- Tederic Merger

Gascogne toulousaine

Colomiers

El Pey / Le Pèir

en graphie alibertine :

Pèir

Pèir, Pèr Pèira / Peÿ / Pierre

Pèir Berland defenot la libertat de Bordèu !

Dérivés :

Dérivés ou variantes [Alis-Aiguillon] : Peyre Peyroton Peychot

Futurs parents amoureux de Bordeaux et de sa région, vous souhaitez que votre fils s’attache lui aussi à ce pays et défende ses couleurs...
Appelez-le Pey ou Pèir* !
C’est "Pierre" en gascon de la région de Bordeaux.
C’est le prénom de Pey Berland, homme d’Etat, homme du peuple, homme de coeur et homme de religion, qui a défendu la liberté de Bordeaux contre le roi de France.

*"Pèir" est la graphie occitane normalisée de "Pey".
Il s’agit d’un seul et unique prénom qui se prononce " Pèÿ ".

La forme "Pey" est plus connue, et attestée officiellement. Vous n’aurez aucune difficulté à la faire enregistrer par l’Etat Civil : sinon, il devrait suffire d’invoquer Pey Berland et les multiples "Saint Pey" de la région...

La forme graphique Pèir, plus moderne et audacieuse, est moins évidente à prononcer pour la majorité des gens.
Il vous faudra donc faire, si vous la choisissez, l’effort pédagogique pour qu’ils ne prononcent pas "Pèrr"...

Pèir est la version nord-gasconne (en gros, département de la Gironde nord du département des Landes) de "Pèr" (ne pas prononcer le "r") qu’on trouve dans le reste de la Gascogne (voir les multiples "Saint Pé...").

A noter pour finir : le gascon permet une forme féminine différente du masculin, "Pèira", à prononcer entre "Pèïre" et "Pèïro". Profitons-en ?-)

Mei qu’un camin, un caminàs !
Quand on voit "El Pey" chez l’IGN, et que chez Cassini c’était "Le Pey" (proche de "Le Paul" !), on se dit qu’il y a un "truc" : pourquoi, tout d’un coup, l’article espagnol ?
Le FANTOIR nous met sur la voie de l’explication ; CHEmin DEL PEY, de même qu’il donne
CHEmin DAL NOBLE (non loin du premier).
Pourquoi DEL dans le premier, et DAL dans le second ? Là encore, il y a un truc, lié sans doute à la difficulté de transcrire un son qui était peut-être vocalisé, et a été dévocalisé comme dans d’autres toponymes du coin - nous en avons déjà une série à Colomiers.

Pour arriver à "El Pey", il y a donc eu l’étape "d’El Pey".

Puisqu’il y a Paul, Pey doit être Pierre.

En graphie alibertine, ça donne "Le Pèir", avec l’article masculin toulousain, qui est "le" et pas "lo".

Qu’èra ua òra deu tantòst (13h), lo sorelh que trucava hòrt, e los camionaires qu’èran a l’arrest, sia dens los camions, sia - benlèu - au snack, o au Beef Salon*.

D’autes còps, quan estot creada aquesta zòna industriau (d’En Jacca), i avè benlèu mensh de camions : pertot aci que i a camins de hèr, embrancaments herrats (embranchements ferrés) de las instalacions industriaus, ailàs pas mei utilizats a l’òra d’ara.

*legible sus ua plancarta de la darrèra fotò !


 

Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document