- Vincent P.

en graphie alibertine :
Peichòt (?)



 
Amics Webmèstes, insérez Peichòt (?) dans votre site !
 

Grans de sau

  • Dans la Bible de Berganton (je suis un nouveau converti, et n’en ai encore lu que des bribes), je trouve Peixot comme dérivé de Pey (Pierre).
    Le suffixe -òlo (-òlou) fait d’adorables noms gascons !

    Je suppose que quelque part Berganton se penche sur ces formations en -xot* (je pense à Arnaoutchot, Bernatchot...) que je ne vois directement dans ses listes ou tableaux de suffixes.

    *Le x a pu noter le son ch dans les écrits anciens gascons, et certains le préconisent encore de nos jours, y compris couramment sur Gasconha.com !-)

  • P.16 de son livre, il traite de la palatisation, qu’il est compliqué de déceler dans les traditions orthographiques anciennes.

    JPEG - 111.2 ko
  • La bible de Berganton ? J’ai dû sauter une page, là... Qu’es aquò ?!

    • Façon de parler, bien sûr...
      Mais quand on s’intéresse aux noms gascons, c’est important d’avoir un livre de référence.
      D’après les bribes que j’ai lues, le raisonnement de Berganton est solide, son travail sérieux. Il s’appuie sur une connaissance du gascon qui me parait solide elle aussi ; dans la lignée de l’Atlas linguistique de Gascogne..
      Son matériau de travail : des registres fiscaux de Béarn et de Bigorre, vers 1400.
      Dans ces documents, il analyse le foisonnement de noms de personne fabriqués grâce à des combinaisons de suffixes appliqués à des noms racines : le monde des Ticolet (à partir d’Arnaut) et des Menjolet (à partir de Domenge)...

      Marcel François Berganton : Le dérivé du nom individuel au Moyen Age en Béarn et en Bigorre : usage officiel, suffixes et formations - CNRS 1977
      surtitre : Anthroponymie de la Haute Gascogne centrale

  • J’arrive à penser que tous ces Peychot, Pechaut, Peychaud, mais aussi Peyot, sont tout simplement le diminutif du si courant pech (ou pey)*, avec le suffixe, si courant lui aussi -òt :
    Quel pourrait être, sinon, le diminutif de pech ou pey ? et comment imaginer que ce mot n’ait pas de diminutif ?

    *que j’écris pei en graphie alibertine, même pour graphier des "Pech". Je préférerais pej, mais ça fait bizarre, parce qu’on n’a pas pris l’habitude...

    Maintenant, pour puch ou puy, pourquoi n’aurait-on pas Puychot, Puyot ? Et pourtant, il semble qu’on n’en ait guère...


Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document