Lòcs (toponymie, paysage...) de Magnas

Lomagne

Magnas

Le Lau

en graphie alibertine :

(lo) Laur
Prononcer "làw" (laou). Voir Deulau (Dulau).

laur / lande, terrain vacant

Ce mot semble avoir disparu de l’usage gascon. Tout le monde n’est pas d’accord sur sa définition de "terrain vacant" ou "lande". Certains proposent la définition "tèrra laurada" (terre labourée). On pourrait aussi envisager "laur" (laurier).
Un peu agaçante, cette incertitude, parce que de nombreux noms de lieux et de famille dérivent de "lau" (ou "laur" ?).
Le "r" final semble justifié dans tous les cas.


 

 
Lomagne

Magnas

Le Cuhurou

FANTOIR : hameau de Cuhurous
IGN : le Cuhurou


 

 
Lomagne

Magnas

Arqué

en graphie alibertine :

Larquèr + (l')Arquèr
Prononcer "Larquè". Voir Larquèir.


 

 
Lomagne

Magnas

Lamothe

en graphie alibertine :

Lamòta + (la) Mòta
Prononcer entre "Lamòte" et "Lamòto".

mòta / mothe

Prononcer entre "mote" et "moto".

Mot désignant au Moyen Age un tertre, parfois artificiel, sur lequel on bâtissait une forteresse.
Ce mot, présent aussi hors Gascogne, semble avoir disparu en gascon depuis longtemps, peut-être depuis qu’on ne construit plus de forteresse dessus ?
Michel Grosclaude donne à ce mot une origine pré-indoeuropéenne "archaïque". Le gascon n’a donc fait que l’adopter.


 

 
Lomagne

Magnas

La Bourdette

en graphie alibertine :

Labordeta + (la) Bordeta
Prononcer "Labourdéte", "Labourdéto"...

bòrda / ferme, métairie, grange

Ou grange.
Prononcer entre "bordo" et "borde" ;
Dérivés :
bordeta (prononcer "bourdette" ; petite bòrda), bordiu (ferme ou métaierie) et ses dérivés bordilèr (métayer), bordilòt (diminutif de "bordiu"), bordilar (attesté dans "Siedlung und Landschaft (...)" p. 328)
bordau ("bourdaou" indiqué comme "grange-étable" (p.40) par "Quand l’Ariège changea de siècle", de Pierre Salies aux éditions Milan/Résonances (1982))
bordalèr métayer, « habitant d’un hameau, d’un bourdalà » [Palay]
bordalat (hameau)
bordèra : regroupement de bòrdas ?
bordar (prononcer "bourdà") :
« bourdà sm. Ferme, borde avec tout ce qu’elle contient et comporte- : bétail et cheptel mort. En Lav. emplacement d’une borde tombée en ruines. » [Palay]
« Bourdar Bordar (vers le pays basque) métairie »[Lespy]

JPEG - 21 ko

 

 
Lomagne

Magnas

Lacassagne

en graphie alibertine :

Lacassanha + (la) Cassanha

casso, casse, cassi / chêne

cassi est plutôt girondin, une autre forme gasconne est casso (prononcer "cassou" en accentuant la première syllabe), et casse existe aussi.
En langue gauloise : cassanos

"cassi-casso-casse" est-il plutôt le chêne pédonculé , le chêne tauzin étant "tausin" ?*
Dérivés (pour dire "chênaie" :)
cassiar (masc.), cassia o cassièra (fem.), cassiet, cassieda, cassoeda, cassanha (le si courant "cassagne"

*Le basque a deux mots différents : haritz pour "chêne pédonculé", ametz pour "chêne tauzin". Au Pays basque, le premier était particulièrement révéré.

Ostau deus Cassos / Oustaou dous Cassous
Proposition de typographie gasconne.
Tederic M.

 

 
Lomagne

Magnas

La Coume

en graphie alibertine :

Lacoma + (la,era) Coma
Prononcer entre "Lacoume" et "Lacoumo".

coma / combe

Prononcer entre "coume" et "coumo".
Une combe est une sorte de vallon, de dépression.
Les dérivés de "coma" se trouvent dans de nombreux noms propres (Ducomet, Lascoumes...).
En Nord-Gascogne, c’est la forme comba qui prédomine, comme en occitan central.
La forme escoma (escoume...) semble synonyme.
Pour "coma" ("coume" dans la graphie qu’il utilise), Palay donne aussi l’explication (presque inverse) de "colline, monticule".

Le couple comèth/comèra semble un dérivé.