pishar

français : pisser

Prononcer "pichà".

pisha (prononcer "piche", "picho"...) : pisse, écoulement (très présent en toponymie)
Mais Palay donne plutôt pich (mot masculin) :
« Urine, pissat ; par anal. source jaillissante, filet d’eau jaillissant, cascade »

dérivé :
pishadèir (prononcer "pichadèÿ") ou pishadèr (prononcer "pichadè") : pissotière

En Bordelais, pishadeir, pishaduir (?) :
Nom énigmatique qui semble avoir désigné un quasi-pays :
 « picheduy, surnom donné par les landais du nord au pays viticole girondin » selon Palay rapporté par Matthias Koch
 « pays où il pleut toujours, lieu bas où se rendent les eaux » selon Mistral rapporté par Matthias Koch ; Mistral le fait dériver du verbe gascon "picha/pissa".
Pourtant la toponymie bordelaise ne semble pas présenter ce nom, sauf un lieu-dit ancien à Bègles en bord de Garonne sur les actuels "Petit Port" et "Grand Port" : le "Pichedhuy, Picheduy, Pichaduy, Pissaduy, Pisseduy, de la Reyne, Reyna..." (Matthias Koch)

pisha-viste (prononcer "piche-biste" - littéralement "pisse-vite" en français) : "sorte de culotte-pantalon que les femmes portaient sous la jupe, qui avait la particularité de ne pas être cousu entre les jambes".
[Association du patrimoine de Saint-Médard-en-Jalles - article dans le journal "Sud-Ouest"]

Probablement lié :
pishèir (présent en toponymie nord-gasconne sous la forme pichey)

Peut-être pas lié, mais avec des interférences possibles :
pishèr (pichè) : « sm. – Mesure de capacité (environ deux litres 1/2) ; pichet, grosse bouteille, jatte. » [Palay]

voir aussi :

cagar / chier

Prononcer "cagà".
Est passé en francitan et en bordeluche sous la forme "caguer".
Dérivé :
cagadèir (prononcer "cagadèÿ"), cagadèr
cagat est le participe passé de cagar, donc "chié".

Amics Webmèstes, insérez pishar dans votre site !


 

Grans de sau

  • Es hemnes vielhes a noste que portavan açò aperat aciu "pixa-viste" mes non en èi james sabut eth nom !
    Imaginatz ua vielhòta plantà-s cames escartades, es pelhes un xinhau arrelevades e de pixar atau tota dreta quan pujatz sus eth medix camin !
    E d’imaginar er arriu de pixa córrer...
    Un còp acabat, era hemna balhava un còp as pelhes dab es mans e qu’èra tot, praubóta s’en podè tornar tribalhar.
    Malur ad eth que se t’en anava a paréixer espantat, d’arríder o mèma díder quauquarren !

    Qu’èra atau d’auti còps...

  • "Yan baptiste piche biste,
    Barra la porta é torne biste."
    (Ritournelle entendue souvent...)


Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document