Lòcs (toponymie, paysage...) de Sérignac-sur-Garonne

Brulhois / Brulhés Esprit Bastide

Sérignac-sur-Garonne

Nodigé
'N Audigèr

en graphie alibertine :

Audigèir, Audigèr
Prononcer respectivement "Aoudijeÿ", "Aoudijè", le premier ayant la (...)

Nom de famille Audigèr (Audigé, var. Audigey), avec la particule N (= En) comme dans Narcam, Nolibé...

prepausat per Gaby ;

 

 
Brulhois / Brulhés Esprit Bastide

Sérignac-sur-Garonne

Cassouate

en graphie alibertine :

La Cassoata
Prononcer "La Cassouate", "La Cassouato"... La terminaison féminine -ate (...)

casso, casse, cassi / chêne

cassi est plutôt girondin, une autre forme gasconne est casso (prononcer "cassou" en accentuant la première syllabe), et casse existe aussi.
En langue gauloise : cassanos

"cassi-casso-casse" est-il plutôt le chêne pédonculé , le chêne tauzin étant "tausin" ?*
Dérivés (pour dire "chênaie" :)
cassiar (masc.), cassia o cassièra (fem.), cassiet, cassieda, cassoeda, cassanha (le si courant "cassagne"

*Le basque a deux mots différents : haritz pour "chêne pédonculé", ametz pour "chêne tauzin". Au Pays basque, le premier était particulièrement révéré.

Ostau deus Cassos / Oustaou dous Cassous
Proposition de typographie gasconne.
Tederic M.

 

 
Brulhois / Brulhés Esprit Bastide

Sérignac-sur-Garonne

Soulés

en graphie alibertine :

Solèrs
Prononcer "soulès". Semble bien être le pluriel de "Solèr". Ce nom assez (...)

solèir, solèr / étage ou grenier

Prononcer respectivement "soulèÿ", "soulè".
variante gasconne majoritaire : solèr (prononcer "soulè")

vueita-solèir (prononcer "bueÿte-souley") : vide-grenier

Bordeaux - rua Solèir - rue Souley - rue du Soleil
Projet de plaque explicative.
Tederic M.

 

 
Brulhois / Brulhés Esprit Bastide

Sérignac-sur-Garonne

Hounsades ? Hounsadas ?

CN (A2) : Hounsadas
FANTOIR : Hounsades
"Hounsadas" se note normalement en alibertin Honsadars, ce qui suppose un mot honsadar, collectif de honsada.

honèira : vallon avec un écoulement, dépression de terrain ; mot présent en toponymie (Semens), correspondant à la série gasconne honèra, honada, honau, honsada, honsau, etc.


Le gascon garonnais


 

 
Brulhois / Brulhés Esprit Bastide

Sérignac-sur-Garonne

Jouanisson

en graphie alibertine :

Joanisson, Joanishon
Prononcer "Jouanissou(ng), Jouanichou(ng)"...

Joan Joana / Jouan / Jouane / Jean / Jeanne

Attesté en 1415 dans les registres de la Jurada de Bordèu sous la forme "Johan" : Johan Argui, Johan Arostanh.


 

 
Brulhois / Brulhés Esprit Bastide

Sérignac-sur-Garonne

Le Cadet

en graphie alibertine :

(lo) Capdèth
Un porteur du nom Capdet nous a signalé qu’il envisageait une explication du (...)

capdèth / cadet

cadette (féminin) : capdèra (forme normale en gascon ; prononcer "capdère", "caddère"...)

[A revoir :
Le "b" ne se prononce pas toujours.
Au fait, pourquoi la graphie normalisée occitane met-elle un "b" si le mot vient de "cap" ? Surtout qu’on trouve dans la toponymie des tas de "Capdet" et pas de "Cabdet"...
D’ailleurs, pour les connaisseurs, la racine "capitellus" justifierait plutôt "capdèth"...]

C’est un mot que le gascon a donné au français.
Viendrait du grade de commandement militaire souvent atteint par les fils cadets des familles gasconnes, dépourvus d’héritage et forcés de s’enrôler dans l’armée.
"cabdet" serait donc à l’origine un dérivé de "cap" dans le sens de "chef" (latin "capitellus").

Voici l’explication donnée par LA PALABRA DEL DÍA du site www.elcastellano.org :

cadete
Los jóvenes que estudian en las escuelas militares son llamados ’cadetes’, nombre que también se da a los adolescentes que trabajan en el comercio como aprendices.
En su origen, en Francia, el cadet era un ’joven noble que se preparaba para la carrera militar’.
La palabra había sido tomada de la lengua de la antigua provincia francesa de Gascuña, en la cual capdet significaba jefe, proveniente del latín vulgar capitellum (jefe), que también dio lugar a ’caudillo’.
Capitellum se había originado en el latín caput (cabeza).


 

 
Brulhois / Brulhés Esprit Bastide

Sérignac-sur-Garonne

Loupatères

en graphie alibertine :

(la) Lobatèra
Prononcer "(la) Loubatèro, Loubatère"...

lop / loup

masculin : prononcer "loup" en faisant entendre le "p" final.
féminin : loba (prononcer "loube" ou "loubo")

lobèra (prononcer "loubère") : lieu des loups (voir le dictionaire de Vincent Foix) [Max Loubère]

lobatèr, lobatèir :
Palay :
Multidiccionari francés-occitan

loubatè,-re, loubatégn,-o (B.-L.) adj. – Qui est du loup, où il y a des loups- : endrét loubatè, endroit où il y a des loups.
loubatè sm. – Louvetier, chasseur de loups

FANTOIR : Loupatères
CN (B4) : las loupatères
Etat major 19e : Loubatère


 

 
Brulhois / Brulhés Esprit Bastide

Sérignac-sur-Garonne

Sarros

en graphie alibertine :

Sarròs, Sharròs
Geneanet : Jeanne CHAROS (SARROS - SARRES) Née le 18 octobre 1718 - Ste (...)


 

 
Brulhois / Brulhés Esprit Bastide

Sérignac-sur-Garonne

Basque

en graphie alibertine :

(lo) Basco
Prononcer "(lou) Bàscou", avec l’accent tonique sur "bas".

CN (B3) : Bascou ; cette attestation est précieuse, puisqu’elle montre un "ou" atonique en rive de Garonne.


 

 
Brulhois / Brulhés Esprit Bastide

Sérignac-sur-Garonne

Château du Ha

en graphie alibertine :

(lo) Har
Prononcer "Lou Ha".

har / phare, tour de guet

Prononcer "ha".

Attention le verbe "faire" peut se dire "har", mais ça n’a rien à voir !