Un poema d’Alexis Arette Un poema senequian en la França de 2017 tà començar 2018...

- Gerard Saint-Gaudens

Gouyat, tu qui t’en bas quan noeytéye lou moundé,
Ta cerca lou cami qui mie enta la luts,
Porte-t’en ta cabaù lou couradyé en aboundé,
Permou nou-y troubéras nade pièle d’escuts !
Qu’èy û purmè débé d’amassa hourtalesse
Permou qu’arrountera-s balères e trébucs !
Qu’èy lous camis d’aysiè qui perdin la yoénesse,
E ta-y bédé mèy loegn que caù puya lous tucs !
Ségu, qu’èy mèy aysit lou cami qui débare !
Lou qui pòdin bacha chens trop espéderra-s,
Mes qu’èy troben toutû lou broc et la gabarre,
E dus quantes grabès d’oun nou podin tira-s !
Qu’èy ataù ! Qu’èy la ley ! La bite, qu’èy la guerre ! Mes countré si-médich que la caù ha d’abord !
Permou lou cascanté et tabé qu’en s’apère,
En dab lou culté en sus dous poudés e de l’or !
Lous tentèris ataù, que hèn la bite crude !
Si-t bolin réquéri, réguilhe countre aco !
E sustien lou coumbat dou qui n’a pas ayude,
Même en passa per pèc, dèche-t parla lou co !
Mes nou t’attengués pas nade récounéchense :
Lou bé, n’a pas oeré tesic de nad garant !
Û gus que pod esta plé de mariboulence,
E tirat dou bésougn, que pod badé û tyran !
L’omi rétors, si dab bertut é s’apoulingue,
Qu’èy ta poudé passa per aquet qui n’èy pas !
Mes paréché aci bach, qu’èy aco qui destingue !
Mes la bère bertat, ére, nou pod croumpa-s…
Lou moundé parbiengut, et, que trachamandéye…
Tu, saye de n’ana de dret e chens menti !
Dé ségu, lou Bécut qué-t ba disé a l’aùrelhe
Drin de t’encrapula en ta poudé abouti !
N’escoutés pas ! Dèche lou mounde aù sou tapadyé !
Qu’èy sounqu’ oussérilhère enta l’éternitat !
Mes tu que troubéras abans la fî dou biadyé,
Lous qaùques coumpagnous qui bibin d’amistat !
Gojat, tu qui te’n vas quan nueiteja lo monde
Tà cercar lo camin qui mia entà la lutz,
Pòrta te’n tà cabau lo coradge en abonde,
Permo no’i troberàs nada pièla d’escuts !
Qu’ei un purmer deber d’amassar hortalessa
Permo qu’ahronteràs valèras e trebucs !
Qu’ei los camins d’aisièr qui perden la joenessa,
E ta’i véder mèi luenh que cau pujar los tucs !
Segur, qu’ei mèi aisit lo camin qui devara !
Lo qui podin baixar xens tròp espederrà’s,
Mes qu’i tròban totun lo bròc e la gabarra
E d’uns quantes gravèrs d’on non pòden tirà’s !
Qu’ei atau ! Qu’ei la lei ! La vita qu’ei la guerra !
Mes contre si-medix que la cau har d’abòrd !
Permo lo cascantèr eth taben que’ns apèra,
E dab lo culte en sus deus poders e de l’aur !
Los tentèris atau, que hèn la vita cruda !
Si’t vòlen requerir, reguilha contre aquò !
E sostièn lo combat deu qui n’a pas d’ajuda,
Meme en passar per pèc, dèixa’t parlar lo còr !
Mes non t’atengues pas nada reconeixença :
Lo ben n’a pas goaire tesic de nat garant !
Un gus que pòt estar plen de malivolença,
E tirat deu besonh, que pòt vàder un tiran !
L’òmi retòrs, si dab vertut e s’apolinga,
Qu’ei tà poder passar per aquèth qui n’ei pas !
Mes paréixer ací baix, qu’ei aquò qui destinga !
Mes la bèra vertat, era, non pòt crompà’s
Lo monde parviengut, eth, que traxamandeja…
Tu, saja de’n anar de dret e xens mentir !
De segur, lo becut que’t va díser a l’aurelha
Drin de t’encrapular entà poder abotir !
N’escotes pas ! Dèixa lo monde au son tapadge !
Qu’ei sonque osserilhèra entà l’eternitat !
Mes tu que troberàs abans la fin deu viatge,
Los quauques companhons qui vivin d’amistat !

Lexique :
1) Balères=Désagréments.
2) Gabarre= Le genêt épineux géant.
3) Apoulinga-s= Se parer.
4) Bécut= Le Diable ( représenté souvent avec un bec de rapace).
5) Ousserilhère= Fosse commune des Ossements.
6) trachamandejar=jacasser

Alexis Arette, deceme 2017 ?
Aquera poesia que m’esto estada enviada lo mes mort passat curiosament per un occitanista de Bordèu çò qui es de notar puixqu’Alexis Arette n’es pas considerat com un membre d’aquera ganaderia e doncas qu’es un geste positiu : un poèta gascon qu’es un poèta gascon e punt… Qu’es un poema d’estile tradicionau a la faiçon deu segle XIXau. Non pensi pas que sia estat dejà imprimit o editat enlòc. Que l’avevi recebut en grafia febusiana (o "moderna") com aqui dessus mes qu’èi volut taben botar a costat ua version "alibertina" entaus qui auren dificultats dab la permèra.
Quan botèi aqueth"Gojat" suu siti peu permer còp qu’esperavi lo poeta biarnes non m’arcasteré pas aquera publicacion « sauvatge » (sus un media pas comerciau totun) ! Mentretant Alexis Arette qu’a plan volut autorizar aquera publicacion (dab ua petita modificacion) ; qu’en sii arremerciat.

L’important d’aquèth poema, çò’m par, qu’es lo hons, la morala com la d’un Seneca : com ac escrivoi au mon correspondant l’arreguitnaire Arette qu’es un chic lo nòste Seneca uèi lo jorn .

Grans de sau

  • Lo tostems atentiu Tederic qu’em hè arremercar ua deca hens las duas versions ; que cau leger atau :
    Lou cascantè et tabé que-ns apère ( o : lo cascantèr eth taben que’ns apèra )... plan segur, senon n’i auré pas nat sens !

    [Qu’èi hèit la correccion dens la version alibertina, mès n’èi pas tocat au texte d’Arette, per correccion... Tederic M.]

  • Que soi occitanista e que legi los poèmas d’Arette tanben...

  • Lenga e federalisme.
    En chic de mots tot qu’ei dit :
    https://soundcloud.com/radio-pais/alexis-arette-loccitanie-ou-la-foire-aux-illusions

    [Danièl, qu’èi brancat ací lo ton gran de sau sus Alexis Arette-Lendresse, qui vien de morí’s.
    Alexis Arette qu’avè ideas e accions politicas qui podèvan trucar, e tanben qu’escrivèva poèmas coma lo de ça-sus.
    Enter totas las soas "casquetas" (o berrets ?) i avè tanben la d’un paisan e mema miaire (leader) paisan, segon çò qui legiscoi dens la "République des Pyrénées".
    Segur un òmi fièr e enrasigat.
    Qu’ei un plaser de l’enténer parlar lo son biarnés naturau dens l’enregistrament de Ràdio País dont nos balhas lo ligam, Danièl.
    Tederic, webmèste]

  • Quelques notes prises sur l’interview d’Alexis Arette par JN Commères de Ràdio País accessible par le lien donné ci-dessus par Danièl - notes prises "au vol" ; mes transcriptions (en graphie alibertine, plus facile pour moi) peuvent être approximatives, mais ne trahissent pas la pensée d’Alexis Arette ; je commente à chaque fois dans la foulée :

     « que cau ua fòrça politica » pour « tribalhar l’autonomia interna » : A. A. pense que pour sauver « la loenga », il faudrait, il aurait fallu, il faut, travailler le concept d’autonomie interne ; il parle aussi de fédéralisme, disant que déjà Mistral était pour. Rocard, qu’il avait rencontré comme leader paysan, était allé aussi dans ce sens, en parlant de... l’Algérie française !

     A la fin de l’interview, A. A. envoie hardiment une revendication qu’il sait être un brulot : « que vau díser quauquarren d’important, aquiu, e que’m engatgi ! l’escòla biarnesa que dèu estar obligatoèra, sinon n’ei pas possible... e l’estrangèr qui vien acasí’s en Biarn, que cau que parle biarnés ! ». Je comprends qu’il veut qu’en Béarn, tous les élèves reçoivent une dose suffisante de béarnais : puisque les familles ne transmettent plus, il faut que l’école le fasse. Et que ceux qui s’installent en Béarn apprennent le béarnais !

     « Que soi en admiracion entau País basco » : A. A. admire le pays basque ; il cite un exemple vécu au Pays basque sud, où il a été reçu dans une famille qui parle basque à la maison (« enter eths, que parlan arren mei que basco »), même si l’espagnol est la langue de communication à l’extérieur.

     « Ua civilizacion que depen de la soa loenga » : donc, si le Béarn perd sa langue, il n’y a plus de civilisation béarnaise... Curieusement, le contre-exemple de Pagnol qui fait du provençal en écrivant français ne s’applique pas selon lui en Béarn (« n’avem pas las memas ressorças »).

     « la Gasconha qu’es presque geograficament delimitada » ; A. A. a donc remarqué que le triangle gascon est lisible comme région ; il doit bien sûr jongler entre les différentes espaces possibles pour "l’autonomie interne" qu’il souhaite dans une France fédérale : le Béarn, le triangle gascon, le bassin de l’Adour ? Mais surtout pas la nouvelle région créée par Hollande : rien à voir avec les saintongeais, par exemple !
    Il déplore aussi que la nouvelle région "Occitanie" nous ait « panat lo Gèrs e la Bigòrra » !

  • Je dois dire que je suis en total accord avec ce que dit Alexis Arette. Nous fumes et sommes bien trop timorés en Gascogne. Nous avons perdu un temps qu’il sera désormais impossible de rattraper tellement les dégâts sont graves et profonds.
    Lui et d’autres, dont votre serviteur à son trop modeste niveau, ont prêché dans le désert. Un peuple qui ne parle plus sa langue a perdu pratiquement toute sa substance. J’ai toujours été extrêmement agacé par ceux qui ont cru et croient encore que la Gascogne peut exister sans sa langue historique. Quel Français pourraient croire que la France serait encore la France en parlant anglais ? Quelle cocasse drôlerie !
    Une fois que la langue a disparu, toutes les digues sont ouvertes et le reste se délite immanquablement. Nous le constatons chaque jour. La chocolatine, les "férias", les bribes d’un vague accent du "Sud", le folklore pseudo gascon, basque ou espagnol en français, c’est et sera toujours insuffisant. On peut s’en contenter mais c’est bien triste et quelque peu pitoyable.
    Je vois que lui aussi admirait, à juste titre, les Basques (ceux du sud en l’occurrence). Il avait raison.
    Comme quoi, le méchant "facho" était bien plus cohérent que bien d’autres. Je l’ai rencontré une fois, en compagnie d’un de ses fils. Ils ne parlaient que béarnais entre eux et avec nous. Cet homme que j’ai rencontré à l’époque, à la fin des années 1990, était extrêmement sympathique.

  • Je pense seulement qu’il se trompait au sujet de la France. La France n’est pas notre amie et il n’y a rien ni jamais rien eu à attendre d’elle puisqu’elle veut notre disparition, qu’elle a programmée depuis longtemps. Mais notre mort ne la sauvera pas de la dilution mondialiste. L’arroseur arrosé en quelque sorte.

  • Ací junt un enregistrament qu’acabi de har deu Poèma "Gouyat"...


Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document

Dans la même rubrique :


 

Sommaire Noms & Lòcs