Lòcs (toponymie, paysage...) de L’Isle-Jourdain / L’Isla En Jordan

Còr de Comenge Savés

L'Isle-Jourdain / L’Isla En Jordan

carrèra Grégoire Lasebo / rue Georges Laborie

en graphie alibertine :

(la) Bòria
Prononcer "Bòri" avec l’accent tonique sur Bo (sur le modèle de la Tàpia) ; (...)

bòria / bouverie, ferme

Palay :
Multidiccionari francés-occitan

« bòrie sf. Bouverie ; ferme, (v. m. remplacé aujourd’hui par borde). N. de p. Borie, Laborie. »

La viographie de l’Isle-Jourdain montre une certaine créativité, avec des plaques bilingues gascon/français, mais aussi des plaques mêlant français et italien, ou français et castillan, selon la ville jumelée à honorer...
Ici, l’originalité est de faire figurer dans la version gasconne le nom de plume "Grégoire Lasebo" qui est l’anagramme du nom réel "Georges Laborie".
Pour le coup, le nom (inventé) figurant dans la version gasconne est moins gascon, ou occitan, que celui, Laborie, figurant dans la version française !

on a baptisé une rue, récemment créée entre le lycée Joseph-Saverne et le collège du Clos-Fleuri. Elle portera désormais le nom de Georges-Laborie qui a voué sa vie à transmettre le savoir et l’amour de la langue occitane à des générations de Lislois. Né en 1919 à L’Isle-Jourdain, de parents lislois, Georges Laborie portait humblement le béret gascon sous lequel bouillonnaient un esprit toujours en éveil et un humour subtil.

https://www.ladepeche.fr/article/2014/07/11/1916824-une-rue-portera-le-nom-de-gregoire-lasebo.html

https://www.libraria-occitana.org/auteur/laborie-georges-lasebo-gregoire/

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Còr de Comenge Savés

L'Isle-Jourdain / L’Isla En Jordan

Néo-vasconne au pin franc

en graphie alibertine :

(lo) Cabiròt
Prononcer "(lou) Cabiròtt". cabiròt n’est pas cabiròu, mais doit en être proche (...)

cabiròu / chevreuil

Prononcer "cabiròw".
dérivés :
cabiròla : biche (femelle du chevreuil)
formes languedociennes : cabiròl ou cabròl

C’est à l’embranchement entre la route de Rozès et le chemin des Cabirots*.

* Il s’agit du Château des Cabirots.

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Còr de Comenge Savés

L'Isle-Jourdain / L’Isla En Jordan

rue Francois de Belleforest

en graphie alibertine :

Seuvabèra

bèth, bèra / beau

belle : bèra (prononcer entre "bère" et "bèro")
dérivés :
beròi ("beau" ; prononcer "béroÿ" - parfois abrégé en "broÿ")
beròia ("belle" ; prononcer entre "béroye" et "beroyo")
beror (prononcer "bérou") : beauté
beutat (prononcer "béoutat") est un francisme assez ancien.

seuva, sauva / forêt

Prononcer respectivement entre "séwbe" et "séwbo" ; entre "sàwbe" et "sàwbo", ce dernier étant plus nord_gascon.
Vieux mot qui vient du latin "silva", et qui a aussi donné "selva" en castillan.

synonyme : ahorest (prononcer "ahourest")

« Il s’appelait de Bereseube mais, comme sa parentèle disséminée entre l’Isle Jourdain et Samatan, à l’écrit il signait Belleforest. » [Georges Soubeille]

D’ailleurs, en gascon, n’est-ce pas plutôt Seube bère (Seuva bèra) que Bère seube ?


 

 
Còr de Comenge Savés

L'Isle-Jourdain / L’Isla En Jordan

rue Lou Blat

en graphie alibertine :

Lo Blat
Prononcer "Lou Blatt".

blat / blé

blat d’Espanha ou la forme contractée connue en Médoc blaspanha : maïs
Quand le maïs est apparu, il fallait lui trouver un nom. Et comme souvent en pareil cas, on a "brodé" à partir du nom d’une espèce plus familière.

bladar (bladà) : champ de blé, emblavure

JPEG - 15.9 ko
Extrait du poème "Barri d’Euse" d’André Pic
André Pic enfant de Gondrin, par Miquèu Pujol, revue Vasconia n°4 sept. 2003

bladèr (bladè), nord-gascon bladèir (bladeÿ) : marchand de blé ou de céréales

Il semble que ce nom de voie de lotissement récent soit néo-gascon.
 L’article lou n’est pas autochtone : ce serait plutôt comme dans Le Piòt (rue Darolles voisine).
rue François Darolles

 "Lou" est en graphie "franco-phonétique", contrairement au choix de la graphie alibertine qui a été fait pour la génération (probablement plus récente) de plaques bilingues.
 "rue Lou Blat" ("rue Le Blé" !) est une construction hybride et un peu bancale qui cite du gascon ; l’intention est louable, mais une appellation comme carrelòt dous Blats (par exemple) serait plus naturelle, plus ambitieuse aussi !

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Còr de Comenge Savés

L'Isle-Jourdain / L’Isla En Jordan

rue Maurice Barbé

en graphie alibertine :

(lo) Barbèr
Prononcer "(lou) Barbè".

barba / barbe

Prononcer entre "barbe" et "barbo".
Dérivés :
barbut : barbu
barbèir (prononcer "barbèÿ") ou barbèr (prononcer "barbè") : barbier

C’est sans doute Barbé, mais la tendance majoritaire est d’écrire "Barbe", l’IGN, les Pages jaunes, Google... allant dans ce sens !
Au début de Gasconha.com, un gasconhaute personnellement concerné nous avait alerté sur ce problème : l’oubli de l’accent aigu dénature gravement un nom ; Castagné (Castanhèr) devient Castagne, Barbé (Barbèr) devient Barbe, Peyré (Peirèr) devient Peyre...
Accent aigu final en français

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Còr de Comenge Savés

L'Isle-Jourdain / L’Isla En Jordan

rue François Darolles
carrèra François Darolles dit "le Piòt"

en graphie alibertine :

Daròlas
Bien gascon. Existe en NF et NL, de même que "aroles". En domaine (...)

(lo, le) Piòt
Prononcer le t final : Pi-òtt Un nom aussi court peut avoir des étymologies (...)

pin, pinh / pin

Prononcer "pi(ng)", "pign".
dérivés :
pinhadar (pignada), par un dérivé intermédiaire pinhat (pignat - petit ou jeune pin) : plantation de pins
pieda (pïéde, pïédo...) : pinède
pinhadèir (pignadeÿ) : résinier ?
pinhòt (pignot - prononcer "pignòtt" !) (tronc de jeune pin utilisé dans le Bassin d’Arcachon)
pinha (pigne, passé également en français régional pour "pomme de pin"), pinhon (le pignon, qu’on trouve dans les pignes des pins francs, et qui se mange ; mais peut-être aussi un petit pin)
pinhèr : pin pignon, ouvrier qui pigne...
pinhèra : pinède, marchande de pommes de pin (à Bayonne)
et probablement pinassa (pinasse)

« le jeune pin se dit de trois façons : pinhat, pinhòu e pinhòt (Arnaudin, Méaule et Lalanne) » [Halip Lartiga]

piac :
Multidiccionari francés-occitan

piàc, piàt (L.) sm. – Jeune pin. Dans cette expr.- : moulhàt coum un piàc, mouillé, trempé comme un jeune pin ; ses branches en parapluie, en effet, arrêtent et retiennent l’eau du ciel. Palay

Pin maritime, Pin des Landes :
"1° résineux de France, favorisé par l’homme, il constitue la plus importante forêt de production de France, la forêt landaise (950 000 ha)."
[Gilles Granereau]

"le Piòt" : lire "lé Piòtt", où le est l’article toulousain ou du Savés.
piòt : c’est ici un surnom ; Palay donne « piòt, piòc,-o (G.) sm. – Dindon, dinde », et aussi petit pin. Qui sap ?

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Còr de Comenge Savés

L'Isle-Jourdain / L’Isla En Jordan

rue de Rozès
carrèra de Rosèrs / carrèro de Rouzès

en graphie alibertine :

(los) Arrosèrs, Rosèrs
L’existence en Gascogne d’un lieu-dit comme "les Arrousès" semble confirmer (...)

arròsa / rose, églantier ?

Prononcer entre "arrose" et "arroso".
Variante sans le "ar" prosthétique : ròsa
dérivés :
rosèir (nord-gascon, prononcer "rouzèÿ"), arrosèr (prononcer "arrouzè") : rosier, églantier, lieu où poussent des églantiers ?

Rosès (écrit "Rouzès" par Cassini) est un lieu-dit hors la ville.
Cette rue de Rozès y conduit.
L’IGN et le FANTOIR écrivent "Rosès" pour le lieu et "Rozès" pour la rue et aussi la route qui y conduisent.
Cad. napo. : Rosès
En français comme en gascon, la notation avec un s parait cohérente, pour le lieu comme pour la rue et la route !

Une maison arbore un rosier, mais ce n’est peut-être pas en référence au nom de la rue :

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Còr de Comenge Savés

L'Isle-Jourdain / L’Isla En Jordan

Complexe sportif Gasco’Sports
Complèxe esportiu Gasco'Sports / Coumplèxe espourtiw Gascou'Sports

Dans le nouveau quartier du Cornac.

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Còr de Comenge Savés

L'Isle-Jourdain / L’Isla En Jordan

Le Cornac

en graphie alibertine :

Cornac
Dérivés probables : 31351 Mondonville LA CORNAGUE 24341 Proissans LE (...)

IGN : Le Cornac
Cassini : Le Cournac
Cad. napo. et FANTOIR : Cornac
Pour un nom en -ac qui viendrait du monde gallo-romain, la présence de l’article est troublante.
Lo Cornac vielh / Lou Cournac bieilh :

Lo Cornac navèth / Lou Cournac nawèth :


Complexe sportif Gasco’Sports

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Còr de Comenge Savés

L'Isle-Jourdain / L’Isla En Jordan

Gaouarrat
Lo Gavarrar ? / Lou Gawarrà ?

en graphie alibertine :

(lo) Gavarrar
Prononcer "(lou) Gawarrà"...

gavarra / ajonc d'Europe

Prononcer entre "gabarre, gaouarre, gabarro, gaouarro...".
toja = "ajonc nain" segon lo diccionari de la Civada.
Que sembla que ’quera planta s’aja dat lo nom au Gavardan ("Gabardan") e a la vila de Gavarret ("Gabarret") en las Lanas.
Un pegòt de noste disó : "Que lo cuu e’t pèla e qu’i creish gavarras entà har palomèras !"
pais = Tursan, Armanhac, Gavardan (solide)
[Vincenç]

A rapprocher du basque gaparra (roncier).

dérivé :
gavarrar (prononcer "gawarrà" ou "gabarrà") : lòc plantat de gavarra

Gavarra hlorida
Qu’èra lo 31 de genèr de 2014, pas lonh d’As Toupiès, comuna d’Ambrus.
Tederic M.

IGN : Gaouarrat : il y a aussi ’la Gavare" ou "la Gaouarre" (1950) pas loin.
Cad. napo. : Gaouarrat
Le lieu-dit est ancien, pas attesté par Cassini, cependant, ce qui limite l’ancienneté attestée au 19e siècle.
La maison est-elle si ancienne ; si oui, elle a été modernisée, mais elle garde la silhouette vasconne, et sera donc étiquetée "borde vasconne" sur Gasconha.com !

prepausat per Tederic Merger ;