Lòcs (toponymie, paysage...) de Labouheyre

Grande Lande / Lanegrand Pays negue Anneau gascon Landes de Gascogne

Labouheyre

C’est vendu !
Venut !

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Grande Lande / Lanegrand Pays negue Anneau gascon Landes de Gascogne

Labouheyre

L’hôtel-restaurant "le Brémontier"

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Grande Lande / Lanegrand Pays negue Anneau gascon Landes de Gascogne

Labouheyre

La gare de Labouheyre

Il n’y a pas d’estantade comme à l’hôtel-restaurant le Brémontier, voisin, mais au moins deux éléments de la bastisse sont des signes d’appartenance vasconne, et un autre est carrément local (devinez lequel !).
L’hôtel-restaurant "le Brémontier"

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Grande Lande / Lanegrand Pays negue Anneau gascon Landes de Gascogne

Labouheyre

La Boyre

en graphie alibertine :

La Boèira
Prononcer "La Bouèÿre"

boèir, boèr / laboureur, bouvier

Prononcer "bouèÿ".
Hors du nord gascon : boèr (prononcer entre "bouè" et "boué")
boièr en languedocien.
boiria (prononcer "bouÿrie") ou boeria : bouverie
boria existe peut-être aussi, et ne doit pas être confondu avec bòria (accent tonique différent), même si les deux mots sont de la même famille, avec comme racine commune boeu (boeuf) et ses variantes. bòria = bouverie, fermebueu, beu, bòu, buu, biòu = boeuf

Le nom n’a-t-il pas la racine boèira qu’on a aussi envisagée pour Labouheyre ?
Les bastisses récentes évoquent bien des parcs (alias "Bergerie de Tuquette"), mais sont des salles de réunion.


 

 
Grande Lande / Lanegrand Pays negue Anneau gascon Landes de Gascogne

Labouheyre

Parc de Peyre

en graphie alibertine :

Pèir

Pèir, Pèr Pèira / Peÿ / Pierre

Pèir Berland defenot la libertat de Bordèu !

Dérivés :

Dérivés ou variantes [Alis-Aiguillon] : Peyre Peyroton Peychot

Futurs parents amoureux de Bordeaux et de sa région, vous souhaitez que votre fils s’attache lui aussi à ce pays et défende ses couleurs...
Appelez-le Pey ou Pèir* !
C’est "Pierre" en gascon de la région de Bordeaux.
C’est le prénom de Pey Berland, homme d’Etat, homme du peuple, homme de coeur et homme de religion, qui a défendu la liberté de Bordeaux contre le roi de France.

*"Pèir" est la graphie occitane normalisée de "Pey".
Il s’agit d’un seul et unique prénom qui se prononce " Pèÿ ".

La forme "Pey" est plus connue, et attestée officiellement. Vous n’aurez aucune difficulté à la faire enregistrer par l’Etat Civil : sinon, il devrait suffire d’invoquer Pey Berland et les multiples "Saint Pey" de la région...

La forme graphique Pèir, plus moderne et audacieuse, est moins évidente à prononcer pour la majorité des gens.
Il vous faudra donc faire, si vous la choisissez, l’effort pédagogique pour qu’ils ne prononcent pas "Pèrr"...

Pèir est la version nord-gasconne (en gros, département de la Gironde nord du département des Landes) de "Pèr" (ne pas prononcer le "r") qu’on trouve dans le reste de la Gascogne (voir les multiples "Saint Pé...").

A noter pour finir : le gascon permet une forme féminine différente du masculin, "Pèira", à prononcer entre "Pèïre" et "Pèïro". Profitons-en ?-)

FANTOIR : Parc de Peyre
IGN 1950 : Parc du Peyr
Etat major 19e : Parc de Pey
Hélas, le CN (section E du Télégraphe) indique le parc sans le nommer.
Les parcs (bergeries) portent souvent des noms de personne, donc on peut supposer que Pey(r,e) était l’un d’eux. On pense au prénom Pèir, mais comme le r final n’était pas prononcé, il apparait rarement un r dans les écrits. Ici, le r apparait deux fois, dont une fois suivi d’un e...
On pourrait aussi imaginer "Parc de pierre" (construit en pierre), mais la réduction en "Pey" et le "du Peyr" ne seraient pas normaux.

A l’emplacement du Parc de Peyre, il y a quelque chose qui s’apparente à un parc : les écuries de Peyre.

Le Parc donne aussi son nom à un lac de création récente.

A côté du lac, une résidence se construit. Il en avait déjà été question dans le fil de discussion sur le Center Parcs de Casteljaloux, et elle doit s’appeler "Les Clos de Gascogne".


 

 
Grande Lande / Lanegrand Pays negue Anneau gascon Landes de Gascogne

Labouheyre

Les Ombreyres
Las Ombrèiras / Las Oumbreÿres

en graphie alibertine :

L'Ombrèira
Prononcer "L’Oumbreÿre".

ompra / ombre

Prononcer entre oumpre et oumpro.
Palay donne oumbre, oumpre, et la toponymie gasconne donne autant les dérivés de ce mot avec un p qu’avec un b : Lompré, Loumpré, Loumprérot, Lomprère, Lombré, Lombreyre... des endroits à l’ombre...

pudì à l’oumbre / pudir a l’ombra : avoir l’odeur de l’ombre, du remugle. [Palay]

A noter l’intéressant susoumbrìu,-oumprìu,-iuo adj. – Fruit qui achève de mûrir à l’ombre, (nèfle...). [Palay]

Le mot existe aussi en languedocien avec un b ou avec un p.

FANTOIR : Les Oumbreyres, L’Ombreyre
La lagune de las Oumbreyres est à 3 km de la rue !


 

 
Grande Lande / Lanegrand Pays negue Anneau gascon Landes de Gascogne

Labouheyre

Rue du Pignada

en graphie alibertine :

(lo) Pinhadar
Prononcer "Lou Pignadà".

pinhadar / pignadà, plantation de pins

Attention, mot masculin, comme branar (branà), tojar (touyà), tausiar (taouzià), juncar (juncà, junquà, junkà...), même si on trouve maintenant ici et là des horribles "La Pignada"*.

Guy Suire, chroniqueur des "mots d’ici" dans le journal "Sud-Ouest", a parfaitement raison :

Le "r" final de la graphie occitane ne se prononce pas.
variantes : pinhatar, piadar, piatar, pinadar, pinatar...

*Victor Hugo "eth medish" a écrit "les piñadas voilées par les rougeurs du couchant" [ALPES ET PYRÉNÉES]. Lui aussi pouvait se tromper...

Ce mot "pinhadar/pignada", en plus d’être important pour la Gascogne, dont le pignadà occupe près du tiers de la surface, est très intéressant.
Le Dr Lafitte a fait justement remarquer qu’il dérive de "pinhat" (petit pin) et non directement de "pin".
Il semble aussi que, contrairement aux mots de la liste "branar,tojar,tausiar,juncar...", il n’a pas donné de nom de famille, ce qui suggère une formation tardive du mot, peut-être quand sont apparues, au 19e siècle, des plantations de pin, donc, des espaces plantés de petits pins.

Ce mot appartiendrait donc à la dernière génération du gascon, et, curieusement (et peut-être que les deux faits sont liés), il est aussi un des mots gascons qui sont connus même par des non-gasconophones, qui en changent parfois le genre, hélas.

Anglet - Logo du Domaine du Pignada
Le Domaine du Pignada est un centre de vacances.
Rappel : un pignada (pinhadar en graphie occitane normalisée) est un bois de pins.

Heureusement, "Pignada" reste au masculin ici.
OpenStreetMap écrit d’ailleurs "rue du Pignadà" ; l’accent sur le a peut aider, qui sait ?


 

 
Grande Lande / Lanegrand Pays negue Anneau gascon Landes de Gascogne

Labouheyre

Rue Estrade du Barrail

en graphie alibertine :

(lo) Barralh
Prononcer "(lou) Barrailh".

barralh / pré clôturé, clos

Ou la clôture elle-même ? Prononcer "barrailh".

Lestrada + (l')Estrada
L’Estrada.

estrada / route pavée ?

Prononcer entre "estrade" et "estrado".

Le nom peut interroger : si c’était une voie antique, on pourrait imaginer que estrade signifie tout simplement route, et "rue Estrade" serait un quasi-pléonasme !
Mais cette rue n’est pas ancienne... alors, nom de famille donné à la rue ? Elle dessert cependant le quartier de Barrail ; et le nom Estrade est bien attesté à Labouheyre par Généanet au 19e siècle.


 

 
Grande Lande / Lanegrand Pays negue Anneau gascon Landes de Gascogne

Labouheyre

Rue de la Peloue

en graphie alibertine :

(la) Peloa
Prononcer "(la) Péloue".

peloa / pré, friche

Prononcer "péloue", "pelou"...
"pré en bordure des ruisseaux"
L’évolution d’une commune landaise proche de Bordeaux : Cestas
"friche en Entre-2-Mers (cf ALG)" [Gaby]

Laboueyre - une néo-vasconne rue de la Peloue
En attente de rénovation !
Laboueyre - rue de la Peloue
Il vaudrait mieux écrire "Peloue", même s’il n’est pas sûr que le e final se prononçait localement.

 

 
Grande Lande / Lanegrand Pays negue Anneau gascon Landes de Gascogne

Labouheyre

Rue du Tuc

en graphie alibertine :

Lo Tuc
Prononcer "Lou Tuc".

tuc / colline, hauteur, butte, monticule

Ou dune sur le bord de l’océan.
dérivés :
tuquet, tucòu
Et aussi, semble-t-il d’après la toponymie, une forme féminine tuca (lire entre "tuque" et "tuco").
truc, qui veut dire la même chose, est-il une variante de tuc ?

Qu’es aquiu, suu tuquet.

Cette rue monte bien sur un tuc, ou un tuquet, mais l’examen des cartes anciennes laisse penser qu’elle a été nommée en référence à un lieu "Tuc" qui est 500 m plus loin.

Labouheyre - néo-vasconne
Les néo-vasconnes ou néo-basques sont nombreuses dans le bourg de Labouheyre. Celle-ci est pimpante, ce n’est pas toujours le cas. Dommage : ce style régional du 20e siècle pourrait devenir emblématique, et être revisité dans les constructions d’aujourd’hui.