en graphie alibertine :
(lo) Tastet

tastar / goûter

Et aussi "tâter" et "palper".
Prononcer "tastà".

L’anglais "test" vient peut-être de là.

dérivé :
la tasta (prononcer entre "taste" et "tasto") : "action de scruter, sonder, déguster, exercice de vérification de l’octroi", selon Palay.
Mais "taste/tasta", qui revient souvent en nom de lieu ou de famille (Lataste) est finalement mystérieux. Etait-ce toujours un octroi ?... Ou aussi une élévation de terrain (tête) ?
L’explication est peut-être ici :
"Arnaut de Las Tastes : de l’ancien gascon tasta, « broussailles, hallier » (du latin médiéval tasta)."
http://manuscrits-drac.bnsa.aquitaine.fr/loccitan-dans-les-manuscrits-aquitains/une-galerie-de-portraits/les-exemples-tires-de-lobituaire-de-sainte-croix-de-bordeaux.aspx

tasta / broussailles, hallier

"Arnaut de Las Tastes : de l’ancien gascon tasta, « broussailles, hallier » (du latin médiéval tasta)."

dérivé : tastar (prononcer "tastà") :
"Guilhem deu Tastar : forme collective du gascon tasta, « hallier »."

http://manuscrits-drac.bnsa.aquitaine.fr/loccitan-dans-les-manuscrits-aquitains/une-galerie-de-portraits/les-exemples-tires-de-lobituaire-de-sainte-croix-de-bordeaux.aspx

Prononcer "(lou) Tastétt"...
"TASTET et LATASTERE viendraient selon Simin Palay du gascon « tastar », tâter, goûter, sonder, estimer, Latastère étant le lieu d’estimation des produits de la terre ou d’élevage.
Bénédicte Boyrie-Fénié l’interprète dans le sens de hauteur, en faisant une forme de « testa/latesta ».
Michel Grosclaude préfère le sens de « taillis de hêtre » attesté en ancien gascon.
Si la maison du Tastet se trouve sur une hauteur, celle de Latastère ne l’est pas aussi la dernière explication peut sembler plus plausible."

Variante(s) graphique(s) :

Tastet


 


 
Amics Webmèstes, insérez (lo) Tastet dans votre site !
 

Grans de sau

  • Adishatz, je souhaite me présenter, et vous remercier à tous pour toutes vos contributions.
    Cela m’aide beaucoup, parmi les noms de mes ancêtres, figurent Tastet, Lacoste, Castagnat, (même, si orthographié comme ceci, il viendrait d’ailleurs), et pour revenir aux toponymes auvergnats qui auraient pu se mêler aux nôtres, mon grand-père maternel s’appelait Fiancette.
    De plus, je ne vais pas m’étendre pour l’instant, mais j’aimerai beaucoup apprendre le dialecte de mes ancêtres.
    Voilà, Bona annada, j’espère que c’est correct.

    • J’ai placé votre gran de sau sous le nom de votre ancêtre Tastet !

      Sur "Castagnat", vous avez peut-être lu mon gran de sau Le micmac ar /at.
      Geopatronyme donne en Gironde aussi bien Castagna que Castagnat. On peut penser que ce sont seulement des variations graphiques pour le même nom, qui pourrait être Castanhar ; j’insiste toujours sur le fait que des noms graphiés "at" peuvent être des "ar" travestis ! mais c’est parfois difficile de trancher.

  • Adishatz,
    si cela est correct, il me semble avoir lu que c’était une forme familière de saluer, et que ADÌU, était plus adéquat pour des gens que l’on ne connait pas de façons proche.
    Je vous remercie pour votre message en tout les cas vos explications et vos vœux. Pour ce qui est de Castagnat, il semble que l’on retrouve ce nom jusqu’en Italie, Corse, France méridionale, avec des variantes orthographiques relativement succinctes, je m’en remets à vous.

    • Pour Adiu/Adishatz, voir ci-contre. Adiu, Adishatz = Adieu
      Adishatz correspond au vous, et Adiu au tu ; donc un peu l’inverse de ce qu’il vous semble :-)

      Castagna : si on le trouve écrit comme ça en Gascogne, ce n’est pas le même qu’en Corse ou en Italie ; simple "homographie" : c’est écrit pareil, mais l’accent tonique n’est pas placé pareil, et le sens différent.

      (lo) Castanhar
      Prononcer "Castagnà". Ce toponyme existe à Burgaronne (64).


      A la racine, il y a certes la châtaigne dans les deux cas !

Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document