en graphie alibertine :
Morèu, Maurèu

mora / mûre

Prononcer entre "moure" et "mouro".
Variante : amora (prononcer entre "amoure" et "amouro")
Dérivés :
amorèr, mais aussi peut-être amoret : mûrier, ronce
morèir (prononcer "mourèÿ") : mûrier [JF Laterrade]
morèu : mûrier [Vigneau, dict. du gasc. Bazadais]
amorejar (prononcer "amouréja") : cueillir des mûres (mais attention, aussi "faire l’amour", "courtiser" !-))

Quant à morar (prononcer "moura"), Palay y voit "un lieu humide presque marécageux".

Prononcer "Mourèou", "èou" étant fondu en diphtongue.
Peut être la forme gasconne de l’occitan "Morel", et du français "Moreau".
Voir J.Tosti, sur son site des noms :
"Eventuellement sobriquet qui pourrait s’appliquer à celui qui a le teint bronzé comme un maure (More + suffixe diminutif -el), c’est le plus souvent un ancien nom de baptême (Maurellus, Morellus), diminutif de Maur."

Mais une autre explication, en rapport avec le "mûrier" (voir ci-dessous le mot "mora") semble souvent pertinente.
Décidément, le mûrier a tendance à interférer avec d’autres racines (voir Lamouroux (Lamorós)...).

Variante(s) graphique(s) :

Moureu

Moureau

Moreau


 


 
Amics Webmèstes, insérez Morèu, Maurèu dans votre site !
 

Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document