tanben

français : aussi

Prononcer entre "tabé" et "tabéng".

Amics Webmèstes, insérez tanben dans votre site !


 

Grans de sau

  • Il est inadmissible de suivre ces gens qui veulent nous faire perdre notre identité regionale, ils veulent nous faire prononcer tabé en l’écrivant tanben, et bien non, tabé çé tabé qui selon d’anciens poëtes se prononce egalement tabet, tabey,
    tabei, jusqu’ici tout le monde comprend, mais le fameux tan+ben
    qui vient du provençal ne passe pas chez nous, demandez leur donc si on leurs ecrit tabé tabey ou tabet, s’ils savent de quoi nous parlons, de grâce laissez nous nos mots ecrits comme nous savons les parler depuis des siecles.

    Et les nouvelles generations comprendront au moins les differences, sinon nos parlers locaux disparraitront à tout jamais.

    Réponse de Gasconha.com :
    Tranquilòts !
    "tanben" s’écrit ainsi en graphie occitane normalisée, et se prononce "tabé" dans la plus grande partie de la Gascogne.
    La graphie occitane normalisée est conçue pour englober par une même forme écrite différentes formes orales.
    N’i a pas de que har tot un pataqués !

  • non aco tabè
    tanben : tan+ben c’est du provençal

  • C’est la même origine en gascon... et en castillan également (también).

  • Jo disi que "lo medullii" a pla rason e sabi pas si podem demorar "tranquilòts".
    Pensi jo tabe (!) que tabe diu s’escrive "tabe". La lenga qu’aven entenuda qu’es le gascon (en t’a jo disevan "le" vosaus "lo".
    Parlar e escrive aquò qu’es pas pareil !

    Réponse de Gasconha.com :
    E’ns anatz har ua susmauta deu "tabé" ?-)

  • A casa que disem "taben", es de gascovençal o de provescon ?
    A Tolosa se dis "tabes", çaquelà es pas en Gasconha non ?
    Que cau arrestar aquestas conarias de diguer "aquo qu’ei pas de gascon, qu’ei d’occitan, etc...
    Cada canton a sa faiçon de prononçar la medisha lenga e baste !!!!

    Réponse de Gasconha.com :
    Enter "dialectes d’ua lenga, l’occitan" e "lengas vesias de la familha d’òc", n’es pas tant simple qu’aquò de decidir.
    E i a tanben sensibilitats socio-politicas qui causissen l’un o l’aute, e qui hèn virar lo debat dens ua guèrra de religion.

  • Ua guèrra de qui profita ath francés e as franximans, eths qui volen hèr desaparéixer es "patoés".

  • En arrelegint le mia gramatica deu gascon landés (Editions des Régionalismes), que’m sui avisat de plan pro de pècas... Et notamment, du fait que je conseillais d’écrite "tabé" au lieu de "tanben"...
    Le problème, c’est surtout ce "tan"... Si j’écris "ta", j’écris aussi "talèu" (ce qui m’allait parfaitement), j’écris "tapauc". Mais si j’écris "talèu", j’écris "autalèu", ce qui se prononcera [awtə’lɛw] et le "a" ne sera plus tonique... Il y a plein d’autres exemples... Je suis donc "forcé" de graphier ça en "tan"...
    Alors, écrire "tanbé" devient très bizarre car c’est un assemblage de deux graphies : l’occitane et la fébusienne. D’autant plus que le "bei" [boej] de "tabei", côte landaise, Bayonne est dérivé du "ben" de "tanben" (taboen => taboegn => taboei)... Il a même des endroits (Seignanx ?) où on prononce vraiment [ta’βeɳ]. C’est aussi la prononciation usuelle du Comminges.
    Bref, je crois que je vais m’en tenir à ce qui existe déjà, de toute façon, le code est en place (bien ou mal)... Donc, qu’èi lo plesir d’anonciar a la Tèrra sancèra : d’ara avant qu’escriurèi "tanben". Ouaiiiii !!!!, dit la foule en délire.
    Merci de votre attention pour cette communication de la plus haute importance.

  • Renaud, que compreni lo ton argument pertocant lo darrèr n de tanben (pr’amon de totas les possibilitats /tabœy/, /tabe/, /tabeñ/ en Xalòssa ??), e sustot per rapòrt au gascon negue e lo chepic de l’accent é (= /œ/).

    Mès ne compreni pas plan lo ton devis en favor de l’aut n, dehens deu mot. Per exemple, davant uu’ sillaba tonica, ne trantalhas pas de hicar e en lòc de a (ex : canterèi) donc ne vei pas perqué te harés poixiu d’escríver a çò de prononciat /a/ (com /tabœy/, /tabé/, etc.) e d’escríver e un a qui es vinut mut.

  • Canterèi/cantarèi qu’es, ce’m sembla, ua auta causa percè de tota mòda lo "e/a" n’es pas tonic : qu’es Canta/e + rèi.

    En "tabé, taplan, talèu, tapauc", etc, qu’am Ta + bé, plan, lèu, pauc, etc... Mes lo mòt quèn es encoèra mèi compausat, donc "autaplan, autalèu", escriut atau, que hèi aquò : auta + plan, lèu" e donc : "auta plan", "auta lèu"... Lo "a" n’es pas mè tonic. Donc s’escrivi "talèu", qu’èi a escríver "autalèu" mes ne marcha pas (puishque se legís [awtə’lɛw] ... Lo flaquèr de le mia idèia que jadè aquí, ne puish pas escríver "autalèu", donc ne puish pas escríver "tabé".....
    Que pòden díser çò que vòlen de le grafia normalizada mes quèn s’i péndem ensús que s’avisan qu’avèn calculat a plan pro de causas. Resultat, que’m pensèvi estar mèi hinhent mes en fèit, qu’avèn dejà pensat ad aquera coenta...
    Comme disait IAM : "Quand tu allais, on revenait" !

  • Bon après, contradiccions be’n devi carrejar d’autas, sas !

    Per exemple, preu futur/condicionau. Qu’èi aprés engoan lo futur qu’èra format atau : infinitiu + terminason de "aver" au present de l’indicatiu : cantar-èi, cantar-as, cantar-a, cantar-am, cantar-atz, cantar-an
    Çò que luva mantua question : lo gascon qu’es hèit suu mòde "am + atz" (pers 4 e 5) quèn lo lengadocian qu’es hèit sus "avem + avetz" (percè que hèn "cantar-em, cantar-etz"). Aquò que vorré díser "am/atz" qu’es le conjugason tipica deu gascon (hèita per disparicion de le consonanta fricatica de "avem/avetz", le famosa consonant intervocalica que sauta en gascon...), çò que’s pòt véder sus les cartas.
    L’originalitat deu gascon en lo condicionau que s’explica tanben preu fèit ne hèci pas com lo lengadocian : "infinitiu + terminason de "aver" a l’imperfèit : "cantar-ia, cantar-ias, cantar-ia, cantar-iam, cantar-iatz, cantar-ian"... Qu’èi comprés donc perqué podèn díser "futur deu passat" quèn emplegan lo condicionau entà exprimir ua possibilitat d’escàder en l’avir : percè, literaument, se puish díser, lo condicionau qu’es "un futur deu passat".

    Tot aquò per díser que, se sèguem le logica de le formacion deu futur : infinitiu + terminason de aver au present de l’indicatiu, qu’am a escríver "cantarèi" e pas "canterèi"... Aquí tanben, e’m pensi qu’èi escriut un pegau...

  • Ce qui me fait penser que si "am/atz" s’est formé par la disparition de la consonne, ou semi consonne, intervocalique de "avem/avetz" (avem => aem => am), alors on pourrait envisager que l’imparfait du 3ème groupe dit fort se soit forgé comme ça aussi. Autrement dit, que l’on soit passé de "batèvam" à "batèm" (batèvem => batèam => batèm")....
    Je pense bien que la consonne qui saute a une place centrale dans la phonologie du gascon. Voilà, voilà.

  • J’écris toujours tanben et je prononce toujours tabœuy. La graphie ne sera jamais rien d’autre qu’une convention. Si l’enjeu est notre identité, commençons par nous affranchir des conventions phonétiques du français.


Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document