Lo gost de la tomata* Culture en serre et circuits longs ; l’exemple de Marmande

- Tederic Merger

*lou goust de la toumate (le goût de la tomate)

Tomate verte au secrétariat de ReGasPros à Tonneins
Juste avans Nadau... aqueste ne serà pas jameÿ madure !

Disparition à Marmande : Henri Boxberger, l’ancien « pape de la tomate », n’est plus (sudouest.fr)

C’est ensemble qu’ils avaient porté, à la fin des années 1980, avec Aldo Menegaldo le projet des Serres des Perrinots à Marmande. « Nos systèmes de production étaient dépassés à l’époque, rappelle Yves Bertrand. On ne faisait que du plein champ, notre production s’étalait sur trois mois. S’il faisait froid, on ne produisait rien ; s’il faisait chaud, on produisait trop. À l’époque, les Hollandais avaient envahi le marché français. On a copié leur modèle en Lot-et-Garonne : j’ai lancé un plan de constructions de serres

Est-ce que le passage à la production en serre n’a pas sacrifié le goût de la tomate de Marmande ?
Et maintenant qu’on parle de consommer local et de saison, le modèle de la tomate de Hollande n’est-il pas périmé ?

D’où vient le goût de la tomate ? est-il compatible avec la culture en serre ? et avec les circuits de distribution longs ?

Cueillette à maturité : très important, et c’est possible aussi théoriquement en serre

Les secrets des bonnes tomates

Cueillez les tomates du jardin à point
Rien n’est meilleur qu’une tomate cueillie juste mûre (...). Les tomates cueillies trop tôt n’ont pas accumulé assez de sucres. Elles seront incapables de les fabriquer après la cueillette. Les fruits immatures tourneront au rouge, mais resteront toujours plus acides que ceux cueillis au bon moment, même si on les expose au soleil, derrière une vitre.


 compatibilité avec la serre : quiò !
 compatibilité avec le circuit long : non !

Les variétés goustouses* :

* goûteuses
Les secrets des bonnes tomates

une variété habituellement fade ne sera jamais très savoureuse, malgré toutes les astuces du monde. Mais une tomate normalement très goûteuse peut perdre sa saveur si elle est mal cultivée !

 compatibilité avec la serre : quiò ! en cherchant bien les variétés goustouses qui supportent la serre...
 compatibilité avec le circuit long : ça se complique ! les variétés bonnes selon le goût ne sont pas celles optimales selon les critères de la production de masse pour les circuits longs (résistance "long life", conformité aux canons du beau fruit...)

Le sol facteur de goût :

 compatibilité avec la serre : oui si on s’assure que le sol de la serre est propice ; ça parait possible, puisqu’on sait même produire hors sol, en constituant de toutes pièces un sol propice...

Le climat facteur de goût :

 compatibilité avec la serre : oui si on sait reconstituer le climat adéquat à la variété de tomate ; ce n’est pas si facile... et si la tomate a besoin justement de ne pas être sous abri pour être goûteuse ?
Les secrets des bonnes tomates
« Attention à la culture sous abri (tunnel, serre…) : si elle plaît à la végétation des tomates, elle en atténue aussi le goût. »
Certains avancent l’idée de la nécessité de stress, de la confrontation directe du fruit avec les éléments ; ce serait la négation même de la culture en serre... [1]

Conclusion :

La production en serre est théoriquement compatible avec des tomates goûteuses, à condition de :
 cueillir les tomates à maturité
 choisir les bonnes variétés
Ces deux premières conditions sont difficiles à réaliser pour une production massive destinée à des circuits de distribution longs.
 préparer et maintenir un sol approprié
 aménager un micro-climat de serre approprié

Retour à Marmande

A Marmande, qui a naturellement le sol et le climat appropriés, si on vise un circuit de distribution court (local ou régional) et une production saisonnière, le plein champ redevient optimal ; ou peut-être une culture sous abri léger pour étendre modérément la saison de récolte et éviter les pires aléas de la météo ?
 des petites serres pour des quantités plus modérées que maintenant ?
 des serres astucieuses qui combinent production de tomates et production photovoltaïque ? là, ça devient très technique...

Notes

[1Apport positif du stress pour le goût ? A confirmer :
La tomate, les défis du goût
La plante sécrète des molécules pour se défendre contre de nombreux facteurs de stress (hydrique, lumineux, carence azotée, parasite…) ; or ces molécules (absentes s’il n’y a pas de stress, donc en environnement trop protégé ?) seraient bonnes pour la santé. Et pour le goût ?

Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

Dans la même rubrique :


 

Sommaire Noms & Lòcs