Lòcs (toponymie, paysage...) de Labrit

Albret landais Landes de Gascogne

Labrit

Marquotte

Le maïs sauve, au moins pour deux saisons, les horizons anciens de la lande !

prepausat per Vincent P. ;

 

 
Albret landais Landes de Gascogne

Labrit

Péchicq

en graphie alibertine :

Peishic ? Peiic ?
Peiic ? Pelhic ? Prononcer "Peyic". La graphie Peiic peut paraitre bizarre, (...)

Elle n’est pas vasconne, mais elle est jolie !

prepausat per Vincent P. ;

 

 
Albret landais Landes de Gascogne

Labrit

Moutoué
Lo Motoèr / Lou Moutouè

en graphie alibertine :

(lo) Motoèr, Motoèir
Prononcer "(lou) Moutoè, Moutoueÿ" (le second étant la forme nord-gasconne).

moton / mouton

Prononcer entre "moutou" et "moutoung".
Dérivé :
motoèr (prononcer "moutouè") : moutonnier


 

 
Albret landais Landes de Gascogne

Labrit

Les Quatre Casses

en graphie alibertine :

(los) Casses

casso, casse, cassi / chêne

cassi est plutôt girondin, une autre forme gasconne est casso (prononcer "cassou" en accentuant la première syllabe), et casse existe aussi.
En langue gauloise : cassanos

"cassi-casso-casse" est-il plutôt le chêne pédonculé , le chêne tauzin étant "tausin" ?*
Dérivés (pour dire "chênaie" :)
cassiar (masc.), cassia o cassièra (fem.), cassiet, cassieda, cassoeda, cassanha (le si courant "cassagne"

*Le basque a deux mots différents : haritz pour "chêne pédonculé", ametz pour "chêne tauzin". Au Pays basque, le premier était particulièrement révéré.

Ostau deus Cassos / Oustaou dous Cassous
Proposition de typographie gasconne.
Tederic M.

 

 
Albret landais Landes de Gascogne

Labrit

Lande de la Chicane

en graphie alibertine :

(la) Chicana
Prononcer "Chicane", "Chicano"...


 

 
Albret landais Landes de Gascogne

Labrit

La Grande Lagüe

en graphie alibertine :

(la) Lagua
Sur le site des noms de J. Tosti : Laguë, Lagüe Nom de famille surtout porté (...)

lagua, laguna / étang, petit lac

Prononcer entre "lagüe" et "lagüo".

En nord-gascon (Médoc, Bordelais...), on conserve le "n" entre les voyelles, et c’est laguna (prononcer "lagune")


 

 
Albret landais Landes de Gascogne

Labrit

La Molle Vieille

en graphie alibertine :

(la) Mòla vielha

vielh / vieux

Prononcer "bieÿ".
vielha (prononcer entre "bieÿe" et"bieÿo") : vieille
vielhòt (prononcer "bieÿòt") : petit vieux

mòla / moulin, meule

Prononcer entre "mole" et "molo".

variante : mola (prononcer entre "moule", "moulo", "moula")

dérivé avec un sens à préciser : molèra (moulère...)

JPEG - 50.7 ko
Luz-Saint-Sauveur - BIO DE RA MOULO / VIA D’ERA MOLA
Jolie plaque de rue, mais coupure surprenante !
D’ailleurs, j’aurais pensé que ça pouvait être "Bia d’era Moula", avec un "a" atonique comme à Villelongue par exemple...
Comment le Pays toy prononce-t-il ses voyelles féminines atoniques ?
Au fait, "mola/moulo" doit vouloir dire "moulin" ou "meule".
Tederic M.

 

 
Albret landais Landes de Gascogne

Labrit

Poursiougues

en graphie alibertine :

Porciugas, Porciuvas
Prononcer "Poursïouwes"...

porciuga, porçuga / hangar-abri pour les bêtes

Palay :
Multidiccionari francés-occitan

« poursiugue, poursugue sf. – Hangar-abri pour les bêtes. N. de l. »


 

 
Albret landais Landes de Gascogne

Labrit

L’Herté

en graphie alibertine :

Leretèr + Lertèr + L'Eretèr
Prononcer "Lérétè". l’ertèr = l’eretèr avec absorption d’un e intermédiaire

eretèr, eretèir / héritier

Prononcer respectivement "érétè", "éréteÿ" ; le second est nord-gascon.

Variantes suivant les zones linguistiques : ertèr, artèr, eiretèr, artèir, ertèir*... (FEW)

* ’’Bayonne erté Lagr, land. artè, ertè Mill Atl 236, Teste ertéy’’.


 

 
Albret landais Landes de Gascogne

Labrit

Couyalas
Cojalars

en graphie alibertine :

(lo) Cojalar
Prononcer "(lou) Couyalà"...

cujalar, cojalar, cojolar / bergerie

Prononcer "kuyalà".
Parc à bétail, pré où on fait coucher les troupeaux à la belle saison.
Nombreuses variantes : cojolar (prononcé couyoulà, coujoulà, connu en Occitanie hors Gascogne), coeilar (coueÿlà), coilar (couÿlà)...
A dû donner "kayolar" en basque. .

JPEG - 142.8 ko
Hastingues - Lo cujalar de Jausep
Tederic M.

Racine latine cubile selon le FEW.
Mais cette racine latine a dû donner d’abord des mots plus courts : còi, coi (coy, couy) qui avec un premier suffixe -al donnent cojau (Couyau...), et avec le deuxième suffixe -ar cojalar...
Elle est donc bien présente dans la toponymie gasconne, avec toute la variété permise par les prononciations de base et les suffixations.