m demàndi quin gascoû escribè Manciet ? Que-s parlave de mey en mey d’eth mes quine traque d’escrivâ ère ?
    E puix que y a Casau perdut… Casau perdut que-m he pensa à Revenge of the lawn de Brautigan. Medix prose poetique, medix tablèu petit tout en esquisse… Que n’èy û exemplàri dab ue grafie gascoune (aus edicioûs Princi Neugue, de 2005, dab le e noû pas la per exemple). Ço qui-m pause la questioû de la grafie occitaniste causide per Manciet, û masque de mey ? Ne-m semble pas que causi aquere grafie per militantisme. La coumplexitat, la mesclanhe d’arcaisme e de modernitat, l’elitisme d’aquere grafie e anave plâ dab lou prètz-hèyt literàri, lou desi ambicious de Manciet d’illustra lou soû parla ?
    Ue countradiccioû de mey ?

    En fèyt de lége Casau perdut que-m pareix la lengue de Manciet hère gascoune, pas lou biarnés classique, soulide, mes pas tapoc la lengue de Pèir Bec qui-m hè pensa au lengadouciâ. Nàni, ue loengue plâ enradigade qui ey, lhèu, lou vertadè subjèct de la soue obre. N’escribè pas sounque sus ue familhe, û mitâ souciau, coum Mauriac ou lou Camelat de vite-vitante. Qu’escribè tabé sus la mourt d’ue loengue, d’û mounde esperituau. E en fî de coumpte ne-m pareix pas tan escure aquere lengue. De segu que y a mouts encouneguts, mes que n’y a tabé enço de Camelat qui pretendave escrìbe en biarnés. Lége Belina, lége Casau perdut, que demande û esfors, mes que n’èm plâ pagat.

    Ta ço de la sintaxe, urousamén lous escrivâs ne soun pas presonès d’ue lengue academique, ni en gascoû, ni en francés, ni en espanhòu, ni en anglés…

    En tout cas que m’avetz balhat l’emveje de m’y tourna au Manciet e que m’y toùrni dab gran plasé.

  • Que partatji çò qu’a escrit Peyraube ací-dessus, e benlèu acò :
    « ue loengue plâ enradigade qui ey, lhèu, lou vertadè subjèct de la soue obre »

    Ne tròbi pas que Manciet e sia de mau legir*. Las soas frasas que son pro cortas. Mès la sintaxi n’es pas, urosament, un calque deu francés.
    Qu’èi dejà mentavut la mia delectacion de « Que sabí la rota tots los sons clòts ».
    Renaud que pensa aquesta construccion qu’es "jusqu’au boutiste" ; doncas pas autentica, pas tirada deu parlar vertadèr ?
    Sabi pas.
    Qu’èi trobat dens un libe en castelhan acò :
    Esperaban en el pasillo les permitiesen seguir adelante.
    Que’m sembla ua construccion correnta ençò de Manciet, e que’m agrada. Cresi que lo Halip Lartiga l’utiliza tanben. E’m diratz si ’vse pareish possibla dens la lenga deu pòble gascon d’avans la francizacion ?

    * L’escuritat (volontari) deu Manciet, meilèu que dens la lenga, qu’es dens l’istòria que conta, dens lo "scenariò".

  • Bernard Manciet ne fait pas de l’obscurantisme ni du jusqu’au boutisme, il essaie de restituer une langue d’avant la francisation, une langue dégagée du carcan formaliste, castrateur et pédant que le français fait peser sur le gascon, et sur lui-même d’ailleurs. Le français de Rabelais, d’avant l’académie, est une langue bien plus riche et joyeuse que ce truc corseté et plat, prétentieux à souhait, des temps post-académiques. Le français c’est lourdingue. Manciet libère le gascon, lui rend son authenticité et sa fraîcheur de langue désentravée. On retrouve d’ailleurs cette liberté lexicale et syntaxique chez Arnaudin. Son oeuvre maîtresse, l’Enterrament, se veut d’ailleurs un tombeau, au sens musical ou poétique baroque. La "Dauna" qu’on enterre, c’est la langue gasconne.
    Manciet est vraisemblablement le seul auteur gascon, d’expression gasconne et française, dont l’oeuvre a une portée universelle.
    Son travail sur la langue est, toute proportion gardée, un peu comparable à celui d’un Louis Ferdinand Céline. Cela donne l’impression de couler de source mais c’est vraisemblablement le fruit d’un travail acharné et harassant. Une interview de Céline. A écouter absolument car c’est vraiment un grand génie, LE génie (?) de la littérature du XXème siècle. Ses considérations sur la littérature et sur le travail de l’écriture sont extrêmement intéressantes et peut-être que Manciet aurait pu les formuler. Il ne faut pas s’arrêter au Céline antisémite rabique mais il faut considérer la totalité de son oeuvre. Si on devait écarter tous les grands auteurs qui ont écrit des lignes antisémites, parfois très virulentes d’ailleurs, il faudrait alors brûler à peu près toutes la littérature des siècles passés, depuis Montaigne, en passant par Voltaire, Kant, Hugo ou Balzac.

    https://youtu.be/WmL56-cFrz4 et https://youtu.be/tRlzjw-2v3o

  • Ne dic pas Manciet qu’a ua escriutura "jusqu’au boutiste" mes que le frasa que balhas "Que sabí la rota tots los sons clòts", que seré poduda estar un chic possada pr’ad eth. Com s’avè volut dar un bèth pos au caractère pleguedís deu gascon.
    Ne disi sustot pas Manciet n’a pas un gascon autentic ! Quèn legíssetz Arnaudin que comprénetz lo Manciet, tot simplament, qu’escriu un gascon locau, un parlar dialectau.

  • Montaigne ? Entaus auts n’at sèy pas, mes enta Montaigne d’oun tiratz que seré antisemite ? ! Ne l’èy pas brigue tout au countre !

    Ta ço deu tribalh de Manciet sus la lengue que’m pareix unic, e qu’èm privilegiats, nousauts, de-u poudé lége en gascoû, medix si s’ageix d’û enterrament...

  • Au temps pour moi. Je voulais dire Montesquieu, lapsus calami. J’ai écrit Montaigne en pensant Montesquieu. C’est, entre autres, dans les Lettres Persanes.

  • Je dirais tout au plus antijudaique au sens religieux du terme . Montesquieu,en précurseur du libéralisme reprochait sans doute aussi aux Juifs de conserver un attachement de type quasi national (les "juifs portugais") à leur communauté ,opposé en cela à la doctrine en formation de l’individualisme libéral ( cf Napoléon :"tout pour les juifs en tant que personnes,rien en tant que nation").
    L’antisémitisme est un concept créé au XIXè siècle et fondé sur une hypothétique"race sémite"à laquelle les Juifs européens étaient (souvent à tort) supposés appartenir.

  • Oui Gérard, le terme antisémite est de nos jours quelque peu galvaudé, employé à tout va et souvent à tort et à travers contre des gens qui sont, tout au plus, judéocritiques ou bien israélocritiques. Et puis aujourd’hui, se faire traiter d’antisémite ou bien être poursuivi pour antisémitisme, réel ou supposé, équivaut aux pires ennuis et à la promesse d’une mort sociale et professionnelle quasi assurées dans certains milieux. Judéophobe serait plus juste pour qualifier ceux qui n’aiment pas les juifs.
    Quant à la supposée "race" sémite, il est bien évident qu’elle n’existe pas puisque les juifs ashkénazes, avec leurs bouilles "aryennes", genre le rouquin Conh-Bendit, ressemblent bien moins à des sémites que feu Yasser Arafat, qui n’était pas juif pour un sou comme on sait.
    Bon, on s’éloigne de nos moutons et de Manciet.

  • Benlèu, quanb s’ageix de temas "delicats" ,las discutidas que damoreren mes confidenciaus e qu’es poderé evitar atau peguessas de quauque franchimand esbarrit ,non sèi pas (qu’en dobti , totun) .
    Causir ua de las duas lengas deu siti n’es pas jamèi evident.Quan comenci un subjecte aquò depen deu tèma.Quan responi a quauque hiu ,qu’ac hèi en la lenga utilisada per la gent a qui responi...N’es pas cap scientific !




Un gran de sau ?

modération a priori

Contributions et grans de sau sont soumis à validation des webmèstes.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document