Bordeaux / Bordèu Entre-deux-Mers

Artigues-près-Bordeaux


 
en graphie alibertine :

Lasartigas + (las) Artigas
Les artigues.

artiga / friche

Beaucoup de noms de lieu et de personne sont composés avec "artiga" francisé (...)

Bordèu
Prononcer "Bourdèw". « bourdèu : ensemble de bordes » [Palay] Mais aussi la (...)

bòrda / ferme, métairie, grange

Ou grange. Prononcer entre "bordo" et "borde" ; Dérivés : bordeta (prononcer (...)

Artigues a une toponymie ancienne très gasconne, d’après le Cadastre napoléonien : la Lanne, la Houn, Ménge-gagnat, Pourqueyras, Bordes, le Pigneau, Brannes, le Glana, le Teycheney...
Ce simple échantillon montre en particulier le H gascon (la Houn), et la réduction gasconne du nd en n (landa -> lana, branda -> brana, glandar -> glanar).
Les noms des nouvelles voies de lotissement auraient dû puiser davantage dans ce patrimoine toponymique gascon !


 

 

Lòcs (toponymie, paysage...) de Artigues-près-Bordeaux :


 

 

 

Grans de sau

  • La fiche Wikipédia d’Artigues contient des développements de qualité sur l’urbanisation de cette commune faite de domaines viticoles transformés en lotissements depuis 1970 : population passée de 800 en 1962 à près de 9000 en 2020.

    Une phrase peut nous y interpeler :

    Aujourd’hui, avec la raréfaction des terrains à bâtir, vient le temps de la construction d’une identité et d’un territoire.

  • A noter pour le futur atelier/comité architecture/urbanisme de ReGasPros !

  • C’est bien ce que j’ai en tête !
    Tu me tends la perche, Gérard, pour annoncer ici le projet, ambitieux et novateur pour une association gasconne, de cet atelier n° III :

    Lancement du comité/atelier Architecture/urbanisme/relations avec les collectivités locales :
    Ses tâches seront de :
     définir un outil,
     définir un spectre d’intervention à partir de notre engagement de préservation et promotion de l’architecture vernaculaire en pays gascons, d’un urbanisme respectueux des paysages et des centres de villes ou bourgs et d’un bon équilibre entre fonctions résidentielles et économiques,du respect et de la diffusion de la toponymie gasconne enfin ;
     préparer les bases pour que ReGasPros devienne un interlocuteur bénévole des maires et autres représentants des collectivités locales sur ces questions, puisse inspirer et informer des associations locales ou crées ad hoc en fonction d’un problème spécifique et à l’extrême, dans de rares cas, puisse ester en justice quand aucune autre entité ne
    le pourrait.

    Nous avons à coeur la revitalisation des centres-bourg, avec l’"esprit bastide" ; Artigues-près-Bordeaux a une autre problématique : il n’y a pas de centre-bourg ancien, il n’y a même peut-être pas de centre du tout.
    Il y a quand même une commune de presque 10 000 habitants qui, pour beaucoup, vieillissent sur place, prendront ou ont déjà pris leur retraite sur place, dans un environnement pavillonnaire qu’on devine verdoyant, un peu banlieue classe moyenne américaine (je le vois comme ça !) où subsistent des traces du monde d’avant, des ruines de château peut-être, quelques noms gascons à sauver...
    Je devine aussi l’importance d’une vie associative qui a eu le temps de maturer à l’échelon communal.
    En même temps, Artigues-près-Bordeaux ne peut pas être une île : c’est une banlieue bordelaise !
    Que peut apporter ici une vision gasconne ?
    J’irai sur place, déjà, pour prendre le pouls, et quelques photos de lòcs : je vise par exemple l’ancien lieu-dit La Lanne...


Un gran de sau ?

(identification facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document