La parabole de l’enfant prodigue en parler d’Unet retranscrite par Julien B.

- Tederic Merger

Canton de Tonneins
Les paraboles de l’enfant prodigue disponibles en gascon

Section d’Unet
Lou drolle prodigué

1. Un hommé n’abèbou qué dus gouyats. Lou pu jouén digout à soun pay. " Es tén qué siqui moun mesté et qué aji d’argen.
Faou qué pousqui m’en ana et qué besqui dé péis. Partatyat bosté bien et dounat mé so qué dibi abé."O, moun gouyat, digout lou pay ; couma boudras. Sès un méchant et séras punit". Aprets, oubrin un tiroir, partatyet soun bien ; et en ascout duous parts égalous.

2. Paou dé jours aprèts, lou méchant gouyat s’en engout daou bilatyé, én esén lou fiè et sans disé adiou à digun.
Traberset bien de landous, dé bos, dé ribèrous, et bengout dens unou grandou bilou, oun déspensèt tout soun argén. Aou bout de caouques més, dibout vendé sas hardous à unou bieillou ennou et sé louga pér esta baylét : l’enbouyèn as champs per y garda lous asés et lous bèous.

3. Alors estout bien malurous. N’agout plus dé let pér droumi la nèt, ni dé èt pér sé caoua quand (y) asèbou fret. Abèbou caouque cot tant (grand) amé qué aouré bien minyat aquérous eillous dé caoulets et à qués fruits pourrits qué minyén lous pors ; mé digun nou li dounabou rés.

4. Un sèy, lou bénté bouyté, sé dichèt toumba sus un souquét, gaytan pér la frénestou lous aousèts qué boulaben laougèramén. Aprèts, bescout paréché dén lou ciel la luou et las éstélous, et sé digout én plouran " là-bas, la maysoun dé moun pay és plénou dé dosmestiques qu’an dé pan et dé bin, d’éous ét dé froumatyé, tan quén bolén. Penden aquét ten jou mori dé amé assiou."

5. Et bé baou lé léba, anguirey trouba moun pay ét li dirèy "ascouy un pecat quand boulouy bous quitta. Agouy gran tort ét faou qué mé punissét, out sabi bé. Nou m’appèret plus bosté gouyat, trétat mé couma lou darré dé bostés bayléts. Estouy coupablé, mè languissèbi lèn dé bous".

6. Lou pay èrou dén soun casaou, finissèbou d’arrousa sous flors, bésitabou lous poumès ét lous rasins. Quand bescout béni, saou camin soun gouyat, tout coubert dé susou et dé poussièrou, traynan la camou, pouscout à pénou out crésé. Sé damandét sé falébou qué lou puniscoussé ou qué lou perdounéssé. Enfin dans la larmous dén lous èls, li alounguèt lous bras ét sé jitan à soun cot, li dounèt un gros poutoun.

7. Aprèts, ascout assiéta soun gouyat, appérét sas gens et lous bésins " boli l’ayma coumo aban, lou praoubo drollé, lous y digout quand estoun assemblats, es estat prou punit : que digun adarou nou li esqué nat réproché. Bénèt lou bésé, pourtat li bisté unou beroyo bestou ; boutat li un anèt aou dit ét dé souliès néous as pès. Pouyrats tabé préné dé bigués, dé canards, et méma un bétèt boun à tua ; (nousaous) ban bébé, mintya ensemblé ét ése unou grandou estou"

8. Lous baylets obeiscoun à soun mèsté ét bouten unou bèrou napou su la taoulou. Aou memou moumén lou gouyat aynat tournabou de la cassou dan sous cans " ques doun aquét brut ? sé cridèt en juran. Crési que (bousaous) cantéts assiou, b’es pa trot léou qué torni. Sèt (bous) fat moun pay ?

9. Nou, moun gouyat, nou lou souy pa, réspoundout lou biél. Sé èsi aco, acos que souy plen dé joi. ( nousaous) Canten et soun urous, car abèn bien dé qué. Qu’out bouillés ou nou, fadra qué cantés tu ta bé ét qué té réjouissés dans nousaous parce que toun fray qu’erou mort, es rebéngut à la bitou. Es couma sé bénébou dé basé ; jey erou perdut, anét lou baquiou rétroubat.

Unet, 28 Dbre 1894
L’instr public
Emile Lacoste

Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

Dans la même rubrique :


 

Sommaire Noms & Lòcs