en graphie alibertine :
Artèr

hart / repu, rassasié, saoul

Que’n soi hart ou Que’n èi hartèra : J’en ai assez.

eretèr, eretèir / héritier

Prononcer respectivement "érétè", "éréteÿ" ; le second est nord-gascon.

Variantes suivant les zones linguistiques : ertèr, artèr, eiretèr, artèir, ertèir*... (FEW)

* ’’Bayonne erté Lagr, land. artè, ertè Mill Atl 236, Teste ertéy’’.

[Mise à jour 2016 :
"Artèr" étant plus convaincant que "Hartèr" (lire discussion), l’a remplacé comme forme alibertine.]

On pense au mot "hart" mais il n’est pas sûr qu’il y ait un rapport avec lui.

Variante(s) graphique(s) :

Harté

Harthé
 


 
Amics Webmèstes, insérez Artèr dans votre site !
 

Grans de sau

  • D’après Grosclaude, je crois, ça viendrait d’eretèr ’’héritier’’.

  • Le h initial rend cette étymologie bien improbable.Je verrais plutôt "hertè" :gros repas,selon Palay.Et "hartère"(hartèyre" dans le nord gascon,sans doute) comme satiété,énorme mangeaille,voire excès de ...
    "Qu’en èi ua hartera ":j’en ai par dessus la tête , etc...

  • Il faudrait quand même savoir si ce h se prononçait ou s’il est apparu par attraction de hartèra, justement.

    FEW, sous l’entrée hereditarius ’’héritier’’ :
    ’’Bayonne erté Lagr, land. artè, ertè Mill Atl 236, Teste ertéy’’.

  • Juste une précision, Palay donne « harté, hàrtou »:gros repas, moindre que la « hartère ». Mais je ne lis pas « hertè » dans son dico (sauf erreur)

  • Comme nom de famille et de lieu, je sens mieux "l’héritier" que "la ripaille jusqu’à hartère".
    Je suis encore passé aujourd’hui sur un lieu nommé "L’Hérété"
    L’Hérété
    .
    Si en plus le FEW donne "artè" pour héritier dans les Landes, il n’y a guère de doute.
    Le h initial peut avoir été ajouté par attraction de "hartèra", par attraction du français héritier, ou par simple usage fautif ; il faut se méfier des "h" qui sont écrits, ce ne sont pas toujours des vrais...
    Cela dit, je ne trouve pas de "Larté" comme j’en aurais attendu selon l’hypothèse artè...

  • Bah c’est normal, il n’y a pas tout dans le dico de Palay, a fortiori si ce n’est pas du béarnais.

  • Moi je pense simplement que "herté" ou "harté" est une faute de graphie due aux scripteurs français... C’est tout...

    "Hertè" n’est pas ds le dico de Palay parce que c’est "ertè" tout simplement. Un peu comme si j’écrivais "un hane" (un âne) et qu’on disait "je ne comprends pas, ce n’est pas dans le Larousse".

  • Çò qu’apèratz lo FEW ?

  • Je disais que je ne trouvais pas "herté"par rapport au n° 2 de GSG qui le citait dans le dico de Palay. Je sais très bien qu’il n’y a pas tout dans Palay, je ne suis pas si stupide que ça...
    Par contre « harté » et « hartère » c’est bien du Béarnais et même du landais...
    Mais bien sur, comme Tederic, je pense que dans le cas présent cela ne colle pas comme nom de famille et de lieu.

  • artea en basque c’est le chêne. Chercher Artè du côté du chêne (lieu où il y a des chênes ?) est plus logique.

  • M’at pensi pas entau basco, que cau anar cercar au mè simple. Que s’entèn plan en le boca deus darrèrs locutors.
    Permèr, lo "e" e lo "a" en’questa posicion permèira davant ua vocala, que’s con.honen sovent. Pr’exemple deu costat dera Arèja, que disen "airetèr".
    Dus, lo mòt qu’es sovent contractat dab lo "e" flac au mei deu mòt (ne coneishi pas lo mòt scientific...) e "eretèr" o "aretèr" que vèn "ertèr" o "artèr". Qu’es corrènt. Que s’entèn en los futurs o condicionaus, pr’exemple : que cant’ra (que canterà), que’s mari’drén (mariderén), dif’rènt (diferènt) etc... "Er’tèr" o "ar’tèr" qu’es lo medish fenomèn, grafiat per error dab un "h" hantaume preus scriptaires franchimands.

    N’i a pas nat secret : aquiths lòcs "herté" o "harté" que’s tròben en parçans on le contraccion es un fèit atestat.

  • Aquò’s lo diccionari etimologic de les lengas d’oïl, d’òc e de l’arpitan. Se tròba achí :
    https://apps.atilf.fr/lecteurFEW/index.php/page/view.

    A propos du chêne, cela me semble improbable car Tederic nous a indiqué un lieu-dit ’’l’Hérété’’ et surtout car Harté est un patronyme originaire de l’est du département des Landes (Harthé aussi : région de Roquefort et des Lugues).
    Mais sémantiquement, c’est vrai qu’on peut se demander pourquoi nommer un lieu ainsi : des héritiers, il y en a partout.

  • Aquò’s lo diccionari etimologic de les lengas d’oïl, d’òc e de l’arpitan. Se tròba achí :
    https://apps.atilf.fr/lecteurFEW/index.php/page/view.

    A propos du chêne, cela me semble improbable car Tederic nous a indiqué un lieu-dit ’’l’Hérété’’ et surtout car Harté est un patronyme originaire de l’est du département des Landes (Harthé aussi : région de Roquefort et des Lugues).
    Mais sémantiquement, c’est vrai qu’on peut se demander pourquoi nommer un lieu ainsi : des héritiers, il y en a partout.

  • Il me vient une idée (qui peut-être ne vaut rien),mais ce nom de lieu ne pourrait il pas être lié au mot « hart » dans le sens de fatigué, plein les bottes d’avoir fait tout ce chemin, ce pourrait être l’endroit du coup de pompe ou l’on aspire à s’arrêter....

  • E’m pensi "eretèr" qu’èra entà se trufar de quauqu’un qui’s vòu mè que ne n’es, o lo contrari, quauqu’un qu’a recebut un bèth ben. Un chic com quèn tròbatz maisons que s’apèran "en çò deth Rei" o "en çò deth Prince". Princes, n’èi coneishut quauques !

    Maisons atau : "en çò deth eretèr/eiretèr/airetèr", n’èi collectat detzenadas. "en çò dera eretèra" tabé.

  • E tabé perqué aperar un indret "l’eretèr" ? En arreferéncia en un òmi, un ainat, lo qu’avè eretat deu ben.

  • 2/4/7/9
    j’ai involontairement provoqué une incompréhension:mon "herté" de 2 était une erreur de frappe non rectifiée ;c’est bien "hartè" (alibertin "harter) que je voulais écrire.

  • ’’En arreferéncia en un òmi, un ainat, lo qu’avè eretat deu ben.’’

    Mès dens ’queth cas diuré n’i’n auger bien mèi, demb de precisions ’’l’Hérété de X’’, etc. Donc ton irèia desvolopada dens lo messatge 14 me sembla la milhora.

  • Jo pensi que los lòcs aperats "L’eretèr" (o "L’artèr", L’artèir...!) èran aperats atau quan la proprietat màger deu proprietari èra justament, aus uelhs deus poblants, d’aver eretat.
    Quan un hilh eretèva, ne hasèva pas hrèita de nomar lo ben "L’eretèr"...
    Mès si l’eretèr n’èra pas un eretèr normau, la soa qualitat d’eretèr que’s plaçava dessùs. A cada lòc aperat atau, l’istòria que podèva estar diferenta.
    Que’m hè pensar a lòcs aperats "Nébout" (Nebot = neveu) o "Hillo" (Hilhòu = filleul)...

  • De vrai, n’i avèvi mème pas pensat !

  • Le poète félibre Albert Darclanne avait comme nom de plume “L’Artè dou Pourtaou”. C’est bien l’artèr, une forme de l’eretèr qui donne curieusement le verbe arterar, cf. P. Vergez dans Broustics e Brigàlhes : “la costuma arterada deus vielhs
    L’h est donc ici une influence du français, sans plus.


Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document