chivau

français : cheval

Prononcer entre "chibaou" ou "chibaw".
Sans doute un emprunt très précoce (il pourrait dater de la fin du Moyen-Age) de l’occitan au français.
La forme normale aurait dû être en gascon "cavath".cavath = cheval

dérivés :
chivalèir (nord-gascon ; prononcer "chibalèÿ") : chevalier

JPEG - 12.1 ko
Lou chibaou
Centre équestre à Barbaste.
Tederic M.

Amics Webmèstes, insérez chivau dans votre site !


 

Grans de sau

  • Il semblerait plutôt que la forme gasconne "cavath", "cavalh" et même "cavalho" étaient plus courante que "cavau".
    "cavath" a d’ailleurs gardé le sens de "chevalet".

  • forma anciana de tornar préner : ’’cavath’’ [kawat]

  • En fait la forme normale aurait été cavath, comme dans le village de Taillecavat. cabat est la forme que l’on trouve dans les vieux textes bigourdans.

    Un dérivé gascon aurait alors été : cavarè(i)r

  • Le français chuinte. C’est, parait-il, une langue latine. En attendant, tout ce qui commence par CH en français dérive du C. Craba, Cabala, Camp, Crampe, etc, etc, en gascon et en latin. Ce qui n’arrête aucunement des extrapolations encore plus patoisantes.

  • La fòrma cavalh/cabalh s’es guaitada hens ua expression on lo sens es completament cambiat : Quin cabalh !
    qui’s dit a perpaus d’un gent (meilèu ua hemna) qui n’a pas gran valor (ua garça lhèu).
    A perpaus de Chivau, qu’es un deus mots dont l’ortografia occitanizada qui mei me hè patir, que legissi jo : tji’wa ? au lòc de ?i’ßa ?, e donc incompreneder.
    La retranscripcion mei hidèu be serè : Shibau, e acceptadera per tots. Maginatz un pauc la reaccion de la Sècta linguistica que’ns fesilha a tot pip-pap !, se per cas causivam aquesta fòrma !

  • Òc. Qu’ic aví dit suu Jornalet : shibau que calè. Accchhhh !! Sacrilège !!
    Totun, le fòrma "cavalh" qu’exista a "l’estat naturau", que l’èi entinuda en lo Biròs, en Ariège.


Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document