horn

français : four

Prononcer "hourr".
dérivé : hornèra (prononcer "hournère, hournèro...") : fournière ?

Amics Webmèstes, insérez horn dans votre site !


 

Grans de sau

  • Sur toute la côte atlantique, la récolte de la résine et de ses sous-produits (notamment brais et goudrons) a entrainé l’établissement de nombre de fours permettant de "cuire" les souches et d’en tirer relativement aisément les goudrons.
    Vraisemblablement antérieur à l’époque romaine.

    Réponse de Gasconha.com :
    C’est cependant le latin "furnus" qui a donné en occitan central "forn", que le gascon a transformé en "horn".

  • Le N final peut aussi être prononcé. Il n’y a pas toujours assimilation.

  • OUI mais la forme gasconne n’est pas passée par le languedocien avant de devenir "horn", puisque tout les philologues s’accordent à estimer que le gascon s’est formé avant les autres formes de ce qui deviendra l’occitan.

    Réponse de Gasconha.com :
    N’ei pas jamei dit que lo "hornèr" era passat peu "fornièr" !-)

    Tu abordes la question de la genèse du gascon. C’est très intéressant, aussi parce que l’histoire du gascon nous dit l’histoire de la Gascogne.
    Je persiste à penser que le gascon n’aurait pas pu devenir aussi proche du languedocien sans recevoir une couche "occitane".
    Et je pense que cette couche s’est posée entre l’an 1000 et l’an 1300 environ, quand la langue romane des troubadours était la langue de prestige en Gascogne.
    C’est ainsi que la "Costuma" de Montréal-du-Gers, donc en pleine Gascogne, est écrite (vers 1250) dans une langue romane sans aucun caractère gascon :
    "E si alguna persona de Montreial que sia del sagrament de Montreial se clama al baile de Montreial d’autra persona que no sia del sagrament de Montreial, que aquela persona done fizansas per aquel clam ; e si no o fa, ...]*
    Le paysan gascon n’aurait pas parlé comme ça, et loin de là, j’en suis sûr. Mais la langue des troubadours et des clercs, par son prestige, a pu influencer le gascon primitif.
    [Tederic]

    *"Les coutumes de l’Agenais" par Paul Ourliac et Monique Gilles, Ed. "Diffusion Picard"


  • Adiu Txatti !

    Que legissi lo contexte deu ton gran de sau, e m’apercebi que la toa arremarca portava sus "occitan central "forn", que le gascon a transformé en "horn".

    Òc, que’s pòt plan que lo gascon "horn" e sia vengut directament deu latin, shens passar peu "lengadocian".

  • Merci d’aver corrigit puix comprés eth perpaus, Mossur eth oèbmeste !
    Totun, era arremarca tua sus era lenga utilizada pera "costuma de Montrejau" n’en ei cap menx passionanta.
    A vista de nas, qu’en dirèi benlèu qu’es bastides d’Armanhac (atau que d’autes parçans de Gasconha) qu’an podut éster hèites per "non-gascons" o/e qu’era lenga legau dera citat causida enta que sia compresa pera populacion entera en ua lenga artificiau (en gros un "occitan" avant l’heure...).
    De mes, non soi pas segur qu’aqueres bastides eran abitades per "paysans" mes meslèu per borgesi en devénguer, artesans e comerçanti, dinca -en quauques casi- per arreligiosi :
    gents acostumades ara lenga latina ?
    Aquò estant sonqu’ua ipotèsi que lanci atau en tot ameritar un aprigondiment seriós.

  • Apparemment "Horno" (Hoùrnou) en vallée d’Aspe.


Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document