Lòcs (toponymie, paysage...) de Carignan-de-Bordeaux

Créonnais

Carignan-de-Bordeaux

métairie de Lande

FANTOIR et CN (Section C feuille 1 : Le Bourg) : métairie de Lande
Cassini : la Lande
Une bastisse ancienne... dont on aurait aimé avoir un nom plus gascon !

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Créonnais

Carignan-de-Bordeaux

Allée de Nougueylon

en graphie alibertine :

(lo) Noguèir
Prononcer "(lou) Nougueÿ".

nòga / noix

Prononcer entre "nogue" et "nogo".
variante : notz (prononcer "nouts")

dérivés :
en nord-gascon, noguèir (prononcer "nouguèÿ") ou notzèir (prononcer "noutsèÿ")
hors nord-gascon, noguèr (prononcer "nouguè") ou notzèr (prononcer "noutsè") ou nosèr (prononcer "nouzè") : noyer
nogueirèda (nord-gascon ; prononcer "nouguèÿrède") ou notzarèda (nord-gascon ; prononcer "noutsarède"), nogarèda (nord-gascon ; prononcer "nougarède") : endret plantat de noguèirs o de notzèirs

La banalité pavillonnaire de la rive droite bordelaise : c’est Bordeaux qui s’étale, depuis des décennies, par diverses strates, sans pour autant que ces communes n’appartiennent à Bordeaux-Métropole.

Au hasard des lotissements, il arrive que la toponymie gasconne soit ressuscitée : le toponyme "Nougueylon" n’apparaît sur aucun carte, et pourtant, il a servi à former le nom de cette artère sans vrai style, dont le charme réside dans la seule absence de prétention, et la discrétion.

Un "noyer long" ou bien une déformation de Nougueyron ? Difficile à dire. Du coup, pas de forme normalisée dans l’attente de trancher la question.

prepausat per Vincent P. ;

 

 
Créonnais

Carignan-de-Bordeaux

Un grand lotissement des années 70

J’avais envie de l’appeler le "lotissement du Pitchou" parce qu’il englobe la rue du Pitchou ; mais il est très vaste, et va bien au delà de cette rue !

Plus de 50 ans après, il est intéressant de voir l’évolution des maisons, toutes semblables au départ : des couleurs nouvelles, des modifications d’ouvertures, des ajouts de cousteys/appentis...

Mais la structure de base qui fait l’originalité de ces maisons, une avancée qui crée un double fronton, a rarement été modifiée.
On sent une allusion discrète au modèle basco-landais tardif, d’abord avec cette façade sous fronton (mais qui n’était pas double dans le modèle vernaculaire original), mais aussi par les étais (décoratifs ?) obliques (qu’on voit surtout sur la photo de la maison ocre) ; eux non plus n’ont pas été touchés par les innovations des propriétaires.
Il aurait suffi d’arborer les trois petits triangles de ventilation du grenier (le fenil en Labourd) pour appuyer l’allusion néo-basque. Mais ce n’était sans doute pas la volonté de l’architecte.

De plus, je n’ai pas remarqué de volonté individuelle d’accentuer ce caractère régional discret dès le départ : pas de rouge et blanc "basque" (qui n’avait pas de faux pan de bois pour s’accrocher !), pas d’aménagement d’emban ou de structure boisée...
D’après les renseignements que m’a aimablement fournis un habitant de longue date, le lotissement aurait accueilli beaucoup de rapatriés d’Algérie, dont certains travaillaient dans l’établissement aéronautique militaire bordelais AIA.

Les noms donnés à certaines maisons ne sont guère régionaux non plus, sauf un (devinez !) :
Kilorédi, Lagadoue, Outacha, Aire ona, Cathy, Emiloka, La coquille (avec un joli escargot en fer forgé en façade !), Christian, Skikda*, Les Myrtilles, Isabelle, Sainte Rita...

* Skikda est le nom autochtone de la ville algérienne appelée Philippeville pendant l’époque coloniale.

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Créonnais

Carignan-de-Bordeaux

Entre Cadène et Lalouga
Enter Cadena e L'Alogar (Lo Logat ?) / Ente Cadéne é L'Alougà (Lou Lougat ?)

en graphie alibertine :

Cadena

cadea, cadena / chaîne

Prononcer entre "cadée" et "cadéo", "cadéne" et "cadéno"...

L'Alogar ? Lo Logat ?
Prononcer "L’Alougà" ou "Lou Lougat" suivant le cas.

alocar, alogar / mettre en lieu, placer, disposer, arranger

Prononcer "aloucà", "alougà"...
Multidiccionari francés-occitan

A défaut de photographier Lalouga, j’ai pris un chibàu, plutôt vers Cadène.
Mais vous pouvez regarder là : c’est un gîte.

Le nom :
Sur place, on voit "Lalouga".
L’IGN écrit "La Louga".
Quand on voit un nom gascon avec l’article féminin et une terminaison en a, on peut flairer la mauvaise coupure d’un nom masculin commençant par a et terminant par ar (r non prononcé).
Ici, ce serait "L’Alouga(r)". Mais une terminaison en ar est rare pour une appellation qui ne dérive pas d’un caractère botanique.
De plus, il semble que Cassini écrive "Le Lougat", ce qui ouvre la voie à une autre explication (une pièce de terre louée ?) ; la chute d’un t final est rare cependant en gascon, parce qu’il était prononcé.

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Créonnais

Carignan-de-Bordeaux

Peyvideau

en graphie alibertine :

Pèir, Pèr Vidau
Prononcer "Peÿ, Pè Bidàw".

Pèir, Pèr Pèira / Peÿ / Pierre

Pèir Berland defenot la libertat de Bordèu !

Dérivés :

Dérivés ou variantes [Alis-Aiguillon] : Peyre Peyroton Peychot

Futurs parents amoureux de Bordeaux et de sa région, vous souhaitez que votre fils s’attache lui aussi à ce pays et défende ses couleurs...
Appelez-le Pey ou Pèir* !
C’est "Pierre" en gascon de la région de Bordeaux.
C’est le prénom de Pey Berland, homme d’Etat, homme du peuple, homme de coeur et homme de religion, qui a défendu la liberté de Bordeaux contre le roi de France.

*"Pèir" est la graphie occitane normalisée de "Pey".
Il s’agit d’un seul et unique prénom qui se prononce " Pèÿ ".

La forme "Pey" est plus connue, et attestée officiellement. Vous n’aurez aucune difficulté à la faire enregistrer par l’Etat Civil : sinon, il devrait suffire d’invoquer Pey Berland et les multiples "Saint Pey" de la région...

La forme graphique Pèir, plus moderne et audacieuse, est moins évidente à prononcer pour la majorité des gens.
Il vous faudra donc faire, si vous la choisissez, l’effort pédagogique pour qu’ils ne prononcent pas "Pèrr"...

Pèir est la version nord-gasconne (en gros, département de la Gironde nord du département des Landes) de "Pèr" (ne pas prononcer le "r") qu’on trouve dans le reste de la Gascogne (voir les multiples "Saint Pé...").

A noter pour finir : le gascon permet une forme féminine différente du masculin, "Pèira", à prononcer entre "Pèïre" et "Pèïro". Profitons-en ?-)

Vidau prenom mascle

Du latin Vitalis.
Prononcer "Bidaou" en diphtonguant le "aou", bien sûr !
Forme languedocienne : Vidal

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Créonnais

Carignan-de-Bordeaux

Une crèche qui grandit comme une borde vasconne

JPEG - 316.9 ko

Au départ (à l’autre extrémité), c’était une maison de vers le milieu du 20e siècle, vaguement néo-régionale.

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Créonnais

Carignan-de-Bordeaux

Grand Arnaud
Grand Arnaut / Grand Arnawt

en graphie alibertine :

Arnaut

Arnaut Arnauda / Arnaude / Arnaud

Comme le dit J.Tosti, sur son site des noms, "nom de personne d’origine germanique (arn = aigle + wald < waldan = gouverner)".


Je suppose que la forme locale bordelaise pour grand est "grand", et non pas "gran", comme en gascon méridional. La liaison devait donc se faire ainsi : [grantar’nawt]. Gaby pourra confirmer.

Pour le reste, l’une de ces nombreuses demeures girondines en état de décrépitude, souvent abandonnées, et dont les terrains adjacents sont lotis intensément. A 2 mètres de Grand Arnaud, un nouveau lotissement.

Une connaissance agent immobilier m’a affirmé que le secteur de la rive droite jusqu’à Créon était en plein boom : un bien à vendre tient 24h. C’est le nouvel eldorado pour les promoteurs.

D’un point de vue architectural, la construction me semble typique du XIXème siècle voire du début du XXème siècle, avec une influence "chalet" notable, sur le bâtiment orangé, qui rappelle peut-être des formes autochtones plus anciennes dont le bâtiment plus à gauche, dans des tons gris, est une incarnation modernisée.

prepausat per Vincent P. ;

 

 
Créonnais

Carignan-de-Bordeaux

La Font

en graphie alibertine :

Lahont + La Hont + Era Hont

hont / fontaine, source

hontan ou hondan seraient d’autres formes, féminines aussi, de ce mot.

MP3 - 63.8 ko
Cau pas diser de nada hont "n’aurei pas besonh de çò de ton" !
Il ne faut dire de nulle fontaine "je n’aurai pas besoin de ce qui est tien" !

 

 
Créonnais

Carignan-de-Bordeaux

Bouchon de Robert

en graphie alibertine :

(lo) Boishon
Prononcer "(lou) Bouchou(ng)".

boishon / buisson

Prononcer "bouchou" ou "bouchoung".
Peut apparaître dans les noms de lieux sous la forme "bouchon". Aucun rapport avec le bouchon d’une bouteille !

Robert
Prononcer "Roubèrr".

Arrobert, Robert prenom mascle / Arroubert / Robert

Prononcer "(Ar)roubèrr".
Phénomène gascon : le "r" initial a reçu un "a" d’appui ("prosthétique").


 

 
Créonnais

Carignan-de-Bordeaux

Leysson

Cad. napo. (Section C feuille 1 : Le Bourg) : Leyson ;
FANTOIR : Leysson
Même débat que pour Leysotte/Leyssotte ? c’est peut-être la même racine (mystérieuse) eis, et dans ce cas, c’est plutôt eissòt, eisson ; on attendrait même eishòt, eishon en gascon...