Lòcs (toponymie, paysage...) de Monheurt

Queyran Gascogne médiane Tonneinquais

Monheurt

Lavance

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Queyran Gascogne médiane Tonneinquais

Monheurt

Le restaurant "La Calenquère"

Ce jeu de mots entre talanquère et calanque (ou cale) est sympathique.
Petit loupé "au niveau de l’orthographe" : même si on est libre pour un nom inventé, "Calanquère" aurait été plus logique.
C’est en haut de la cale* de Monheurt ; on voit la bordure du quai en bas de la photo.
Et le mot talanquère (bien vivant en français régional - national, je sais pas) vient du monde taurin et coursayre.
D’après mes rapides recherches, le mot serait espagnol (talanquera) et n’aurait pris son sens taurin que chez nous : en espagnol : pared o cualquier lugar que sirve de defensa o reparo, donc pas que dans les arènes ! talanquera = barrière en bois

C’est à la fois un restaurant et un commerce multi-services.
La Calenquère a ouvert ses portes

*la cale : le plan incliné (ici vers Garonne), qui sert pour embarquer/débarquer

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Queyran Gascogne médiane Tonneinquais

Monheurt

Brax

en graphie alibertine :

Brach ?
Si on écrit "Brach" en alibertin, ce devrait être prononcé "Bratch". Etait-ce (...)

Bracs
Prononcer "Bracs", "Brats"...

Un Brax mei !*
Et comme souvent, dans une zone humide ou inondable.
Cassini semble écrire "Brads", ce qui suggère une prononciation "Brats".

Quand les maïs seront coupés, je pourrai prendre la façade de loin ; une belle façade vasconne ! Mais toute la maison est belle et typique dans son volume et son matériau !

* En fait, ce serait ici "Grand Brax", pour distinguer de "Petit Brax".

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Queyran Gascogne médiane Tonneinquais

Monheurt

L’Ile Beau-Sol et Lacaussade
Bèth Sòu

en graphie alibertine :

(la) Cauçada
Prononcer "Caoussade/Càwssade", "Caoussado"...

cauçada / chaussée

Prononcer entre "caoussade" et "caoussado".

"L’Ile" entre Garonne et Gaule (un ancien bras de Garonne), a eu au moins ces deux maisons habitées :

Lacaussade semble encore utilisée, mais peut-être pas comme habitation.
Le nom Lacaussade est énigmatique : il passait par ici des chemins de halage, aussi bien sur le bord de Garonne que sur le bord de la Gaule, mais pas vraiment de chaussée ?

La deuxième, à qui l’IGN semble attribuer le nom d’Ile Beau Sol, et qui parait plus récente, est pourtant la première à partir en ruine, peut-être parce qu’elle est plus a l’estrem encore.

Le fait qu’on soit en zone inondable n’explique pas à lui seul ces abandons de bordes. C’est un phénomène général dû à la raréfaction des agriculteurs.
Ces maisons, qui nous intéressent aussi pour leur type vascon, devront dans l’immédiat trouver une nouvelle fonction, non agricole. Simple résidence, mais aussi, pour ces grandes bastisses, développement d’activités artisanales à domicile...
En attendant qu’un retour de balancier y ramène un jour des paysans d’un nouveau type ?

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Queyran Gascogne médiane Tonneinquais

Monheurt

Bordeneuve
La Bòrda Nèva / La Bòrdo Nèbo

en graphie alibertine :

La Bòrdaneva
Prononcer "Bordonébo, Bordonéwo..."

bòrda / ferme, métairie, grange

Ou grange.
Prononcer entre "bordo" et "borde" ;
Dérivés :
bordeta (prononcer "bourdette" ; petite bòrda), bordiu (ferme ou métaierie) et ses dérivés bordilèr (métayer), bordilòt (diminutif de "bordiu"), bordilar (attesté dans "Siedlung und Landschaft (...)" p. 328)
bordau ("bourdaou" indiqué comme "grange-étable" (p.40) par "Quand l’Ariège changea de siècle", de Pierre Salies aux éditions Milan/Résonances (1982))
bordalèr métayer, « habitant d’un hameau, d’un bourdalà » [Palay]
bordalat (hameau)
bordèra : regroupement de bòrdas ?
bordar (prononcer "bourdà") :
« bourdà sm. Ferme, borde avec tout ce qu’elle contient et comporte- : bétail et cheptel mort. En Lav. emplacement d’une borde tombée en ruines. » [Palay]
« Bourdar Bordar (vers le pays basque) métairie »[Lespy]

JPEG - 21 ko

nau, nèu / neuf

prononcer "naw"
neuve : nava (prononcer "nawe", "nabe", "nabo", "nawo"...) ou parfois nau comme le masculin
Les formes nèu et nèva existent aussi.
Le couple navèth/navèra correspond à nouveau/nouvelle ; variante pour les Landes, et peut-être aussi pour le Médoc et autres : « noèt, nouèt,-ère (L.) », donc novèth/novèra [Palay]

(era/la) Bòrdanava
Prononcer "La/Era Bòrdo nawo, Bòrdo nabo, Bòrde nawe, Bòrde nabe..." avec (...)

bòrda / ferme, métairie, grange

Ou grange.
Prononcer entre "bordo" et "borde" ;
Dérivés :
bordeta (prononcer "bourdette" ; petite bòrda), bordiu (ferme ou métaierie) et ses dérivés bordilèr (métayer), bordilòt (diminutif de "bordiu"), bordilar (attesté dans "Siedlung und Landschaft (...)" p. 328)
bordau ("bourdaou" indiqué comme "grange-étable" (p.40) par "Quand l’Ariège changea de siècle", de Pierre Salies aux éditions Milan/Résonances (1982))
bordalèr métayer, « habitant d’un hameau, d’un bourdalà » [Palay]
bordalat (hameau)
bordèra : regroupement de bòrdas ?
bordar (prononcer "bourdà") :
« bourdà sm. Ferme, borde avec tout ce qu’elle contient et comporte- : bétail et cheptel mort. En Lav. emplacement d’une borde tombée en ruines. » [Palay]
« Bourdar Bordar (vers le pays basque) métairie »[Lespy]

JPEG - 21 ko

nau, nèu / neuf

prononcer "naw"
neuve : nava (prononcer "nawe", "nabe", "nabo", "nawo"...) ou parfois nau comme le masculin
Les formes nèu et nèva existent aussi.
Le couple navèth/navèra correspond à nouveau/nouvelle ; variante pour les Landes, et peut-être aussi pour le Médoc et autres : « noèt, nouèt,-ère (L.) », donc novèth/novèra [Palay]

Uno bòrdo nèbo de meÿ !

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Queyran Gascogne médiane Tonneinquais

Monheurt

Le Hailla
Lo Haiar / Lou Haià

en graphie alibertine :

(eth/lo) Hajar
Prononcer "Lou Hajà". hai + suffixe -ar indiquant un peuplement d’arbres ou (...)

hau, hai, hac / hêtre, forêt destinée à l'affouage

Prononcer "haou" ou "aou" est une diphtongue.
Autres formes gasconnes :
hai (prononcer "haÿ")
hac (moins répandu ; écrit éventuellement "hag", notamment en graphie fébusienne ; plus proche de la racine latine fagusprononcer "hac" ; )
havoth, havora (prononcer "habouth, haboure" - le premier est masculin, l’autre féminin)
"haboure sf. Hêtre (fagus sylvatica). V. habout. Syn. hag, hau, hay." [Palay]
Multidiccionari francés-occitan

havoret (prononcer "habourét")
diminutif (mais surtout collectif : bois de hêtres) : haget et aussi haveda (prononcer "hawéde", "hawédo"...) : Bois planté de hêtre
"Se trouve dans les Pyrénées (forêt d’Iraty...), quelques localités reliques en Chalosse, Lot et Garonne…
Arbre pouvant atteindre 40 à 50 m, et vivre jusqu’à 500 ans.
Fruit : la faine, appréciée par les porcs ; on en tirait également de l’huile alimentaire.
Distillé à sec, le bois fournit la créosote.
Bois d’œuvre recherché (menuiserie, chaises…)"
[Gilles Granereau]

Le hau/hai a été important dans la Gascogne d’hier, si on en juge par le nombre des noms de lieu (et donc de personne) qui contiennent ce mot.

Sur cette photo latérale, on voit des piliers cimentés ; le plus souvent ces piliers cylindriques sont en briques, comme à la Teulère, et il y a donc probablement de la brique sous le ciment.
La Téoulère

Avant, c’était le Petit Hailla et il y avait aussi le Grand Hailla pas loin, mais ce dernier a disparu.

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Queyran Gascogne médiane Tonneinquais

Monheurt

Cazaux

en graphie alibertine :

(los) Casaus
Prononcer "(lous) Cazàws".

casau / jardin

Prononcer "casaou" ou "casaw".
diminutif : casalet

En fait, le "casau" a pu être à l’origine bien plus qu’un jardin : un domaine rural.
Voir à, ce sujet la page du site de Doazit en Chalosse sur les capcasaus.

Pour cet ensemble agricole dont la bastisse en photo n’est qu’un élément, mais le plus vascon, on a le festival habituel des graphies françaises de Casau(s) :
 Cazeaux pour l’IGN
 Cazaux pour le FANTOIR
 Cazeau pour Cassini
 Cazeaux et Cazaux pour le cadastre napoléonien
Il n’est même pas sûr que le x (qui marquerait un pluriel) soit justifié historiquement, mais on va le laisser, en prenant la forme officielle du FANTOIR qui au moins évite le "eau" français, à coup sûr injustifié.

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Queyran Gascogne médiane Tonneinquais

Monheurt

Baruquères
Baruquèras / Baruquèros

en graphie alibertine :

Baruquèras
Prononcer "Baruquèros"


Borde abandonnée entre les Andrieux et Valade.

De derrière, on voit mieux la juxtaposition de deux bâtisses : celle où étaient l’habitation et l’étable, aux murs de briques plates, et le hangar en bois collé devant.

Il n’est pas exclu qu’il faille écrire "Barruquères" avec double r, c’est ce qui figure sur le cadastre napoléonien, mais pas chez l’IGN.
L’IGN donne un "Baruquère" à Hagetmau et un "Barruques" en Rouergue. Si le second était de la même racine, il faudrait alors écrire avec double r, et le nom serait occitan sans être spécifiquement gascon.

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Queyran Gascogne médiane Tonneinquais

Monheurt

Borde à Valade
Bòrda a Valada / Bòrdo a Balado

en graphie alibertine :

Valada
Prononcer "Balade"


Une autre borde vasconne de l’arribère.
Merci au mèste.
Elle semble avoir perdu son utilisation agricole de "maison-grange" mais sa restauration doit garder grosso modo l’aspect initial (ce qui est d’ailleurs le principe d’une restauration !), ou au moins un état assez ancien.
Au fond de l’emban, on distingue des colombages. S’ils sont d’origine, attestent-ils une construction partiellement en ossature bois ?

On est au lieu-dit "Valade" qui est un nom plutôt limousin :
http://www.geopatronyme.com/cgi-bin/carte/nomcarte.cgi?nom=valade&submit=Valider&client=cdip

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Queyran Gascogne médiane Tonneinquais

Monheurt

Les Andrieux
Los Andrius / Lous Andriws

en graphie alibertine :

Andriu

Andriu Andriva / André / Andrée

Pour"Andriu", prononcer entre "Andriou" et "Andriw".
Pour"Andriva", prononcer entre "Andriwe", "Andribe", "Andriwo" et "Andribo"...

Los Andrius
Prononcer "Lous Andriws"


Merci au mèste daou lòc.

prepausat per Tederic Merger ;