Bas Adour Pays charnégou Pyrénées

La Bastide-Clairence / La Bastida-Clarença


 
en graphie alibertine :

La Bastida-Clarença
Prononcer "La Bastide-Clarence"

Il est certain que l’on trouve des toponymes basques plus ou moins bien gasconnisés (dont le fameux Darrichon) et que La Bastide est indissociable de l’histoire navarraise, mais cessons le révisionnisme : La Bastide était essentiellement gasconophone.
Or ce fait n’est pas même reconnu par les panneaux à l’entrée du village (Bastida, le nom basque est seul indiqué) alors que les panneaux touristiques parlent du "teoulé" du village, que non loin c’est l’abbaye de Belloc (Belok en basque ...).

J’aime assez l’accent "bastidot".

LABASTIDE-CLAIRENCE.wav

Ainsi qu’en a fait JB Orpustan la démonstration, Clairence est un transfert de la ville grecque de Klarentza, prise par le Roi de Navarre.


 

Articles


 

Lòcs (toponymie, paysage...) de La Bastide-Clairence / La Bastida-Clarença :


 

Documents

Enregistrement ALG Labastide Clairence

Enregistrement ALG Labastide Clairence

 

 

 

Grans de sau

  • Bien que l’on trouve des noms basques gasconnisés, la majorité des toponymes sont gascons.

  • Je recherche la version française de la parabole de l’enfant prodigue sur laquelle se sont inspirées ces traductions gascones.
    Si quelque’un peut m’éclairer...

  • Vous trouverez les versions françaises dans les rares transcriptions des paraboles.

    Exemple avec Aiguillon :

    crdo.risc.cnrs.fr...crdo-FRA_47-AIGUILLON.xml

    Cliquer sur XML :

    crdo.risc.cnrs.fr...howmany=100

  • Vous savez, Labastide et les Gascons.
    Pauvres Gascons, comme ailleurs. J’ai eu l’occasion d’entrer chez le forgeron de Labastide.
    J’ai essayé de parler gascon avec lui, ma fille aussi, mais elle sans arrière pensées. Il a poursuivi en français. Pourtant, vu qu’il nous répondait, il était gasconophone.
    Il n’a jamais dit "gascon" mais "patois". Par contre, il a toujours dit "basque".
    Que font les occitans, allez voir ce brave homme et expliquez-lui qu’il est occitan. Les Basques vont en mouiller leur culotte.
    Par contre, Georges Duhart, que j’ai connu personnellement, était un fin gasconophone.

  • La Bastide est un village charnegou (Xarnegu), c.a.d pas plus basque que gascon mais tout aussi basque que gascon.
    Depuis sa fondation, la langue parlée a été le gascon (qu’on nomme toujours entre nous "le patois", contraction de "patois gascon"). Gascon qui n’est plus parlé que par les gens de souche et d’un certain âge.
    Toutes les familles de souche se sont constituées à partir de mariages mixtes (basque-gascon) tout au long des générations et encore aujourd’hui.
    L’euskara (appelé "le basque" par une population non bascophone) est aujourd’hui appris par plusieurs enfants bastidots qui fréquentent les ikastolas.
    Alors pourquoi cette guerre pour savoir si on est basque ou gascon ? Nous avons le privilège d’être Charnégou, c.a.d. "métis".

  • Que généalogiquement, les Bastidots aient de toute évidence contracté mariage avec des familles basques des alentours, personne ne le nie. Que le terme de "charnégou" s’applique à pareille population, tout comme il s’applique aux Gascons des environs de Bidache, mais aussi à certains Gascons de villages béarnais, tout cela est chose sue.

    En revanche, difficile de dire "Basques" des individus qui ne parlaient que le gascon, et les Basques de Hasparren ne s’y trompaient pas, qui appelaient les gens de La Bastide "Kaskoinak" (voir le surnom du pelotari Jean Errachun affublé du sobriquet de Gaskoina car il travaillait comme domestique au quartier Pessarou).

    Il ne faut pas réécrire l’histoire. Le fait basque était lié à la maîtrise de l’euskara. La Bastide était un ilot gasconophone, quand des descendants de populations basques y faisaient souche, c’était dans le sens de la perte de la langue basque donc de l’acculturation, de la gasconnisation.

  • ... ou photos du quartier de la Chapelle à la Bastide Clairence, sur le Chanoine Durquet et la maison Maisonnave face au fronton... si quelqu’un possède des photos ou des histoires, je serai ravie de les écouter ou voir,
    Merci, a bientôt !

  • L’Inventaire en (ancienne) Aquitaine a procédé à l’inventaire du patrimoine de la commune en 2018-2019 :

    http://dossiers-inventaire.aquitaine.fr/dossier/presentation-de-la-commune-de-la-bastide-clairence/081a7590-d366-487d-9a36-1862ef67b064

    C’est une mine véritable d’informations et de photographies : je reprocherai seulement un manque de clarté du site web.


Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document