Guicheney

en graphie alibertine :

Guishanèir

Prononcer "Guichenèÿ".
L’explication par le Pays de Guiche (Pyrénées Atlantiques) [Philippe Soussieux - "Les noms de famille en Gascogne"] semble erronée, parce que les noms de lieux Guichené et Guichenné se trouvent certes en Gascogne, mais justement pas en pays de Guiche.
Guicheney (Guishenèir) est la forme nord-gasconne de Guichené (Guishenèr).
Le nom de famille est d’ailleurs surtout présent en Bordelais.
A signaler un lieu "Guichen" à Rimbez et Baudiets (Landes orientales).
Guichanné existe à Astis (64), et Guichané à Navailles-Angos (64) et doivent être des variantes.
La terminaison "èr"-"èir" est gasconne d’origine latine, mais comment expliquer le radical "Guichen" ?
On trouve "Bichène" à Castelnau-Barbarens (32). Le passage du "b" en "g" est imaginable pour un nom très ancien...
L’explication par une forme vasconne de "Vincent" semble faible, surtout que la terminaison "èr"-"èir" s’applique peu à des prénoms.

Finalement, l’explication par la juxtaposition des prénoms gascons médiévaux Guishe et Anèir parait la meilleure.

Anèir prenom mascle / Aneÿ

Prononcer "Anèÿ".
Le prénom a probablement été utilisé au Moyen-âge sous la forme Aney.
Gasconha.com suggère de remettre en circulation le prénom, sous cette forme, plus facile pour le grand public que "Anèir", la graphie occitane normalisée.

Guíshen Guishena / Guichen ou Guiche / Guichène

Claude Larronde le place dans sa liste des "noms individuels" gascons (venus du Moyen Age), sous la forme "Guixen", avec ses frères Guixe, Guixon...
Pour Larronde, ce sont des dérivés de "Gassie".

J.Tosti, sur son site des noms, signale que "Guiche" est attesté comme prénom médiéval en Gascogne.

"Guichen" pourrait être un dérivé de "Guiche". De toute façon, les deux semblent des frères.
On pourrait aussi établir un lien avec la racine germanique qui a donné "Guichard" : selon Tosti, ce dernier est un nom de personne d’origine germanique, Wichard (wig = combat + hard = dur).

La graphie normalisée "Guishen" est équivalente à la graphie médiévale gasconne "Guixen".

Le féminin "Guishena" est une proposition de Gasconha.com, qui n’en a pas trouvé d’attestation.

Le spécialiste du gascon Jean LAFITTE nous signale ceci :
"Attention à la graphie et à l’accent tonique :
Même chose [que pour Estéven] pour Guichen/Guishen que je préfère Guíxen, nom basque attesté qui a donné Guiche, dont le comte fut célèbre ! Ne dit-on pas « Riche comme le Comte de Guiche » ?
"
"Guíshen" est donc à prononcer avec l’accent tonique sur "Guí", et le "n" final ne s’entend pas forcément. Là, ça doit dépendre de l’endroit.
L’accent aigu sur le i (qui n’existe pas en graphie française) marque l’accent tonique.

Grans de sau

  • Ou de Guichen en Bretagne...
    A signaler qu’à Guiche, dans les P. Atlantiques, il n’y a aucun Guicheney dans le cimetière... alors qu’on en trouve aux alentours.

    Réponse de Gasconha.com :
    L’explication de Guicheney n’est probablement pas bretonne, parce que la terminaison est bien gasconne.
    "Guichen" peut-il cependant être celtique ?