Lòcs (toponymie, paysage...) de Quinsac

Créonnais Entre-deux-Mers

Quinsac

Piveteau

CN (Section C feuille 2 : La Palu) : Pivouteau

Piveteau


 

 
Créonnais Entre-deux-Mers

Quinsac

Le Pastissey

en graphie alibertine :

Pastissèir
Prononcer "Pastisseÿ"

pastís / gâteau, pâté, mélange

"pastis" fait maintenant penser au bien connu "pastis landais", qui, d’après nos constatations, n’est cantonné ni aux landes de Gascogne, ni au Département des Landes, et qu’on devrait plutôt appeler "pastis bourit". pastis bourit = ?

Mais c’est en fait le mot générique pour gâteau, qui peut désigner selon les lieux des espèces très diverses.
"pastís" peut aussi vouloir dire "pâté". Le mot doit désigner en général un mélange pâteux.

dérivés :
pastisseria (prononcer entre "pastissérie" et "pastissério") : pâtisserie
pastissèr (prononcer "pastissè") ou pastissèir (prononcer "pastissèÿ") : pâtissier (ou plus prudemment, celui qui faisait des "pastís", quel que soit le sens exact de ce mot).

En parler bordelais (et autres), "pastis" peut aussi avoir le sens de "désordre" :
"C’est un vrai pastis !
"C’est un pastisseÿ !" (quelqu’un de peu méthodique)

FANTOIR : Pastissey (le plus gascon !)
IGN : le Patissey
CN (Section A feuille unique : Galleteau) : le Patissier, Pastissier


 

 
Créonnais Entre-deux-Mers

Quinsac

Lartigue, l’Artigue

en graphie alibertine :

Lartiga + (l')Artiga

artiga / friche

Beaucoup de noms de lieu et de personne sont composés avec "artiga" francisé en "artigue" (ex : Artiguevieille).
Les lieux ainsi nommés ont parfois été défrichés au Moyen-Age pour faire face à une augmentation de population.
Le verbe "artigar" veut dire "défricher" en castillan, de même que "eishartigar" en gascon.

Ce mot appartient à une couche lingüistique très ancienne, peut-être ligure.
Le toponyme "artigue" et les défrichements médiévaux


 

 
Créonnais Entre-deux-Mers

Quinsac

Le Cournau

en graphie alibertine :

(lo) Cornau
Prononcer "(lou) Cornàw".

cornau / hameau

Prononcer "cournaw".
Village de défrichement, jadis.


 

 
Créonnais Entre-deux-Mers

Quinsac

La Grasaqueyre


 

 
Créonnais Entre-deux-Mers

Quinsac

Château Bernet
Castèth Vernet

en graphie alibertine :

(lo) Vernet
Prononcer "(lou) Bernét" en faisant entendre le t final.

vèrn / vergne, aulne

Prononcer "bèrn".
Viendrait du gaulois "vernos".
dérivés :
Vernet, verneda, vernhet, vernheda
= aulnaie
Le masculin "vernet" désigne un bois plus petit que le féminin :
vernhet < vernheda
(explication de L. Vernhet)
Le "vèrn" était autrefois planté en bord de rivière pour bien le tenir par ses racines.
Et de son bois, on faisait des "esclòps " (d’où l’expression "arbre aux sabots").
"bois léger et imputrescible, il servit à confectionner jougs de boeuf et esclops. Avec l’écorce, on peut faire de la teinture brun-oranger et avec le bois un chauffage qui laisse très peu de cendres". [Guy Suire]

"Bois rouge, arbre de 25 à 30 m. Bois recherché en menuiserie, ébénisterie. Ecorce utilisée en décoctions contre l’angine et pharyngites."
[Gilles Granereau]

Appellation 1ères Côtes de Bordeaux.


 

 
Créonnais Entre-deux-Mers

Quinsac

Château Castagnon
Castèth Castanhon

en graphie alibertine :

Castanhon
Prononcer "Castagnoun". "on" (qui se prononce entre "ou" et "oung" selon (...)

castanha / châtaigne

Se prononce castagne ou castagno.
dérivés :
castanhèir ou castanhèr (ne pas prononcer le "r" final), et aussi, semble-t-il, castanh tout court : châtaigner
"arbre pouvant atteindre 30 m et plusieurs milliers d’années" [Gilles Granereau]
castanhèra, castanheda, castanhar, castanhareda, castanhet, castanet : châtaigneraie
Une expression tirée de V. Lespy (proverbes du pays de Béarn - éditions Lacour) :
Qu’a castanhat !
Veut dire "il a récolté les châtaignes". Comme la récolte des châtaignes est la dernière de toutes, l’expression veut dire (en moins guerrier) "il a tiré ses dernières cartouches".

JPEG - 32.7 ko
Castagnade à Pey
Dab "Lous youents dou bespe" (Los joens deu vespe) = "Les jeunes du soir"
jmcasa

Appellation 1ères Côtes de Bordeaux.


 

 
Créonnais Entre-deux-Mers

Quinsac

graves

en graphie alibertine :

Las Gravas
Prononcer "las Grawes", "las Grawos"...

grava / grève, gravier

Au sens minéral, bien sûr...

Prononcer entre "grabe", "grabo", "grawe", "grawo"...
dérivés :
gravèira (prononcer "graweÿre"), ou gravèra : gravière.
graveiron (prononcer "graweÿroung") : banc de gravier.
gravèr (prononcer "grabè", "grawè") : gravier.
gravissa (prononcer "grawisse, grawisso") : petit gravier.

Le pays des Graves, au Sud de Bordeaux, tire de là son nom. C’est une zone où la Garonne déposa jadis de nombreux cailloux.


 

 
Créonnais Entre-deux-Mers

Quinsac

les hugons

en graphie alibertine :

Ugon
Prononcer "Ugou(ng)". Nom plutôt languedocien mais anciennement présent en (...)

Uc, Huc prenom mascle / Hugues

Il n’y a pas à aspirer le h quand il est écrit : ce n’est le h gascon.
Ce prénom semble avoir existé au Moyen Age dans le domaine occitan.
Gasconha.com le propose comme prénom gascon, parce qu’il a pu pénétrer (faiblement) en Gascogne.
Etymologiquement rien à voir avec huc qui veut dire feu en gascon atlantique.


 

 
Créonnais Entre-deux-Mers

Quinsac

mauran

en graphie alibertine :

Mauran
À prononcer : Maw’rang.