Lòcs (toponymie, paysage...) de Saint-Élix

Astarac

Saint-Élix

Le Causso
Lo Caussòu ? / Lou Caoussòw ?

IGN : Le Causso
Cadastre napoléonien et Cassini : Caousso
Probablement une variante de Cossòu.

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Astarac

Saint-Élix

Rouméguère

en graphie alibertine :

(l')Arromeguèra
L'Arromegueta Lieu planté de ronces

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Astarac

Saint-Élix

Le Cauhépé

en graphie alibertine :

Cauhapè
"Chauffepied". "Plaque métallique chauffante que l’on plaçait devant la (...)

caut, caud / chaud

féminin : cauda (prononcer "cawde")
dérivés :
caudèir (prononcer "caoudèÿ") : chaudron, grosse chaleur (on pourrait dire aussi calorassa)
caudèira (prononcer "caoudèÿre") : chaudière
cauhar (prononcer "caouhà") : chauffer

/ pied

En plus de la signification "pied = partie du corps humain", apparait souvent dans les noms de lieu pour désigner le bas (ou même le commencement ?) d’un élément du paysage.

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Astarac

Saint-Élix

Anjouanicot
En Joanicòt

en graphie alibertine :

Joanicòt
Joan + suffixe -ic + suffixe -òt

Joan Joana / Jouan / Jouane / Jean / Jeanne

Attesté en 1415 dans les registres de la Jurada de Bordèu sous la forme "Johan" : Johan Argui, Johan Arostanh.

Cassini : Enjouanicot

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Astarac

Saint-Élix

LE DELAS

FANTOIR : AU DELAS

DELAS apparait ici et là. Mystérieux.


 

 
Astarac

Saint-Élix

Le BUCHON

en graphie alibertine :

(lo) Buishon
Prononcer "(lou) Buchou(ng)".


 

 
Astarac

Saint-Élix

DON BAYLE

en graphie alibertine :

(lo) Baile
Prononcer "Baÿlé" en mettant l’accent tonique sur "Baÿ".

baile / bailli

Prononcer "baïlé" ou "baylé" en mettant l’accent tonique sur la 1ère syllabe.
Selon J. Tosti, le bailli était "représentant du seigneur dans la commune".
Cette fonction devait être assez commune, vu le nombre de noms de famille ou de lieu composés avec ce mot.

« Le bayle/ baile représente le fondateur. S’il s’agit d’un paréage, il peut y avoir plusieurs bailes. »
Des sauvetés aux bastides gasconnes

dérivé : bailiu
Multidiccionari francés-occitan

« Bayliu bailliage : La fidance deu esser deu bayliu on lo qui-s deffen es poblat. [Lespy] »


 

 
Astarac

Saint-Élix

LA PRADIOLE

en graphie alibertine :

(la) Pradiòla
Prononcer "(la) Pradiòlo", "(la) Pradiòle"...

prat / pré

dérivés :
prada, pradèra : prairie
pradèu : airial
pradina (prononcer "pradine"...) est présent en toponymie nord-gasconne, et devait avoir un sens précis qui nous échappe.

Cadastre napoléonien (section C1) : Quartier de las Pradioles


 

 
Astarac

Saint-Élix

LAS COUMES

en graphie alibertine :

Lascomas + (las) Comas
Prononcer "Las coumes", "Las coumos"...

coma / combe

Prononcer entre "coume" et "coumo".
Une combe est une sorte de vallon, de dépression.
Les dérivés de "coma" se trouvent dans de nombreux noms propres (Ducomet, Lascoumes...).
En Nord-Gascogne, c’est la forme comba qui prédomine, comme en occitan central.
La forme escoma (escoume...) semble synonyme.
Pour "coma" ("coume" dans la graphie qu’il utilise), Palay donne aussi l’explication (presque inverse) de "colline, monticule".

Le couple comèth/comèra semble un dérivé.

FANTOIR : LAS COUMEA ; c’est manifestement une erreur, qui bien sûr prolifère sur les sites qui prennent le FANTOIR comme source (Pajes jaunes etc.).
Le s final tel qu’écrit manuellement sur le Cadastre napoléonien peut prêter à confusion...
Ce doit être "Las Coumes".


 

 
Astarac

Saint-Élix

LAUBARIE

Laubarie ou Loubarie suivant les attestations.