Lòcs (toponymie, paysage...) de Soussans

Médoc

Soussans

Gahereyre

en graphie alibertine :

La Gaherèira, Gaherèra
Prononcer respectivement "Gahereÿre", "Gaherère"... Léproserie.

gahet, gahèth / cagot

Parçan des lòcs "Gahet(s)" d’après le FANTOIR.
capòt = cagot
gahar = saisir


 

 
Médoc

Soussans

Solle Baradade
Sòla varadada

en graphie alibertine :

Sòla varadada
Prononcer "Sòle baradade".

varat, varada / fossé

Prononcer respectivement "barat", "barade"...

varadar, avaradar (baradà, abaradà) : entourer de fossés

A propos des varats landais, Gilles Granereau, de l’ONF, nous explique :
"en gros, pour limiter les problèmes d’humidité, mais aussi pour délimiter les propriétés, on creusait des fossés (barat, barradeau...) ;
les déblais étaient mis sur la bordure et constituaient la dougue (ou douve, ou tempe - mot que je ne connaissais pas), plus ou moins large.
C’est sur cette dougue que l’on pouvait établir une haie (les aubépines, par exemple étaient largement utilisées, car, outre leur rôle défensif (contre les bestiaux), elles étaient employées comme porte-greffes pour les fruitiers).
Cette haie protégeait par ailleurs les fruitiers (ou parfois la vigne) qui étaient placés parallèlement.
A l’intérieur de cette zone close et assainie par les fossés, et protégées par les fruitiers et haies, on pouvait établir des cultures céréalières en général."

Un contributeur géomètre nous dit :
"Les fameux baradeaux simples ou doubles entouraient bien les prés ou terres pour, d’une part, assainir, et, ensuite, couper les racines de la forêt qui auraient tendance à aller dans le sous sol des terres.
De ce fait les baradeaux dans leur ensemble appartenaient au propriétaire terrien et non au sylviculteur.
J’explique cela dans mes bornages, mais j’aurais aimé trouver des textes ou schémas pour leur mettre sous les yeux."

Remarque [2021] :
La provenance gasconne du mot utilisé en français "baradeau" n’est pas claire. Ce dernier est d’ailleurs associé par des sites d’étymologie au verbe barrer.
Le nom de famille Baradeau est poitevin.
On ne trouve guère de Baradeau en onomastique gasconne, ni de baradèu ou baradèou dans les textes...

dérivés :
varadèr : creuseur de "varats"
minjar com un varadèr : manger... beaucoup
varada (prononcer entre "barade" et "barado") : féminin de "varat" ; correspond au mot français "vallée", mais le sens gascon était-il "vallée" ou "fossé", ou entre les deux ?

JPEG - 8.2 ko
Luz Saint Sauveur - Rue dets Barats
Bizarre ces noms de rues moitié français ("rue") moitié gascons qu’on trouve à Luz.
Mais surtout ne touchez à rien si c’est pour uniformiser en français !
En gascon, on peut, sur le modèle de la rue voisine "Bio d’era Moulo" (tout en gascon, elle), imaginer "Bio dets Barats" (Via deths Varats).
La graphie alibertine passerait peut-être auprès des autochtones, mais les estrangèrs prononceraient les "V" "V"...
Je trouve aussi que le dessin de la plaque et des lettres rend bien.
Tederic M.

sòu / sol

Prononcer "soou", "sòw".
Correspondrait (je ne me souviens plus très bien...) parfois à une surface où on battait les céréales, parfois à une pièce de l’habitation landaise qui pouvait aussi servir à cela (un peu comme l’eskaratz basque).
[Tederic]
"sol" : Bout de pré où l’on raclait l’herbe au foussou pour "dépiquer" haricots et fèves puis dresser la "gerbière" "garbèra" (prononcer "garbèro").
Par contre "sol" prononcé "soul" = seul, au féminin "sola" prononcé "soulo".
[R. Granié - Saint-Sardos, Lomagne]
Saint-Sardos parlait un gascon très influencé de languedocien. En gascon plus central, ce serait plutôt sòu.
[Tederic]

Attention, "sòu" a un homonyme, le sou français de "j’ai pas de sous" !

forme féminine : sòla (sens multiples dont semelle, étendue de terre labourable...)

Un nom qui sonne !
Le Cadastre napoléonien (Section B feuille 3 : Marsac) donne à la fois "Grande Solle Baradade" et "Petite Solle Baradade", de chaque côté du port de Soussans appelé "Port de Baradade" par Cassini.

  • "Baradade" (Varadada) doit être le participe passé féminin du verbe baradà (varadar) ; donc ce sont des solles (?) entourées d’un fossé.

Pour sole, Palay nous donne entre autres le sens de "étendue de terre labourable".


 

 
Médoc

Soussans

Le Cadéos

Les toponymes du Médoc connaissent des déformations parfois surprenantes : ce toponyme en fait-il partie ?

Sur place, les panneaux indiquaient, il me semble, "Le Cadéou", qui pourrait être la gasconnisation du français "cadeau", ou bien un mot concurrent pour "cadet", avec l’interchangeabilité des suffixes -èth et -èu. Ce pourrait être aussi un témoignage de migration gavache, le patronyme Cadeau existe dans la France de l’Ouest, notamment en Anjou.

Reste que les cartes indiquent "Le Cadéos", qui nous aiguillerait vers la piste d’un toponyme aquitain en -os, ce qui est possible en Médoc. Je ne m’avancerai pas plus, en sachant l’incertitude sur le toponyme.

prepausat per Vincent P. ;

 

 
Médoc

Soussans

Chai moderne au hameau de Tayac
Chai modèrne au hamèu de Taiac / Tchyaÿ moudèrne aw hamèw de Tayac


Pour que la Gascogne soit à l’avant-garde architecturale ! Il suffit de se convaincre de l’effet bénéfique qu’ont eu les chais modernes du vignoble de la Rioja sur la visibilité de cette région. Loin de la frilosité française, hystérique à la seule idée d’une tour à Paris.

prepausat per Vincent P. ;

 

 
Médoc

Soussans

Vire Fougasse
Vira Fogaça, Virahogassa

en graphie alibertine :

Vira Fogaça

virar / tourner

Prononcer "bira".
dérivés :
arrevirar : traduire, convertir ?
arrevira-Marion, arrevira-moquira (prononcer "arrébire-mouquire") : taloche, gifle
virada (prononcer entre "birado" et "birade") et viraplec : virage, tournant
virolet (prononcer "biroulét") : néologisme proposé pour "rond point"
viradís : « Propre à être retourné- : terre biradisse. Mal équilibré. cargamén biradìs. » [Palay]

(la) Heugassa

heuga, heuguèra / fougère

heuga (prononcer "hewgue") ne semble pas connu des dictionnaires, pourtant le courant heugar ne peut guère venir d’une autre forme.
Et certains toponymes (Hougasse, Héougassou...) non plus.
heuguèra (qui ne peut être qu’un dérivé de heuga) a peut-être supplanté le mot parent heuga dans l’usage populaire.

dérivé : heugar (fougeraie, "hougà" écrit à la française)

heugassa (prononcer "hougasse"...) : heuga + suffixe as à valeur péjorative, la fougère pouvant être un inconvénient...

heuç (prononcer entre "héous" et "héws") et basta (prononcer "baste") existent aussi.


Panisseria ?
[Vincent.P]

Pensi a la familha "heug-" (fougère...).
[Tederic]


 

 
Médoc

Soussans

rue de la Carreyre
carrèira de la Carrèira ? / la Carreÿre (de ... ?)

en graphie alibertine :

(la) Carrèira

carrèira, carrèra / rue, route

Souvent écrit "carreyre".
variante : carrèra

carreròt, carreiròt : ruelle



Pléonasme qui fait mal à ceux qui savent le gascon

A Soussans près de Margaux dans le Médoc, ce nom de rue :
"Rue de la Carreyre", rue de la Rue ou "Carrèira de la Carrèira... ?
A-t-on oublié la signification de "carreyre" nom commun devenu nom de lieu, ou a-t-on voulu faire un clin d’oeil pour perpétrer le gascon médoquin ? Ou tout autre chose ?
[Ania]

Malurosament, qu’ei ua fauta debuda au desbromb (?).
Un pléonasme dû à l’ignorance du gascon. Coma "route de la Caminasse"... Et il doit y avoir plus d’un "chemin du
Carreyrot"...

Il faudrait dans des cas comme ça une campagne d’explication. Gasconha.com
essaye de relever ces cas, en espérant une prise de conscience locale...

Dans le cas présent, que proposer ?
Pas "Carrèira de la Carrèira", puisque c’est absurde.
Quant à "la Carrèira" tout court, ça pourrait aller si c’était la seule "carrèira" de Soussans.
Sinon, il faudrait lui donner un nom, à cette carrèira : "carrèira de ..."
[Tederic]

Mise à jour 2019 :
Le FANTOIR donne aussi le lieu-dit "Carreyre".


 

 
Médoc

Soussans

rue de Meyre

en graphie alibertine :

Mèire
Presque exclusivement girondin. Vient de "madèira", ou chafre correspondant (...)


 

 
Médoc

Soussans

Les Camps

en graphie alibertine :

(Les/Los) Camps
Prononcer "(Lés/Lous) Cams". Camps peut aussi être languedocien ou (...)

camp / champ

Souvent prononcé "cam", sans faire entendre le p final.
campanha : campagne


 

 
Médoc

Soussans

Le Haut Boscq

en graphie alibertine :

(lo/eth) Bòsc
Prononcer "Lou Bòs", "Eth Bòs"...

bòsc / bois

Dans le sens de "petite forêt".
Dérivés :
bosquet (prononcer "bousquétt") : bosquet (ce mot français doit être un emprunt à l’occitan)
boscar (prononcer "bouscà") : taillis
boscat (prononcer "bouscatt") : boisé
boscassèr, buscassèir (prononcer "buscassèÿ") : bûcheron
busquèir (prononcer "busquèÿ") : bûcher


 

 
Médoc

Soussans

Barrail de Gorce

en graphie alibertine :

(lo) Barralh
Prononcer "(lou) Barrailh".

barralh / pré clôturé, clos

Ou la clôture elle-même ? Prononcer "barrailh".

Lagòrsa + (la) Gòrsa
Selon J.Tosti, sur son site des noms, "Fréquent en Périgord et en Limousin, (...)