Notre région, c’est la Gascogne !

Sendèrs de tèrra nera

Musique de Jean-Claude Coudouy, paroles de Pascal Caumont

dimanche 17 décembre 2017, par Tederic Merger

Que l’am cantat a Samatan, a l’estagi de polifonia gascona de Bastien Zaoui.
Mès ençò de Youtube, ne son pas nosautes, mès Lucille Chartrain, Lutxi Achiary, Virginie Ardaen, Wilfried ABO. Bravo ad eras·eth !
Des cantères en Gascogne aujourd’hui

Sendèrs de tèrra nera
Prova sus lo camin
Los uèlhs lhevats luenh d’ací
Luseishen las estelas
Las vias alandant
Òmi b’ès petit o gran, petit o gran ?

Tèrra mair verda e blua
qui a tots òmis neureish
Per son bèth còs qu’esloreish
Sasons, aires e aigas
Devarant deus somius
Hè vàder tot çò qui viu, tot çò qui viu

Mès negrejant natura
Òmis desinspirats
Cercatz monedas hens patz
Vida tibada e dura
L’èime tant malurós
Sona vuèit e envejós, e envejós

E pausat sus la tèrra
Jogant tot ataisat
Per l’aire e l’arbo jumpat
L’enfant dret sus la pèira
Consola lo mau vielh
Doman be serà sorelh, serà sorelh

Ondas de la hont vielha
Bailinan lo mainat
Peus moviments avivat
Briuleja aiga fresqueta
Eth l’audishen jogar
Lo cant navèth troberà, be troberà


Voir en ligne : Sur Youtube



Grans de sau

  • Curiosa e bera poesia.
    Qu’ignoravi lo Jan Claude Couduy amusaire e cantaire populari de Siròs en mèi de carnsaladèr a Laruns qu’éra poeta e benlèu pas deus qui aurem esperat deu son estile e mitan sociau. Aquera poesia que sembla a la d’un Peir de Garros (« mès negrejant natura ,òmis desinspirats »…) o a d’autes d’aquera Reneixensa gascona deu segle setzau dab mots un chic rares, arcaics benlèu (nera) e un usatge deus gerondius a bèths còps chic aisit de comprener de plan.
    Un ambient nostalgic enter pessimisme absolut sus l’òmi e esperança (« lo cant navèth troberà »). Un texte qui s’aparia de près a la melodia lancejanta trobada preu Jan Claude Coudouy taben..

  • « Sendèrs de tèrra nèra, une belle composition de Jean-Claude Coudouy (le fameux Hilh de Puta !) sur laquelle Vox [Bigerri] a réécrit des paroles » lit-on ici.
    J’ai trouvé par ailleurs Pascal Caumont comme auteur des paroles.

  • Bonjour,
    Un petit rectificatif, la musique est bien de JC Coudouy de Laruns par contre les paroles originales sont d’Alexis Arette de Momas.
    P Caumont a réécrit des paroles avec dit-on l’accord de l’auteur.

    Voici le chant originel en "alibertine", à vous de juger...

    Los hilhs de la montanha
    (A. Arette-Lendresse, J.-C. Coudouy)

    Lo rei de las Espanhas
    Castilha e d’Aragon
    N’ei james eth qui prengó
    Libras, libras montanhas,
    Vos qui etz per l’arriu-tòrt
    De l’òmi libre lo pòrt, libre lo pòrt.

    Corona de Navarra
    Despuish la vath d’Aussau
    Qu’ei tà jo lo bèth casau,
    L’aguilla au cèu que barra
    Atau lo men saunei
    Urós que’m hè com un rei, tau com un rei.

    L’esquera d’Arricada,
    Qui tringla entà l’aunor,
    Dinc ad era deu Benon,
    Com èra non i a nada
    Montanha qui’ns an dat
    La canta de libertat, de libertat.

    Bruna, blonda o bien rossa,
    D’Aspa o de Varetons
    Que sòi entà mas amors,
    Gojata tota blossa
    De l’aire montanhau
    Lo men còr tan que la vòu, tan que la vòu.

    Tà que hasquiem plantanhats
    Com n’em de gabilats,
    E dab los oelhs estinglats,
    Qu’em hilhs de la montanha
    La raça deu somiu
    Non cambieram pas perdiu, jamès perdiu !!!

  • Gasconha.com vient de recevoir cette demande :

    « Bonjour.
    Membre d’une chorale provençale, dont le répertoire n’est composé que de chants traditionnels, je recherche, en vain, la traduction en français de ce texte (version présente sur le site de Natseipas). Sauriez-vous me dire où je pourrais la trouver ?
    Mille merci
    Alain. »

    En cherchant cette chanson sur le site de Natseipas, je m’aperçois qu’il s’agit des paroles originelles ci-dessus, avec quelques fautes ajoutées (mieux vaut se reporter au texte de Yantot dé poupe bii !).
    Qui se va har a l’arrevirada ?

  • Bonjour Gasconha.com,

    Bon ça m’a fait plaisir entre deux rdv. Une traduction qui en vaut bien des dizaines d’autres possibles. J’ai voulu rendre le souffle et proposer au francophone des images proches de ce que le texte procure à un autochtone en version originale. Un mot-à-mot serait peut-être "pédagogique" en complément.
    (Comme de juste en chanson, je trouve de petites différences entre ma pratique et les transcriptions proposées ci-dessus. J’ai donc traduit à l’oreille depuis le chant que tel que je le connais et non à partir desdites transcriptions.)

    Les Fils de la montagne

    Rois de Castille et d’Aragon
    les souverains d’Espagne
    jamais ne vous ont conquises°.
    Libres montagnes, libres !
    Passages et séjours d’hommes
    sans entrave* au bout de tortueux torrents****.

    Depuis la vallée d’Ossau
    la Couronne de Navarre
    est mon précieux domaine, mon beau jardin.
    Comme l’Aigle** mon rêve y parcourt le ciel
    et me procure un bonheur souverain.

    Il n’est rien de tel
    que la cloche d’une vache meneuse et d’âge mûr°°°
    qui tinte pour l’honneur
    jusqu’au-delà°°°° du Bénou*****.
    Ô Montagne tu nous offres-là°°°°°
    le chant de l’indépendance.

    Brune, blonde ou rousse,
    d’Aspe ou de Barétous
    je veux pour mes amours°°°°°°
    une jeune femme toute pure,
    issue d’une maison de montagne***
    Mon cœur la désire si fort !

    Afin que nous semions
    à notre image des êtres délurés
    aux yeux limpides.
    Nous sommes enfants de la montagne,
    la race des sommets,
    Et par Dieu ! nous ne changerons jamais.

    * j’ai trouvé ce passage le plus difficile : port c’est à la fois le col, le passage et le séjour d’altitude, la destination. Et l’adjectif libre est laissé ambigü : il porte tant sur l’homme que sur le port...
    ** Arette Lendresse n’aurait pas dédaigné ce clin d’oeil Navarro-(Bonaparto)-mythologique, j’ose penser.
    *** je dis larè=foyer et pas l’aire=le vent
    **** peut-être allusion à Arriutort la montagne qui domine Laruns au Sud-Ouest en direction de la... Navarre.
    *****le Bénou est un plateau qui marque la frontière nord-ouest d’Ossau. Le bétail y paît sur des mégalithes millénaires.

    ° je dis kip-prengu et non ki prengu (ki prengu... quoi d’ailleurs ?)
    °° je dis ke baro-tournoyer, planer...) parce que ke barro... la porte ? je vois pas.
    °°° arricado désigne chez moi ces vaches à qui ont met les plus grosses cloches. je me demande si ça pourrait pas venir de Ricarde, un prénom qu’on leur donnait parfois ?
    °°°° je dis a dera mais pas ad ero
    °°°°° je dis muntanyo kins as dat
    °°°°°° je dis ke bui je veux et non ke soi je suis

  • Bravo Artiaque,très belle traduction(et très belle poésie originelle que"los de Gasconha.com "pourraient mettre à leur répertoire,non ? ).Mais je me demande si le choriste provençal qui a contacté Tédéric lit bien le gascon en graphie classique ,telle que ci-dessus.s’il en exprime le besoin on pourrait lui donner le texte en franco-phonétique égalemnt.

  • Plutôt que donner le texte en franco-phonétique, je viens de l’enregistrer.

    MP3 - 903.7 ko
    Hilhs de la montanha

    Je trouve le texte obscur à certains endroits et rejoins l’interprétation d’Artiaque sur plusieurs points :
    - kip-prengu (qui’v prengó) : qui vous prit (les montagnes)
    - montanha qui’ns as dat : montagne qui nous as donné
    - l’aguila bara... et pas "barra" (je ne connaissais pas le verbe barar pour "tournoyer, planer", mais ça va comme un gant à un aigle !
    - Je ne comprends pas non plus le "sòi entà mas amors".

    Par contre, "Dinc ad era deu Benon", je le trouve corrrect : jusqu’à celle du Benon

    Enfin, je suis étonné par "montanhau" au lieu de montanhòu, et je l’ai prononcé comme le second dans mon enregistrement. En plus, ça rime avec "vòu".




Un gran de sau ?

modération a priori

Contributions et grans de sau sont soumis à validation des webmèstes.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document