Notre région, c’est la Gascogne !


 
Navèth nom !

 

Pellebousset, Pellevisot...

Claude

samedi 28 juin 2014

[lòcs proposés à notre avis en 2007 ; mei vau tard que jamei / meÿ baou tar que jameÿ]

"Pellebousset" à Gans 33.
"Pellevisot" à Cudos 33.
votre avis SVP.



Grans de sau

  • "Bousset" est présent ici et là dans la toponymie gasconne, et aussi languedocienne.
    J’ai récemment abondé dans le sens de l’explication par "boish", le buis (bouch, bouss).

    Reste le composant "Pele", qui m’intrigue depuis longtemps.

    Pelebizot (Cassini) / Pelevisot (IGN) existe à Marmande.
    Je le rapproche de Pèlebusoc d’Allons. Le "c" final peut souvent se prononcer "t", et "busoc" devient alors "busot", proche de "bizot" ou "visot".

    Je trouve une série de toponymes qui commencent par "pèle", en Gascogne et au-delà.
    Souvent, "pèle" (parfois écrit "pelle") est complété par un nom d’animal dont on comprend qu’on en fait la peau :
    - Pellegrue
    - Pelecan (chien)
    - Pelegarie (poule)
    - Peleperdrix
    - Pelebusoc
    - Pelegahus (variante graphique ancienne du lieu de Sénestis noté "Pellégaus" par l’IGN)
    - Pellegasse (pela-agassa, donc la pie ?)
    - Pelemouton
    Du côté de l’Auvergne, je trouve Pelleloup et Pelebouc.
    Vers la Saintonge, je trouve un "Pèlejau" où "jau" est peut-être "coq" en saintongeais (je ne sais plus d’où je tiens ça).

    Les choses se compliquent quand je trouve comme mot associé à "pele" des mots qui ne désignent pas des animaux :
    - Peleben (ma mère disait "aqueth vent que pela (pèla ?)")
    - Pelefigue
    - Pelegaric
    Et je continue à m’interroger sur "Pellehaut/Pelahot etc."...

    Alors, "Pellebousset", quand on vient de découvrir que "bousset" est un bois de buis... : ?
    Quels sont tous les sens du verbe "pelar" ? Même genre d’interrogation que pour le verbe "picar"...

  • - J’ai oublié dans la liste notre Pelleporc-Pelleport, qui est aussi un nom de lieu.
    pelapòrc

    - Je trouve aussi Pellepout.
    poth
    Je suis souvent mauvais pour distinguer les accents graves et aigus sur le "e" (n’es pas negue qui vòu...).
    La graphie française ne nous aide pas non plus : quel type d’accent se cache à l’origine sous la graphie "pelle" ?
    Il est donc possible que ce soit en fait un accent aigu partout, y compris dans la forme du verbe à la 3e personne qui est le composant de tous ces noms propres.
    En graphie alibertine, c’est donc "Pela*" et non "Pèla*". C’est d’ailleurs comme ça que je vois écrit "Pelagrua".

    A propos de "aqueth vent que pela (pèla ?)", il me semble que ma mère prononce "pélo", et en plus je trouve dans un recueil de textes provençaux* en graphie mistralienne, "fai uno fre que pelo", or cette graphie noterait un "è" si le "e" était grave.

    *Lou prouvençau a l’escolo, de Dourguin et Mauron : de beaux textes émouvants ; en plus, on sent bien la parenté entre le gascon et le provençal - aux deux extrémités du domaine sud-occitan - dans le vocabulaire si ce n’est pas dans la prononciation.

  • - Bousset : signifie "bouchon" en Bazadais.


    - Pelle- : cela m’intrigue aussi.
    Voyons sur le Trésor dou Felibrige :
    PELA = peler, ôter la peau, le poil, l’écorce ; écorcer ; épiler, raser, tondre, éplucher, râtisser, détruire le gazon ; écorcher, dépouiller ; décaver, plumer ;
    châtier, punir ; grappiller, voler.
    Avec des noms d’animaux :
    PELACAN = vautour percnoptère (cela ne nous concerne guère !)
    PELAFOL = nom de lieu (Drôme)
    PELAGAT = nom de lieu près d’Aiguillon
    PELAGAU, PELAGAL = nom de famille et de lieu
    PELAGOUS = Pelagoz, nom de famille
    PELAGAGNÈRO = terre de mauvaise qualité, friche, lande, en Gascogne (voilà qui pourrait nous intéresser)
    PELO-CAN, PELO-CAS = surnom des mégissiers (Béarn)
    PELO-DENIé =pince-maille
    PELO-FIGO, PELO-HIGO = oiseaux, nom de lieu
    PELO-GAI, PELO-GACHS = sobriquet des gens de Fozières (34)
    PELO-GRUO = OK.
    PELO-MOURGO = nom de famille
    PELO-PORC = traquet rubicole
    PELO-PORT = nom de famille et de lieu
    PELO-VESI =idem

    Peut-on aussi mettre dans le même sac : Plume la Poule, Piquelaine, Gratte Bourse, Pille Bourse, Pille Boursicq, Cure Bourse.... ?

    Quelques pistes :
    1) Pour Pellegrue, cf. Boyrie-Fénié. Je ne l’ai pas sous les yeux, mais je crois que pel- correspond à la racine oronymique pré-indoeuropéenne pal- , et que grua = terre argileuse mêlée de pierre (cf. le fr. groie)
    2) Pelle + nom d’oiseau : signifierait "plume pigeon" ? Donc un lieu où l’on détrousse les gens
    3) Moins sérieux : surnoms de lieux incultes ?
    4) Et enfin.... pourquoi pas, dans certains cas, des chafres ?

  • Merci Gaby.
    Finalement, la définition de verbe "pelar" éclaire bien les toponymes dont il fait partie.
    On voit qu’on peut "péler" aussi bien des animaux (dont l’homme), des végétaux ou des espaces végétaux...
    Ensuite, l’histoire de chaque toponyme qui contient "pelar" est particulière : caractéristique directe d’un lieu, transfert depuis un chafre, réinterprétation d’un nom plus ancien (Pelagrua ?)...
    Je remarque aussi que cette application de "pelar" dans la toponymie dépasse largement la Gascogne et même le domaine d’oc, même si la Gascogne est très forte sur ce coup.
    Ce n’est pas étonnant puisque "peler" existe aussi en français.

    Quant à "Pelabosset", je ne crois pas là à "bosset=bouchon*", le sens de "pelar" ne le permet guère à mon avis.
    Je reste sur "bosset=bois de buis" : voir Bosset à Belus, Bousseta à Saint Perdon, Boussède à Bélis... dans le fil Toponymie de Came

    * "Bouchon" existe en toponymie gasconne, mais n’est pas le bouchon de la bouteille ; je croyais à une version gasconne de "buisson", mais maintenant, je ferais aussi la relation avec le buis (qui explique aussi, peut-être, le mot français "buisson" ?).




Un gran de sau ?

modération a priori

Contributions et grans de sau sont soumis à validation des webmèstes.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document