Propositions de graphismes pour des lòcs Tederic

Propositions de graphismes pour des lòcs
Nous sommes nombreux à vouloir que les noms de lieux récupèrent leur "gasconitat".
Mais on bute sur le dilemne de la graphie : la graphie occitane normalisée demande une compétence que la plupart des gascons n’ont pas ; la graphie française ne respecte pas la logique du gascon.
Voici donc des propositions qui tentent de concilier la graphie occitane normalisée avec les habitudes de lecture "françaises".
Pour le style, la "police basque" a servi de base.
On aboutit ainsi à une "police vasconne".
Tederic M.

Grans de sau

  • Mouais...
    Je vois mal comment on pourrait faire pour des mots comme "ahrièsta"/"arrièste" (fenêtre) ou même "vinha"/"bigne".

  • Ressuscitons ce "thread" avec des exemples, quand je les trouverai, d’utilisation de police basquisante dans le monde gascon, qui prouve que Gasconha.com a tout devancé !

    Pour commencer, achat du jour, à la coopérative de Lembeye (64), en Béarn, du jus de raisin(s ?). Les noms des cépages sont tous très gascons par ailleurs !

  • La graphie basque utilisée par les Etablissements CAZAUBON, à Toulenne près de Langon, avait été repérée vers 2009. (Toulenne)
    Ets. Cazaubon

    Vérification faite par Google Images, c’est toujours le cas !

  • Nous avons, je crois, déjà évoqué cette question d’un style particulier d’écriture pour faire valoir la substance du tissu gascon, culturel, géographique ou économique.
    Une piste serait d’utiliser le style popularisé par les institutions privées basques, comme dans le cas transmis par Vincent. Ce style n’est probablement pas protégé légalement (à vérifier) et pourrait donc être utilisé en Gascogne.

    Avec le risque d’être encore plus phagocités par l’imagerie basque : comment refuser au public d’être en ce cas considérés comme une annexe du Pays basque, ce qui est déjà le cas surtout dans le sud-ouest des pays gascons ?

    Autre hypothèse : inventer et populariser un style d’écriture gascon ; pas simple pour le premier et très difficile pour le second de ces verbes.
    Il y a quelques années, Guilhem Pépin avait, me semble-t-il, inventé un tel style. Assez esthétique quoi qu’un peu lourd (pas mal d’ornements) et donc difficile à reproduire.

  • Pour les Landes de Gascogne, j’avais élaboré cette typo, inspirée par le travail graphique de E. Lamaison illustrant le manifeste de la culture landaise "Nos Landes", édité par David Chabas en 1927.

  • Mais, personnellement, je trouve qu’utiliser des typos basques reste le mieux.

  • La typo dite "basque" ne l’était pas spécialement avant que le mouvement basque ne s’en empare et la promeuve, réussissant un très beau coup. Vu les liens entre les pays gascons, l’aire linguistique gasconne et la Vasconie, nous devons nous approprier cette typologie comme marqueur identitaire. Déchirée entre des régions qui la nient, submergée par la référence "Occitanie", la Gascogne doit s’appuyer sur des signes spécifiques. En l’occurrence, nous en avons le droit. Ce n’est en aucun cas copier les Basques, c’est rattraper notre retard. Si le "Sud-Ouest" recouvre bien la Gascogne, alors marquons le territoire. En plus, c’est beau.

  • SIGILLUM:CONCILII:DE:MARMANDA*
    C’est du "vieux neuf", à Marmande.
    Le A me semble suivre la "police basque".


Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

Dans la même rubrique :


 

Sommaire Noms & Lòcs