Lòcs (toponymie, paysage...) de Poudenas

Albret néracais Armagnac & Condomois Gascogne médiane

Poudenas

Arbussan

Eglise d’Arbussan dans la brume
Fêtes d’Arbussan 2015
Tederic M.

 

 
Albret néracais Armagnac & Condomois Gascogne médiane

Poudenas

Pébresque

JPEG - 212.4 ko
Poudenas - Pébresque
Tederic M.

Cliquez sur la photo pour rentrer dans l’intimité de ce hameau !


 

 
Albret néracais Armagnac & Condomois Gascogne médiane

Poudenas

Moulias

en graphie alibertine :

(lo) Moliàs
Prononcer "Lou Mouliàs". molin + augmentatif -as

molin / moulin

prononcer plutôt "mouli".
dérivés :
molièir (prononcer "moulièï) ou molièr (meunier)
molia (prononcer "moulïe", "moulïo"...) : forme féminine de molin  ?
moliar, molinar (attesté dans "Siedlung und Landschaft (...))


 

 
Albret néracais Armagnac & Condomois Gascogne médiane

Poudenas

Castille

en graphie alibertine :

(la) Castilha
Prononcer "Castille", "Castillo"...

castilha / tourelle de guet

Prononcer "castille", "castillo"...
Palay :
Multidiccionari francés-occitan

« Tourelle de guet souvent placée en haut du donjon ; machine en bois servant de tour de guet »

dérivés :
descastilhar :
Palay : « Abattre, jeter bas. desacastilhà, descastilhà (G.) v. Démolir, mettre sens dessus dessous. »
recastilhar :
Palay : « Rebâtir, ériger de nouveau, réédifier ; recastilhà-s, se rétablir après de mauvaises affaires. »
castilhat : haut perché
castilhon :
Palay : Petit château. En toponymie, éminence, tertre


 

 
Albret néracais Armagnac & Condomois Gascogne médiane

Poudenas

Rue du Centre

Poudenas est un site d’une grande beauté mélancolique, au mois de décembre, entre la lande et les coteaux, tandis que les rues ménagent des trouées assez spectaculaires.

Mais comment dirait-on "Rue du Centre" en gascon typé ? "Carrèra mejana" ?

prepausat per Vincent P. ;

 

 
Albret néracais Armagnac & Condomois Gascogne médiane

Poudenas

Lestifau

La photo n’est pas très intéressante, mais la maison elle-même est très classique et excite moins la curiosité que les maisons vasconnes, du moins selon mon goût. Reste que le lieu-dit est intéressant, linguistiquement.

Il est noté Lestifoc sur la carte IGN des années 50. La maison ne semble pas exister au XIXème siècle. À élucider.

prepausat per Vincent P. ;

 

 
Albret néracais Armagnac & Condomois Gascogne médiane

Poudenas

Peyruc
Peiruc / Peÿruc

en graphie alibertine :

Peiruc
Prononcer "Peÿruc". Semble être "Pèir" + suffixe gascon "uc". Sur le même (...)

Pèir, Pèr Pèira / Peÿ / Pierre

Pèir Berland defenot la libertat de Bordèu !

Dérivés :

Dérivés ou variantes [Alis-Aiguillon] : Peyre Peyroton Peychot

Futurs parents amoureux de Bordeaux et de sa région, vous souhaitez que votre fils s’attache lui aussi à ce pays et défende ses couleurs...
Appelez-le Pey ou Pèir* !
C’est "Pierre" en gascon de la région de Bordeaux.
C’est le prénom de Pey Berland, homme d’Etat, homme du peuple, homme de coeur et homme de religion, qui a défendu la liberté de Bordeaux contre le roi de France.

*"Pèir" est la graphie occitane normalisée de "Pey".
Il s’agit d’un seul et unique prénom qui se prononce " Pèÿ ".

La forme "Pey" est plus connue, et attestée officiellement. Vous n’aurez aucune difficulté à la faire enregistrer par l’Etat Civil : sinon, il devrait suffire d’invoquer Pey Berland et les multiples "Saint Pey" de la région...

La forme graphique Pèir, plus moderne et audacieuse, est moins évidente à prononcer pour la majorité des gens.
Il vous faudra donc faire, si vous la choisissez, l’effort pédagogique pour qu’ils ne prononcent pas "Pèrr"...

Pèir est la version nord-gasconne (en gros, département de la Gironde nord du département des Landes) de "Pèr" (ne pas prononcer le "r") qu’on trouve dans le reste de la Gascogne (voir les multiples "Saint Pé...").

A noter pour finir : le gascon permet une forme féminine différente du masculin, "Pèira", à prononcer entre "Pèïre" et "Pèïro". Profitons-en ?-)


La maison : une ruine isolée dans un environnement plutôt forestier, près d’Arbussan ; ça semble irrémédiable ; on voit encore des restes de raccordement électrique...
Elle n’est pas de type vascon.

Le nom Peiruc peut s’interpréter de deux manières :
 le prénom Pèir/Peÿ (Pierre) + suffixe -uc
 le mot pèira (peÿro) + suffixe -uc
On trouve, pas loin de ce Peyruc, un lieu "Le Saussuc", qui ne peut être qu’un lieu planté de saules, et montre que le suffixe -uc peut s’accoler à un élément de l’environnement naturel.

Noms de lieu identiques ou de la même famille :
IGN :
Peyruc, 81230 Lacaune (ce qui confirme que "Peiruc" n’est pas exclusivement gascon - Geneanet et Geopatronyme le montrent aussi pour les noms de famille)
Peyruc, 47170 Andiran (Albret)
Peyruc, 47310 Aubiac (Agenais gascon)
Peyruc, 31420 Aulon (Comminges)
le Peyrucat, 32260 Lamaguère

Cassini et Etat major : Peyruc à Baudiets (commune de Rimbez et Baudiets)

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Albret néracais Armagnac & Condomois Gascogne médiane

Poudenas

Du Tuco à "Tuco Land"

en graphie alibertine :

(lo) Tucòu, Tucòl
Prononcer "(lou) Tucòw". Le sens du suffixe "òu" n’est pas évident. Collectif (...)

tuc / colline, hauteur, butte, monticule

Ou dune sur le bord de l’océan.
dérivés :
tuquet, tucòu
Et aussi, semble-t-il d’après la toponymie, une forme féminine tuca (lire entre "tuque" et "tuco").
truc, qui veut dire la même chose, est-il une variante de tuc ?

Qu’es aquiu, suu tuquet.


Deux maisons sur le même lieu-dit...

JPEG - 113.2 ko
prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Albret néracais Armagnac & Condomois Gascogne médiane

Poudenas

L’Air dans le brouillard
L'Erm dens la bruma / L'Err den la brumo

en graphie alibertine :

(l')Èrm

èrm / terre non cultivée, déserte

« (latin eremus) ; desèrt, tèrra perduda, non cotivada, lana, bosiga », ce’ns ditz lo "Tot en gascon".
Prumèr diccionari tot en gascon : lo de Pèir Morà !

Prononcer plutôt "èrr".


Il est connu que les "Bel Air" gascons cachent parfois des "Erm".
Et "L’Air" tout court pour un nom de domaine rural, c’est tellement aberrant qu’il y a forcément autre chose derrière ce mot français.
La carte de Cassini écrit "Lerm". Donc, c’est bien L’Erm !
Le cadastre napoléonien écrit déjà "Lair", et la carte d’état major du 19e siècle s’engouffre dans la brèche ("L’air"), suivie aveuglément par l’IGN : "l’Air" !

Cette dérive nous confirme quand même que nos ajòus ne prononçaient pas le "m" final.

Les bastisses : l’ensemble est imposant, il parait largement désaffecté ; vieux bâtiments non fonctionnels pour l’agriculture moderne, je suppose. Mais Lèrm semble toujours une exploitation agricole importante.

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Albret néracais Armagnac & Condomois Gascogne médiane

Poudenas

Lou Barradas
Lo Varadàs / Lou Baradàs

en graphie alibertine :

(lo) Varadàs, (la) Varadassa
Prononcer "(lou) Baradàs", "(la) Baradàsso"... Le premier dérive de varat, le (...)

varat, varada / fossé

Prononcer respectivement "barat", "barade"...

varadar, avaradar (baradà, abaradà) : entourer de fossés

A propos des varats landais, Gilles Granereau, de l’ONF, nous explique :
"en gros, pour limiter les problèmes d’humidité, mais aussi pour délimiter les propriétés, on creusait des fossés (barat, barradeau...) ;
les déblais étaient mis sur la bordure et constituaient la dougue (ou douve, ou tempe - mot que je ne connaissais pas), plus ou moins large.
C’est sur cette dougue que l’on pouvait établir une haie (les aubépines, par exemple étaient largement utilisées, car, outre leur rôle défensif (contre les bestiaux), elles étaient employées comme porte-greffes pour les fruitiers).
Cette haie protégeait par ailleurs les fruitiers (ou parfois la vigne) qui étaient placés parallèlement.
A l’intérieur de cette zone close et assainie par les fossés, et protégées par les fruitiers et haies, on pouvait établir des cultures céréalières en général."

Un contributeur géomètre nous dit :
"Les fameux baradeaux simples ou doubles entouraient bien les prés ou terres pour, d’une part, assainir, et, ensuite, couper les racines de la forêt qui auraient tendance à aller dans le sous sol des terres.
De ce fait les baradeaux dans leur ensemble appartenaient au propriétaire terrien et non au sylviculteur.
J’explique cela dans mes bornages, mais j’aurais aimé trouver des textes ou schémas pour leur mettre sous les yeux."

Remarque [2021] :
La provenance gasconne du mot utilisé en français "baradeau" n’est pas claire. Ce dernier est d’ailleurs associé par des sites d’étymologie au verbe barrer.
Le nom de famille Baradeau est poitevin.
On ne trouve guère de Baradeau en onomastique gasconne, ni de baradèu ou baradèou dans les textes...

dérivés :
varadèr : creuseur de "varats"
minjar com un varadèr : manger... beaucoup
varada (prononcer entre "barade" et "barado") : féminin de "varat" ; correspond au mot français "vallée", mais le sens gascon était-il "vallée" ou "fossé", ou entre les deux ?

JPEG - 8.2 ko
Luz Saint Sauveur - Rue dets Barats
Bizarre ces noms de rues moitié français ("rue") moitié gascons qu’on trouve à Luz.
Mais surtout ne touchez à rien si c’est pour uniformiser en français !
En gascon, on peut, sur le modèle de la rue voisine "Bio d’era Moulo" (tout en gascon, elle), imaginer "Bio dets Barats" (Via deths Varats).
La graphie alibertine passerait peut-être auprès des autochtones, mais les estrangèrs prononceraient les "V" "V"...
Je trouve aussi que le dessin de la plaque et des lettres rend bien.
Tederic M.


Merci à la Daune pour son accueil.
Elle n’est pas d’ici, mais le maire lui avait dit qu’en "landais", "barradas" signifiait "grand fossé".
Le double r pourrait faire penser à un dériver de barrar (fermer), mais le mot varat semble un meilleur candidat que le participe passé barrat pour recevoir l’augmentatif -as (avec une mutation normale du t final en d).
Donc, plutôt d’accord avec l’ancien maire !-)
J’écris "Lou Baradàs" avec un seul "r" en conséquence de cette explication par "varat".

Rappels :
 "varat" se prononce "barat" ; le son "v" n’existe pas en gascon ;
 le gascon faisait la différence entre un double "r" et un simple "r". D’où la graphie franco-phonétique "Lou Baradàs" que je propose...

"Lou Barradas" a des chambres d’hôte.

Vue plus complète ci-dessous à droite sur Street View (à gauche, il y a une néobasque inhabitée) :

prepausat per Tederic Merger ;