Gascogne toulousaine Languedoc voisin Anneau gascon

Toulouse


 
en graphie alibertine :

Tolosa
Prononcer "Toulouso"


 

Articles


 

Lòcs (toponymie, paysage...) de Toulouse :


 

 

 

Grans de sau

  • Ça ressemble beaucoup à la vue que j’avais de Bordeaux quand j’habitais à Nansouty.

  • C’est beau une ville depuis les toits. Et Bordeaux partage plus qu’on veut le dire avec Toulouse. En l’espèce, la vue est prise du sommet du parking des Carmes.

  • Quelle relation la Gascogne projetée doit-elle entretenir avec cette ville qui lui échappe quelque peu ?
    En effet, Toulouse est une interface, la porte d’entrée des pays gascons à la fois sur les contreforts du Massif Central et la Méditerranée.

    Mais Toulouse est aussi largement ancrée sur sa rive gauche, pleinement gasconne dans les temps anciens, je dirais même que l’extension de la ville se fera surtout rive gauche, plus propice d’un point de vue géographique, là où rive droite, la ville bloque vite sur les coteaux.
    Et puis Toulouse, c’est la préfecture de la Haute-Garonne, département majoritairement gascon.
    Et toujours est-il qu’il serait ridicule de nier tout ce que la Gascogne de l’Est doit à cette ville, Gascogne de l’Est qui a participé à son peuplement.
    Ajoutons que linguistiquement, les parlers toulousains apparaissent là aussi pour véritablement intermédiaires entre Gascogne et Languedoc (allez voir l’ALF le point Donneville).

    Cependant, l’avenir de la Gascogne à mon sens, sans se désengager totalement des aires urbaines métropolitaines, passe par une coupure au moins institutionnelle avec Toulouse (et a fortiori Bordeaux).
    On pourrait comme nous l’avons écrit par ailleurs concevoir une "ville-libre" toulousaine constituée de la ville et son agglomération, ce faisant rendant toute leur marge de manoeuvre à des petites villes de Gascogne toulousaine (Rieumes, Lèguevin, ...).


Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document