Lòcs (toponymie, paysage...) de Calonges

Queyran Gascogne médiane Tonneinquais

Calonges

Guiraude

en graphie alibertine :

Guirauda
Prononcer "Guiràwde", "Guiràwdo"...

Guiraut Guirauda / Géraud

"Géraud de Budos" attesté en 1273.

Le féminin "Guirauda" pourrait être proposé à l’Etat civil sous la forme "Guiraude" mieux lisible pour le grand public que "Guirauda".

La maison ne semble pas des plus anciennes, un peu dans le style chalet.
Le lieu Guiraude figure, lui, sur les cartes anciennes.

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Queyran Gascogne médiane Tonneinquais

Calonges

Y Soum Bien

en graphie alibertine :

Jòrdi

Jòrdi prenom mascle / Georges

Variantes : Jòrgi, Jòrli
Attention, l’accent tonique est sur "Jòr" !


Y soum bien

"Nous y sommes bien"

prepausat per Vincent P. ;

 

 
Queyran Gascogne médiane Tonneinquais

Calonges

Le Gat

en graphie alibertine :

Lo Gat
Prononcer "Lou Gat".

gat / chat

gata (prononcer entre "gate" et "gato") : chatte
gatàs : grand villain chat
gatòt : petit chat
gatèra : chatière

guà, guat, gat, vuà ?, vuat ? / gué

La forme guat a aussi existé, il en existe des traces dans la toponymie (ex : Le Moulin du Gouat à Habas (40) sur l’Arrigan).
[Vincent.P]

La rivière du Gat mort porte aussi le "t" final, mais a perdu le "u".
[Tederic]

"« goua », comme « gué » vient de ‘vadum’ ;
phonétiquement, à la française :
wadum > wadu > wad > gwad > gwat > gwa ; en français, … gwat > gat > gué
comme pratum […] prat > pré.
Mais le français a aussi le toponyme « Gois » dans le « passage du Gois » entre le continent et l’ile de Noirmoutier.
Le -d final se maintient en dérivation ; on a le patronyme Gouazé, où le -d- intervocalique passe à -z-
comme dans videre > védë > vésë etc. [...]
Mais en finale absolue, le -d devient muet, comme dans pedem > pè. Mais pas partout, car de même qu’en Aspe on dit « lou pèt » pour "le pied", Palay atteste des formes « ga, goà, goàt, goàu et goè ». Je ne saurais les localiser et l’ALG n’a pas de carte "gué’."
[Dr Y. Lafitte]

"pourrait provenir du francique wad qui a une signification moins spécialisée que vadum, car il peut désigner des cours d’eau, des mares.
Le mot wad est conservé en néerlandais.
Le francique wat e le latin vadum se ressemblent, et ont évidemment une étymologie indo-européenne commune."
[Gérard Loison]

dérivé :
guadet (prononcer "gwadétt")

La maison, qui n’est pas chez Cassini, figure bien sur le cadastre napoléonien, feuille 5 "La Forêt", sous le nom "Au Gat". "Cabanne" pour la carte d’état major du 19e siècle.
Dans certains cas, un nom de lieu gat peut recouvrir une racine guat (gué...) mais ici ce n’est en tout cas pas la conformation du lieu, plutôt en hauteur, qui irait en ce sens.
Alors, ce serait lo gat / le chat ? On peut imaginer un surnom, mais aussi une déformation à partir d’un autre nom (Logat, Lugat...).

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Queyran Gascogne médiane Tonneinquais

Calonges

Contraste à Marède

A part ce contraste entre une maison néo-vasconne et une autre... néo-romaine ?... quel sens peut avoir ce nom Marède pour un lieu-dit aux abords du bourg de Calonges, et qui figure sur les cartes anciennes ?
La terminaison -eda suggère de chercher un nom d’arbre...
Pour amarédo, Palay renvoie à amarè, mais donne pour amarè "Amertume ; chagrin" ; on n’est pas dans les arbres, et ça ne fonctionne guère pour un nom de lieu.
Quant à « amare sf. Picris (plante). [Palay], plante de la famille des chicoracées, picris. [Lespy] »
Multidiccionari francés-occitan
... une plante qui n’est pas un arbre peut-elle former un nom en -eda ?
Il faudrait aussi qu’il y ait une mauvaise coupure "l’amareda > la mareda". Bref, trop tiré par les cheveux !
Le FANTOIR donne Marède à Lamaguère (32) et l’IGN Marèdes à Chambon-le-Château (48).

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Queyran Gascogne médiane Tonneinquais

Calonges

Y soum bien

en graphie alibertine :

Jòrdi

Jòrdi prenom mascle / Georges

Variantes : Jòrgi, Jòrli
Attention, l’accent tonique est sur "Jòr" !


Tres hilhos de la Gascougno "shén tyépic"

C’est le deuxième "Y soum bien" que je vois. Il doit y en avoir d’autres !
La maison semble correspondre au lieu-dit Jordy ("à Jordy" sur le cadastre napoléonien).

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Queyran Gascogne médiane Tonneinquais

Calonges

Maison au lieu-dit Fringan


En bordure de la forêt du Mas, de Sénestis et de Calonges.
La maison semble assez ancienne, puisqu’elle a une gênoise.
Le nom Fringan est à expliquer.
Peut-être le français fringant ?
Cependant Cassini écrit (semble-t-il) "Fringau".
Quant au cadastre napoléonien, il semble écrire parfois "Fringau", parfois "Fringan" ; et la feuille de ce cadastre qui écrit "Fringau" mentionne tout à côté un lieu qui semble être "au Bringau" ; troublant, n’est-ce pas ?

On trouve "Fringant" sur le Cadastre napoléonien de Lucmau (Tableau d’assemblage section D).

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Queyran Gascogne médiane Tonneinquais

Calonges

Larrouy
Larroi / Larrouÿ

en graphie alibertine :

Larroi + L'Arroi
Prononcer "Larrouÿ". L’explication "Lerouge" parait simple et bonne. Mais Le (...)

arrolha, arrulha, arrelha / rouille, ruisseau

Le mot "rouille" est une mauvaise francisation, semble-t-il. Peut-être que la couleur rouille de certains ruisseaux landais a facilité l’erreur ?
Le "a" de début de "arrolha" a aussi été confondu avec le "a" de "la" rouille...
"arrolha" viendrait du bas-latin "arrogium" (Nicolaï) ou du latin "arrugia" (Fenié).
On peut penser que le mot castillan arroyo est de la même origine.
Et probablement aussi le basque arroila.

Il semble que le masculin "arrolh" (prononcer "arrouil") existe aussi, avec le même sens de rigole, ruisseau, fossé.

LA PALABRA DEL DÍA (www.elcastellano.org) donne la préférence à une origine prélatine :
"arroyo
Es uno de los pocos vocablos hispánicos prerromanos, que sobrevivieron a la latinización de la Península Ibérica.
En su origen, se refería a un ’canal artificial para el paso del agua’ y más tarde las ’largas galerías de las minas’, generalmente túneles muy estrechos por los que apenas podían pasar los mineros y con esa denotación fue acogido por los romanos y empleado por Plinio.

La palabra castellana se extendió al portugués arroio y se mantuvo en el vasco arroil (foso, desfiladero entre montes).
En varios dialectos italianos aparecen formas como ruga, roggia, con el sentido de ’acequia’ o ’canal’.

Sin embargo, Covarrubias supone en su diccionario (1611) que la palabra está formada por el artículo árabe al antepuesto a la voz latina rivus, o a su diminutivo rivulus o, tal vez, el griego ryo (yo fluyo). Esta hipótesis se descarta actualmente."

Le bas-latin a pu adopter et diffuser ce mot pré-latin, hispanique. Pour le mot espagnol arroyo, l’explication donnée plus haut suggère son entrée directe dans le lexique, à partir du mot pré-latin.
Pour ce qui concerne l’espace aquitain, nous n’avons aucun élément pour affirmer que cette racine existait avant la latinisation, et donc le gascon l’aurait reçu par ricochet.

Palay :
Multidiccionari francés-occitan

« arroulhe sf. Rigole ; ornière ; fossé ; canal ; l’outil appelé arroulh. Syn. arrélhe. »
Remarque : la forme arrélhe a un homonyme, soc (pièce de charrue) qui, justement, sert à creuser un sillon !

Lespy :
« ARROULHE, Arrolhe, Arrulhe rigole, ornière profonde, fossé, canal »
Les exemples donnés par Lespy utilisent beaucoup la forme arrulhe.
Lespy signale aussi une extension du sens à un terrain limité par des arrulhes, par exemple "un verger conquis sur le marais".

PNG - 864.9 ko
arrolha, arrulha, arrelha à partir de arrugula

arroi, arroja / rouge

Prononcer "arrouÿ".
La forme "roi" (prononcer "rouÿ") existe aussi.
Féminin : arroja ("arrouÿe", "arrouÿo"...)

Calonges - Larrouy
Larrouy figure sur la carte de Cassini ; la maison, maintenant abandonnée, devait déjà y être à l’époque de Cassini. Elle a été au 20e siècle flanquée d’une grange "moderne", de côté que la photo ne montre pas...
Tederic M.

Calonges - Larrouy - dedans
La maison est sans doute très ancienne, on le voit aux colombages intérieurs.
Tederic M.
prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Queyran Gascogne médiane Tonneinquais

Calonges

Payboun
Pair bon / Paÿboun

en graphie alibertine :

Pairbon

pair / père

Prononcer "paÿ".

Pour "Papa", on disait "Pair", mais aussi "Papà", peut-être sous l’influence du français.

Pair bon (prononcer entre "Paÿbou" et "Paÿboung") : affectueux pour "Grand-père".

Calonges - Payboun
Tederic M.


Gasconha.com qu’a aperat, mès n’i avè pas digun.
I a escrit "Paybon".

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Queyran Gascogne médiane Tonneinquais

Calonges

Barette
Vareta / Baréto

en graphie alibertine :

(la) Vareta
Prononcer "La Baréte"...

vath / vallée

Prononcer entre "bat" et "batch".


Au bord du ruisseau de Tareyre.
Le gascon doit logiquement dire "Barette" pour "Vallette"...


 

 
Queyran Gascogne médiane Tonneinquais

Calonges

Eglise de Saint Martin
Gleisa de Sent Martin / Gleÿso de Sent Martïn

en graphie alibertine :

Senmartin + Sent Martin
Prononcer Sén Martin, Sén Martin(g)...

Martin Martina / Martin / Martine

Existís sieis vilatges dau Peiregòrd que s’apelan Sent-Martin.
Lo prenom Martin (sovent francisat en Marty, mai que mai per los noms de personas), ven dau latin Martinus, celebre evesque de Tors au segle IVen.

PRENOMS DAU PEIREGÒRD (Joan-Loïs Lévêque)
Prénom présent en Gascogne, mais plus largement occitan et français/

L’occitan ne prononce pas le "in" final comme en français, mais plutôt comme le "ing" de "parking". Mais parfois, le "n" final tombe complètement, ce qui explique (mais n’excuse pas !) la graphie française "Marty".


prepausat per Tederic Merger ;