Lòcs (toponymie, paysage...) de Cadillac

Benauge Entre-deux-Mers

Cadillac

Le Carruet

en graphie alibertine :

Lo Carruet
Variante de carroet.

Le gascon n’est pas très présent à Cadillac, de nos jours, mais il reste ça et là des noms de rues.

prepausat per Vincent P. ;

 

 
Benauge Entre-deux-Mers

Cadillac

Le Pin Franc


Le toponyme, français, est présent assez abondamment en Gascogne et pays alentours, il ne faut sans doute pas y voir autre chose qu’un toponyme récent pour indiquer un lieu où se situait un pin parasol remarquable, sans doute dans le contexte d’une demeure un peu bourgeoise.

Reste que la maison du Pin Franc de Cadillac est intéressante, outre qu’elle domine la vallée de la Garonne, qui est très belle en cet endroit : la maison est très nettement marquée par le style régional néo-vascon !

prepausat per Vincent P. ;

 

 
Benauge Entre-deux-Mers

Cadillac

Maison des Voies navigables de France


Avec l’échelle des crues de Garonne.
On remarquera le style "chalet", très en vogue dans les années 1900.
Meilleure définition (cliquer et "afficher l’image") :

JPEG - 190.8 ko
Cadillac - Maison des Voies navigables de France
prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Benauge Entre-deux-Mers

Cadillac

Saillan

en graphie alibertine :

Salhan
Claude Larronde [Noms de famille gascons], nous dit : "Chose qui fait (...)

salhir / sortir

Prononcer "sayi".


 

 
Benauge Entre-deux-Mers

Cadillac

rue du Cros

en graphie alibertine :

(lo) Cròs
Prononcer "(lou) Cròs".

cròs, cròsa / creux

Certains y voient un mot gaulois.
Et le breton a "kleuz".

variantes et dérivés : cròsa (mot féminin, prononcer entre "crose" et "croso" ; écrit parfois en français "croze" ; on appelle ainsi les grottes ou cavernes, à certains endroits), ce qui rapproche de cròt, cròta, qui pourtant semblent avoir une racine différente ("crypta")...

Selon Palay, un "cròs", c’est aussi "dans les maisons, une cachette pour les objets et les papiers précieux". Là encore, on est près du sens de "crot/crypta".


 

 
Benauge Entre-deux-Mers

Cadillac

La Rouille

en graphie alibertine :

L'Arrolha
Prononcer "L’Arrouilhe".

arrolha, arrulha, arrelha / rouille, ruisseau

Le mot "rouille" est une mauvaise francisation, semble-t-il. Peut-être que la couleur rouille de certains ruisseaux landais a facilité l’erreur ?
Le "a" de début de "arrolha" a aussi été confondu avec le "a" de "la" rouille...
"arrolha" viendrait du bas-latin "arrogium" (Nicolaï) ou du latin "arrugia" (Fenié).
On peut penser que le mot castillan arroyo est de la même origine.
Et probablement aussi le basque arroila.

Il semble que le masculin "arrolh" (prononcer "arrouil") existe aussi, avec le même sens de rigole, ruisseau, fossé.

LA PALABRA DEL DÍA (www.elcastellano.org) donne la préférence à une origine prélatine :
"arroyo
Es uno de los pocos vocablos hispánicos prerromanos, que sobrevivieron a la latinización de la Península Ibérica.
En su origen, se refería a un ’canal artificial para el paso del agua’ y más tarde las ’largas galerías de las minas’, generalmente túneles muy estrechos por los que apenas podían pasar los mineros y con esa denotación fue acogido por los romanos y empleado por Plinio.

La palabra castellana se extendió al portugués arroio y se mantuvo en el vasco arroil (foso, desfiladero entre montes).
En varios dialectos italianos aparecen formas como ruga, roggia, con el sentido de ’acequia’ o ’canal’.

Sin embargo, Covarrubias supone en su diccionario (1611) que la palabra está formada por el artículo árabe al antepuesto a la voz latina rivus, o a su diminutivo rivulus o, tal vez, el griego ryo (yo fluyo). Esta hipótesis se descarta actualmente."

Le bas-latin a pu adopter et diffuser ce mot pré-latin, hispanique. Pour le mot espagnol arroyo, l’explication donnée plus haut suggère son entrée directe dans le lexique, à partir du mot pré-latin.
Pour ce qui concerne l’espace aquitain, nous n’avons aucun élément pour affirmer que cette racine existait avant la latinisation, et donc le gascon l’aurait reçu par ricochet.

Palay :
Multidiccionari francés-occitan

« arroulhe sf. Rigole ; ornière ; fossé ; canal ; l’outil appelé arroulh. Syn. arrélhe. »
Remarque : la forme arrélhe a un homonyme, soc (pièce de charrue) qui, justement, sert à creuser un sillon !

Lespy :
« ARROULHE, Arrolhe, Arrulhe rigole, ornière profonde, fossé, canal »
Les exemples donnés par Lespy utilisent beaucoup la forme arrulhe.
Lespy signale aussi une extension du sens à un terrain limité par des arrulhes, par exemple "un verger conquis sur le marais".

PNG - 864.9 ko
arrolha, arrulha, arrelha à partir de arrugula

 

 
Benauge Entre-deux-Mers

Cadillac

Lamothe

en graphie alibertine :

Lamòta + (la) Mòta
Prononcer entre "Lamòte" et "Lamòto".

mòta / mothe

Prononcer entre "mote" et "moto".

Mot désignant au Moyen Age un tertre, parfois artificiel, sur lequel on bâtissait une forteresse.
Ce mot, présent aussi hors Gascogne, semble avoir disparu en gascon depuis longtemps, peut-être depuis qu’on ne construit plus de forteresse dessus ?
Michel Grosclaude donne à ce mot une origine pré-indoeuropéenne "archaïque". Le gascon n’a donc fait que l’adopter.


 

 
Benauge Entre-deux-Mers

Cadillac

La Gravette

en graphie alibertine :

(la) Graveta
Prononcer "La Grawéto, La Grawéte..."

grava / grève, gravier

Au sens minéral, bien sûr...

Prononcer entre "grabe", "grabo", "grawe", "grawo"...
dérivés :
gravèira (prononcer "graweÿre"), ou gravèra : gravière.
graveiron (prononcer "graweÿroung") : banc de gravier.
gravèr (prononcer "grabè", "grawè") : gravier.
gravissa (prononcer "grawisse, grawisso") : petit gravier.

Le pays des Graves, au Sud de Bordeaux, tire de là son nom. C’est une zone où la Garonne déposa jadis de nombreux cailloux.


 

 
Benauge Entre-deux-Mers

Cadillac

Les Baries


 

 
Benauge Entre-deux-Mers

Cadillac

Lassalle

en graphie alibertine :

Lassala + (la) Sala
Prononcer entre "Lassale" et "Lassalo". "Ce nom vient du germanique salla (...)

sala / maison seigneuriale

Ancien mot gascon, d’origine germanique.