Notre région, c’est la Gascogne !


Et la charrue ? Avant les boeufs ?

dimanche 3 janvier 2016, par Gerard Saint-Gaudens

Un ami m’a demandé il y a peu l’équivalent gascon du proverbe "mettre la charrue avant les boeufs".Grande perplexité de ma part ,d’autant que la traduction de charrue ne me venait même pas spontanément.
La Civada donne trois équivalent :"cabessa" ,"aret" et "brabant’ , auxquels s’jouyerait , d’après les "mouts" du site, "arai" pour nommer une charrue primitive.Les rares dictionnaires gascons que j’ai à portée de main snobent inexplicablement la charrue (y compris le Méaule que Renaud vient de remettre en ligne après Halip, ). Alors ? "Brabant " sonne comme une marque,un peu le Frigridaire de la charrue,peut-être."Aret" sonne authentique,il aurait plu à Manciet si celui-ci s’était intéressé à un instrument assez peu grand-landais "cabessa" ,un peu trop occitan peut-être pour être tout à fait honnête ! Appel aux laboureurs !
Quant aux rapports entre la charrue et les boeufs, certes je connais bien ces derniers (los buèus) mais ,animal pour animal,je donne ma langue au chat .Tiens,nous voilà avec deux équivalents de proverbes à trouver maintenant .
GSG



Grans de sau

  • La charrue n’est pas snobée par les dictionnaires gascons. En Grande Lande et Born c’est "lou brabant". Cependant, c’est l’araire qui a la vedette car il fut utilisé pratiquement jusqu’à la fin du XIXème siècle, en tout cas dans les Landes de Gascogne, quand la charrue l’était depuis le XIIIème ou le XIVème ailleurs.
    Quand une fille est enceinte avant le mariage on dit, par chez nous (Born et Grande-Lande) : "Qu’a hèyt Pasques (Pascous) daouan Arrams". Je pense qu’on peut l’utiliser aussi pour traduire la charrue avant les boeufs.

  • Un exemple:le "tot en gascon" , d’un autre Pey/Pèir, ne donne aucune de ces entrées.
    L’araire est sans doute l’"arai"(aray) .
    Mais le proberbe que vous citez,Pey,qui est très connu,ne s’utilise que dans le domaine que vous citez ;il ne peut être l’équivalent de notre charrue et de nos boeufs ,il faut donc continuer à chercher !

  • Qu’èi sovent entinut díser "era mossa" en Comenge.
    "L’arai" qu’es le maneita vielha mes que’s pòden demandar, a le lutz d’Arnaudin, se l’arribada de le "charrue" ne s’èra pas hèita en un tèms on, dejà, lo gascon qu’èra desarmat de cap aus neologismes : "Aray : Araire,, charrue. C’est le nom générique de tous les instruments de labour, aussi bien les araires anciens que les charrues venues par la suite." (Arnaudin)
    Per parlar brac, qu’avossin adoptat lo nòm de "Brabant" (arribat en ua temporada mè recenta), incapabla qu’èra le lenga de produsir un navèth mòt...
    Qu’am belèu un indice de’quò en Méaule : Aray : arraire, charrue primitive.
    E un chic mè lunh : "Braban : Charrue Brabant"

    Donc, deu tèms d’Arnaudin, le "charrue qu’es dejà arribada mes le lenga qui ne s’arrenovelís pas mè emplega "arai" autan plan per "l’araire" que per "le charrue". Ne tròban pas lo mòt "brabant" en Arnaudin, n’at divèn pas conéisher encoèra.

    Deu tèms de Méaule (vadut en 1900), lo brabant qu’es arribat e que pren lo sens de "charrue" en generau, l’arai estants lo brabant vielh.

    Belèu, que son peguessas tabé çò que disi, ne son pas sonque suposicions !!

  • E ua petita precision de cap a çò que dit Tederic suu diccionari de Méaule : aquest suu site qu’es ua seleccion de mòts hèita per Halip Lartiga qui’n cambièt lo sens, que’u hadot francés>gascon, quèn lo de Méaule qu’es gascon>francés.
    Donc, permèr se lo mòt "charrue" n’es pas en lo diccionari deu site qu’es percè Halip ne l’a pas botat (qu’es ua seleccion de mòts particulars), e de dus, se ne coneishen pas lo mòt, au mensh d’anar a le vista bòrnia, pas evidènt de’u trobar en lo sèns gascon>francés deu diccionari originau...

  • Encoèra jo !!
    En Palay : "charrue" que balha :
    "arai"
    Arnés en lo Gèrs
    "Braban : Brabant, charrue moderne"
    "Cabésse" com dit ensús preu Gèrs
    Restout : araire, charrue (Save). Que’m sembla plan que singui lo mòt coseranés tabé

    E au passatge, lo medish Palay que nse dit entà "mettre la charrue avant les boeufs : .
    E’m pensi le definicion deu Pèy qu’es bona. Ne cau pas cercar a arrevirar los disedeirs exactement com en francés...

    Ua question atau : d’on ètz "Pèy" ?

  • S’il s’agit simplement de traduire "mettre la charrue avant les boeufs" ne peut-on pas écrire
    "boutà l’àret davant los bèous" ?

    nota :àret ou arét ou aray ou cabésse.
    Palay nous dit que la cabésse a succédé à l’arét qui était en bois tandis qu’elle est presque entièrement en acier.

    En Français ou en Gascon c’est la même signification "vouloir aller trop vite, faire les choses à l’envers et donc mal."

  • Adiou Renaud,

    Que suy de Mousteuy, entermeuy lous cartiés de Beurtranot é de Hourtoy, sou camin de Beulade. Qu’èy famille a Treunsacq, a Coumeunsacq, a Pareuntis é a Biscarrosse. Qu’èy lous bieuilhs libes d’Arnaudin a soucasi, lous d’Adrien Dupin é Jacques Boisgontier. Lou moun pay que lous croumpèt a le fin de leus anades soissante. E bous, d’oun èt ?

  • Jou, que suy de Mamisan. E jou tabé, qu’auén croumpat lous libis d’Arnaudin en’quet témps (le mî gran may). Qu’es bét de bëde lou tribalh d’Arnaudin coum a’chamiat capbat lou tèms, que trobi. E’s troubèssin acî ouey lou journ chét de’queth omi ?!
    Qu’auém un cousin dous nostes qu’ére estat curé a Moustey pendèn anades, Roger Dauger s’aperéue (qu’i suy estat batiat a Moustey !) Hmm... que sorti ’n tchic dou sujet aquî !!

  • Merci à tous, j’apprends plein de choses sur la charrue en Gascogne aujourd’hui !
    Jan -Peir:si aucun proverbe existant en gascon ne rend l’idée du proverbe français, "botar l’aret davant los buèus " me paraitrait tout à fait convenir ...Rien de contraire à l’idiomatisme gascon a priori là-dedans !

  • adishatz,

    que i a diferencias entre er’arai (en boes) eth aret (en hèr) e eth brabant (en hèr e que s’arrebire ath cap deth cam).
    atencion que i a monde que barelhan tot aquero...
    en montanha eth brabant n’era pas trop emplegat mentre qu’eth arret era plan conegut

  • cantà brèspes abàn maties...
    En même temps que ses bons voeux, je vous transmets la réponse de Jean Lafitte - merci à lui -, dont vous aurez le détail (avec d’autres expressions d’un sens approchant) en cliquant ci-dessous sur l’icône du document joint.

  • Horrà, qu’i èm adara !
    Merci a Jan Lafitte e a tu , Tederic .

  • Que tròbi aquò hens lo darrer article deu Joan deu Peiroton- cf siti referenciat enter los de la tela(lo web)- :

    Aper. Gasc. apèr, id. Lo mot qu’ei desconeishut au còp en lengadocian e en catalan, lhevat lo catalan septentrionau. Qu’ei un gasconisme mei que probable en rosselhonés. En gascon, segon Palay, lo mot apèr, prononciat apè, que designa especificament l’araire mentre la fòrma plurau deu mot (apèrs) que designa l’ensemble deus utís deu laurador. Lo mot apero qu’a tanben aquesta darrèra significacion en castelhan. N’i a qui hèn servir lo mot "apèr" en gascon entà designar un utís quin que sia (un "apèr informatic", per exemple). En rosselhonés, lo mot aper (prononciat enter apé e apè, lo dialècte rosselhonés non sap diferenciar foneticament é e è) que designa especificament l’araire, aperat "arada" en catalan normatiu. Un dit rosselhonés qu’aconselha : "Cal pas mai posar l’aper davant dels bous" , qu’ei a diser "non cau pas jamei cantar vrèspas abans maitias" (Dic. Ros., P.Verdaguer). Tostemps en registre païsan (pagès), véd. "arré".

    L’apèr qu’existeix doncas tabé :ua "charrue" de mèi ! .

  • Ne sèi pas quin se hè mes que soi cadut sus un deus vòstes ecrans bahida pro vielhs.
    Entà l’expression francesa "mettre la charrue avant les bœufs" quauqu’arrens que hica ua expression presa sus un deus mens libes : "Cantar vrèspas abans maitias".
    Que soi estabosit de l’assegurança de un J. Lafitte qui m’acusa d’estar mauaunèste puishque averí citat Palay shens l’obrir.
    Alavetz dilhèu que lo mossur aqueth ne n’èra pas d’enqüèra aquiu si n’ei aus purmèrs centenats de paginas deu Palay. En efèit quan serà drin mei vielh que trobarà a la pagina 661 au mot "mayties" v. "maties" e si va véder com ac demanda Palay "maties" a la pagina 654 que i trobarà exactament çò qui èi hicat dens lo men libe.
    Ne’m soi jamei permetut d’atribuir a quauqu’un çò qui n’èra pas d’eth. Qu’avem ua expression a noste tà díser aquerò. N’ei pas beròja e ne sent pas bon mes entà ua acusacion com aquera que’m sembla que la responsa qu’ei plan de mesura. L’expression : M. Lafitte que "hica lo son pet au cuu deus autes".

  • Moussur Hourcade,
    Qu’em uros de’v encontrar sus gasconha.com e que diuretz i viener mèi sovent !
    Que ia benlèu ua ambiguetat aqui:s’èi plan lejut lo messatge Word deu Jan Lafitte,qu’es la vòsta arrevirada de "maitias" en "missa maitiau" qu’es criticada aqui e lo Palay qu’arrevira de hèit en "matines,office"(p 654 de la mia edicion).Formalament M.Laffitte qu’a rason e’m sembla mès ... que s’auré podut estauviar lo son comentari suu vòste nivèu supausat de coneixença de la liturgia !

    Au plaser de’v tornar leger suu siti.




Un gran de sau ?

modération a priori

Contributions et grans de sau sont soumis à validation des webmèstes.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document