Lòcs (toponymie, paysage...) de Cabanac-Séguenville

Lomagne

Cabanac-Séguenville

Bordeneuve
Bòrdanava

en graphie alibertine :

La Bòrdaneva
Prononcer "Bordonébo, Bordonéwo..."

bòrda / ferme, métairie, grange

Ou grange.
Prononcer entre "bordo" et "borde" ;
Dérivés :
bordeta (prononcer "bourdette" ; petite bòrda), bordiu (ferme ou métaierie) et ses dérivés bordilèr (métayer), bordilòt (diminutif de "bordiu"), bordilar (attesté dans "Siedlung und Landschaft (...)" p. 328)
bordau ("bourdaou" indiqué comme "grange-étable" (p.40) par "Quand l’Ariège changea de siècle", de Pierre Salies aux éditions Milan/Résonances (1982))
bordalèr métayer, « habitant d’un hameau, d’un bourdalà » [Palay]
bordalat (hameau)
bordèra : regroupement de bòrdas ?
bordar (prononcer "bourdà") :
« bourdà sm. Ferme, borde avec tout ce qu’elle contient et comporte- : bétail et cheptel mort. En Lav. emplacement d’une borde tombée en ruines. » [Palay]
« Bourdar Bordar (vers le pays basque) métairie »[Lespy]

JPEG - 21 ko

nau, nèu / neuf

prononcer "naw"
neuve : nava (prononcer "nawe", "nabe", "nabo", "nawo"...) ou parfois nau comme le masculin
Les formes nèu et nèva existent aussi.
Le couple navèth/navèra correspond à nouveau/nouvelle ; variante pour les Landes, et peut-être aussi pour le Médoc et autres : « noèt, nouèt,-ère (L.) », donc novèth/novèra [Palay]

(era/la) Bòrdanava
Prononcer "La/Era Bòrdo nawo, Bòrdo nabo, Bòrde nawe, Bòrde nabe..." avec (...)

bòrda / ferme, métairie, grange

Ou grange.
Prononcer entre "bordo" et "borde" ;
Dérivés :
bordeta (prononcer "bourdette" ; petite bòrda), bordiu (ferme ou métaierie) et ses dérivés bordilèr (métayer), bordilòt (diminutif de "bordiu"), bordilar (attesté dans "Siedlung und Landschaft (...)" p. 328)
bordau ("bourdaou" indiqué comme "grange-étable" (p.40) par "Quand l’Ariège changea de siècle", de Pierre Salies aux éditions Milan/Résonances (1982))
bordalèr métayer, « habitant d’un hameau, d’un bourdalà » [Palay]
bordalat (hameau)
bordèra : regroupement de bòrdas ?
bordar (prononcer "bourdà") :
« bourdà sm. Ferme, borde avec tout ce qu’elle contient et comporte- : bétail et cheptel mort. En Lav. emplacement d’une borde tombée en ruines. » [Palay]
« Bourdar Bordar (vers le pays basque) métairie »[Lespy]

JPEG - 21 ko

nau, nèu / neuf

prononcer "naw"
neuve : nava (prononcer "nawe", "nabe", "nabo", "nawo"...) ou parfois nau comme le masculin
Les formes nèu et nèva existent aussi.
Le couple navèth/navèra correspond à nouveau/nouvelle ; variante pour les Landes, et peut-être aussi pour le Médoc et autres : « noèt, nouèt,-ère (L.) », donc novèth/novèra [Palay]


prepausat per Vincent P. ;

 

 
Lomagne

Cabanac-Séguenville

Anguillan-Jouan
En Guilhemjoan

en graphie alibertine :

Guilhemjoan
Prononcer "Guillémjouan".

Guilhem Guilhelma / Guillaume

Comme l’explique J.Tosti, sur son site des noms, "nom de personne d’origine germanique, Willhelm (will = volonté + helm = casque)".

Le troubadour gascon Amaniu de Sescas, dans son "Ensenhamen de la donzela" écrit vers 1280-1290 évoque Guilhelma, fille de Gaston VII Moncade, vicomte de Béarn (1229-1291) :
"Sur l’autre Guilhelma, connue pour être la plus noble, je vous dirai :
la fille de monseigneur Gaston, avec sa belle "manière" a obtenu toutes les bonnes qualités de notre pays.
La Gascogne et son territoire, est grandement illuminée par elle, car sa séduisante personne y est née et y a été élevée."

version originale :
"Altra Guilhelma say pus auta, que.us dirai : la filha d’En Guasto, c’ab sa
bela faiso a tans bos aibs conques de tot nostre paes. Guascuenhe l’encontrada
n’es fort illuminada, car lo sieus cors grazitz y fo natz e noiritz."

[trouvé par Guilhem Pepin dans Giuseppe E. Sansone, Testi
didattico-cortesi di Provenza, Bari, 1977]

Guilhamon (à la française, Guillamon), (dans les anciens écrits béarnais : Guilhamo), Guilhamet, Guilhamòt... sont des dérivés de "Guilhem".

Joan Joana / Jouan / Jouane / Jean / Jeanne

Attesté en 1415 dans les registres de la Jurada de Bordèu sous la forme "Johan" : Johan Argui, Johan Arostanh.

En Guilhemjoan


L’image de la Gascogne à mon sens : un pin, des collines et les Pyrénées que l’on devine.
Je le dis sans emphase, la Gascogne est probablement le pays le plus beau de France, et son centre ce qu’il y a de plus beau en Gascogne, au demeurant les Romains le disaient déjà du pays des Auscii.

Evidemment, face à ce panorama, une hideuse maison provençale moderne rose.

prepausat per Vincent P. ;

 

 
Lomagne

Cabanac-Séguenville

Marsaou


 

 
Lomagne

Cabanac-Séguenville

Le Castagné

en graphie alibertine :

(lo) Castanhèr, Castanhèir
Prononcer respectivement "(lou) Castagnè, Castagneÿ*". *nord-gascon

castanha / châtaigne

Se prononce castagne ou castagno.
dérivés :
castanhèir ou castanhèr (ne pas prononcer le "r" final), et aussi, semble-t-il, castanh tout court : châtaigner
"arbre pouvant atteindre 30 m et plusieurs milliers d’années" [Gilles Granereau]
castanhèra, castanheda, castanhar, castanhareda, castanhet, castanet : châtaigneraie
Une expression tirée de V. Lespy (proverbes du pays de Béarn - éditions Lacour) :
Qu’a castanhat !
Veut dire "il a récolté les châtaignes". Comme la récolte des châtaignes est la dernière de toutes, l’expression veut dire (en moins guerrier) "il a tiré ses dernières cartouches".

JPEG - 32.7 ko
Castagnade à Pey
Dab "Lous youents dou bespe" (Los joens deu vespe) = "Les jeunes du soir"
jmcasa

 

 
Lomagne

Cabanac-Séguenville

Lassale

en graphie alibertine :

Lassala + (la) Sala
Prononcer entre "Lassale" et "Lassalo". "Ce nom vient du germanique salla (...)

sala / maison seigneuriale

Ancien mot gascon, d’origine germanique.


 

 
Lomagne

Cabanac-Séguenville

Las Planos

en graphie alibertine :

Las Planas

plana / plaine ? plateau ?

[proposition initiale : las planas]
Prononcer "plane", "plano"...


 

 
Lomagne

Cabanac-Séguenville

Lamothe

en graphie alibertine :

Lamòta + (la) Mòta
Prononcer entre "Lamòte" et "Lamòto".

mòta / mothe

Prononcer entre "mote" et "moto".

Mot désignant au Moyen Age un tertre, parfois artificiel, sur lequel on bâtissait une forteresse.
Ce mot, présent aussi hors Gascogne, semble avoir disparu en gascon depuis longtemps, peut-être depuis qu’on ne construit plus de forteresse dessus ?
Michel Grosclaude donne à ce mot une origine pré-indoeuropéenne "archaïque". Le gascon n’a donc fait que l’adopter.


 

 
Lomagne

Cabanac-Séguenville

Las Coumos

en graphie alibertine :

Lascomas + (las) Comas
Prononcer "Las coumes", "Las coumos"...

coma / combe

Prononcer entre "coume" et "coumo".
Une combe est une sorte de vallon, de dépression.
Les dérivés de "coma" se trouvent dans de nombreux noms propres (Ducomet, Lascoumes...).
En Nord-Gascogne, c’est la forme comba qui prédomine, comme en occitan central.
La forme escoma (escoume...) semble synonyme.
Pour "coma" ("coume" dans la graphie qu’il utilise), Palay donne aussi l’explication (presque inverse) de "colline, monticule".

Le couple comèth/comèra semble un dérivé.


 

 
Lomagne

Cabanac-Séguenville

La Garouille

en graphie alibertine :

(la) Garrolha
Prononcer "Garrouilhe", "Garrouilho"...

garrolha / taillis de chênes

Gaby :
« Le mot garrolha [ga’rujə] désigne en Bordelais un taillis de chênes ou une chênaie peu
vigoureuse »


 

 
Lomagne

Cabanac-Séguenville

Embegué
En Veguèr

en graphie alibertine :

(lo) Veguèr
Prononcer "(lou) Béguè". Viguier. Féminin : (la) Véguèra (prononcer "béguèro", (...)

veguèr, veguèir / coq, viguier

Prononcer "béguè", "béguèÿ".
Vient semble-t-il du mot latin "vicarius".
"veguèir" correspond aussi au français "viguier" (sorte de juge ou prévôt royal).
dérivés :
vegueria (prononcer "béguérïe") : juridiction du viguier.
vegueiriu (prononcer "béguérïou") : autrefois, redevance équivalant au "fouage" (impôt sur une maison ou un feu). [A. Champ]
vegòt : petit coq (à confirmer que c’est bien un dérivé de "veguèir").
Au sud et au centre de la Gascogne, le mot prend la forme "veguèr" (prononcer "béguè").

variante : viguèr (prononcer "biguèr)