Lòcs (toponymie, paysage...) de Labastide-Clermont

Savés

Labastide-Clermont

Houns de la Bielle
Lo Hons de la Viela ? / Lou Houns de la Biélo ?

en graphie alibertine :

Laviela + (la) Viela
Prononcer entre "Labiéle" et "Labiélo".

viela / ferme, hameau, village, ville

Prononcer entre "biéle" et "biélo".
Vient du latin "villa" (ferme, mais évolution du sens vers "hameau", "village", "ville"...).

Attestation de "viela" (sous la forme "viele") : "...donam per costume a ladite viele de Sent-Seuer..."
[Extrait de la Coutume de Saint-Sever, 10 mai 1480, en annexe du mémoire de DEA de Philippe Lartigue "LE VOCALISME DU GASCON MARITIME DIT GASCON « NOIR »"]

Dérivés :
vielar, (prononcer "biéla" ; sens proche de "viela", voir variante "vialar"),
vilan, vielan (prononcer entre "bilà" et "bilang" pour le premier et entre "biélà" et "biélang" pour le second) : roturier [Palay] ; on reconnait le "villain" français.

(lo) Hons
Prononcer "(lou) Houns".

hons / fond

Prononcer "houns".

Dérivé : honada, honsada
« hounade, hounsade : Enfoncement, bas-fond, excavation ; partie inférieure d’un champ en pente où s’accumule la terre éboulée ; en G. aussi vallon. V. houns. » [Palay]
Multidiccionari francés-occitan

Faut-il y voir "hons" (fond) ou "honts" (fontaines) ?
Fond de la ville semble possible.


 

 
Savés

Labastide-Clermont

Mariot

en graphie alibertine :

Mariòt, Mariòta
Prononcer respectivement "Mariot", Mariòte...

prenom de hemna Maria / Marie

"Maria" peut se prononcer "Marïe" ou "Marïo".
Ce n’est pas un prénom spécifiquement gascon, bien entendu, et on s’intéressera plutôt à d’éventuels dérivés qui le sont davantage.


 

 
Savés

Labastide-Clermont

Peytéchéné

en graphie alibertine :

Teishenèr

teishenèir, tishanèr... / tisserand

teishenèir : prononcer "téchénèÿ".
Mais ça, c’est une forme nord-gasconne.
Ailleurs en Gascogne, on trouve teishenèr (prononcer "téchénè"), tishanèr (prononcer "tichanè"), teishenèr (prononcer "téchénè"), teishinèr (prononcer "téchinè"), et même tisnèr (prononcer "tisnè") du côté du Béarn, et, en revenant à l’extrême nord de la Gascogne, tessendèir et teishèir (d’après la toponymie)...

Pèir

Pèir, Pèr Pèira / Peÿ / Pierre

Pèir Berland defenot la libertat de Bordèu !

Dérivés :

Dérivés ou variantes [Alis-Aiguillon] : Peyre Peyroton Peychot

Futurs parents amoureux de Bordeaux et de sa région, vous souhaitez que votre fils s’attache lui aussi à ce pays et défende ses couleurs...
Appelez-le Pey ou Pèir* !
C’est "Pierre" en gascon de la région de Bordeaux.
C’est le prénom de Pey Berland, homme d’Etat, homme du peuple, homme de coeur et homme de religion, qui a défendu la liberté de Bordeaux contre le roi de France.

*"Pèir" est la graphie occitane normalisée de "Pey".
Il s’agit d’un seul et unique prénom qui se prononce " Pèÿ ".

La forme "Pey" est plus connue, et attestée officiellement. Vous n’aurez aucune difficulté à la faire enregistrer par l’Etat Civil : sinon, il devrait suffire d’invoquer Pey Berland et les multiples "Saint Pey" de la région...

La forme graphique Pèir, plus moderne et audacieuse, est moins évidente à prononcer pour la majorité des gens.
Il vous faudra donc faire, si vous la choisissez, l’effort pédagogique pour qu’ils ne prononcent pas "Pèrr"...

Pèir est la version nord-gasconne (en gros, département de la Gironde nord du département des Landes) de "Pèr" (ne pas prononcer le "r") qu’on trouve dans le reste de la Gascogne (voir les multiples "Saint Pé...").

A noter pour finir : le gascon permet une forme féminine différente du masculin, "Pèira", à prononcer entre "Pèïre" et "Pèïro". Profitons-en ?-)


 

 
Savés

Labastide-Clermont

Guichot

en graphie alibertine :

(lo) Guishòt
Prononcer "(lou) Guishòtt". Diminutif du nom médiéval Guishe/Guixe.

Guíshen Guishena / Guichen ou Guiche / Guichène

Claude Larronde le place dans sa liste des "noms individuels" gascons (venus du Moyen Age), sous la forme "Guixen", avec ses frères Guixe, Guixon...
Pour Larronde, ce sont des dérivés de "Gassie".

J.Tosti, sur son site des noms, signale que "Guiche" est attesté comme prénom médiéval en Gascogne.

"Guichen" pourrait être un dérivé de "Guiche". De toute façon, les deux semblent des frères.
On pourrait aussi établir un lien avec la racine germanique qui a donné "Guichard" : selon Tosti, ce dernier est un nom de personne d’origine germanique, Wichard (wig = combat + hard = dur).

La graphie normalisée "Guishen" est équivalente à la graphie médiévale gasconne "Guixen".

Le féminin "Guishena" est une proposition de Gasconha.com, qui n’en a pas trouvé d’attestation.

Le spécialiste du gascon Jean LAFITTE nous signale ceci :
"Attention à la graphie et à l’accent tonique :
Même chose [que pour Estéven] pour Guichen/Guishen que je préfère Guíxen, nom basque attesté qui a donné Guiche, dont le comte fut célèbre ! Ne dit-on pas « Riche comme le Comte de Guiche » ?
"
"Guíshen" est donc à prononcer avec l’accent tonique sur "Guí", et le "n" final ne s’entend pas forcément. Là, ça doit dépendre de l’endroit.
L’accent aigu sur le i (qui n’existe pas en graphie française) marque l’accent tonique.


 

 
Savés

Labastide-Clermont

Carrelots

en graphie alibertine :

(Los/Les) Carrelòts
Prononcer "(Lous/Lés*) Carrelòts". * Les est l’article gascon masculin pluriel (...)


 

 
Savés

Labastide-Clermont

Laourès

Cassini : Laures
laurés peut être un adjectif ("de couleur blanche et noire") selon Palay.
Multidiccionari francés-occitan

"Laurès" est un nom de famille languedocien qui ne peut pas s’expliquer par le mot languedocien qui voudrait dire laurier : ce serait laurièrs et non laurèrs !

prepausat per Tederic Merger ;

 

 
Savés

Labastide-Clermont

Al Mouli
Al Molin

en graphie alibertine :

(lo) Molin
Prononcer "(lou) Mouli(ng)"...

molin / moulin

prononcer plutôt "mouli".
dérivés :
molièir (prononcer "moulièï) ou molièr (meunier)
molia (prononcer "moulïe", "moulïo"...) : forme féminine de molin  ?
moliar, molinar (attesté dans "Siedlung und Landschaft (...))


 

 
Savés

Labastide-Clermont

Matheou


 

 
Savés

Labastide-Clermont

Le cap del Bosc

en graphie alibertine :

(lo) Cap deu Bòsc
Prononcer (lou) "Cap dou Bòsc" ou "Cap dou Bòs". Nord-Gascogne, Médoc : Cap (...)

cap / tête, bout

Aussi bout ou extrémité de quelque chose.
Ex : cap deu bòs = bout (fin ou commencement) du bois.
dérivé : acabar (terminer)

bòsc / bois

Dans le sens de "petite forêt".
Dérivés :
bosquet (prononcer "bousquétt") : bosquet (ce mot français doit être un emprunt à l’occitan)
boscar (prononcer "bouscà") : taillis
boscat (prononcer "bouscatt") : boisé
boscassèr, buscassèir (prononcer "buscassèÿ") : bûcheron
busquèir (prononcer "busquèÿ") : bûcher


 

 
Savés

Labastide-Clermont

Las Graoues

en graphie alibertine :

Las Gravas
Prononcer "las Grawes", "las Grawos"...

grava / grève, gravier

Au sens minéral, bien sûr...

Prononcer entre "grabe", "grabo", "grawe", "grawo"...
dérivés :
gravèira (prononcer "graweÿre"), ou gravèra : gravière.
graveiron (prononcer "graweÿroung") : banc de gravier.
gravèr (prononcer "grabè", "grawè") : gravier.
gravissa (prononcer "grawisse, grawisso") : petit gravier.

Le pays des Graves, au Sud de Bordeaux, tire de là son nom. C’est une zone où la Garonne déposa jadis de nombreux cailloux.

IGN : les Graoués ; on pourrait penser à "Les Gravèrs", mais le FANTOIR, avec "Las Graoues", va dans le sens de "Las Gravas".