en graphie alibertine :
Trescòs

còth / cou, col

Selon le fonctionnement caractéristique du gascon pour un mot terminé par "th", les dérivés se font en "r" : couret, courade...

còs / corps

cornèr / coin

Prononcer "cournè".
Remarquer la similitude avec le mot anglais "corner" de même signification.
Le gascon ne l’a pas pris à l’anglais. Les deux ont la même origine latine.

còrn (prononcer còr) existe aussi.

cornièra (languedocien ou guyennais), cornalèr (gascon) :
« les "cornières" qui sont les passages qui permettent d’accéder à la place centrale par les angles. Ils sont initialement étroits et ne laissent pas passer les charrettes. »
https://fr.wikipedia.org/wiki/Bastide_(ville)
Les cornières n’étaient donc pas la totalité des embans ou arcades d’une place de bastide, mais situées aux coins de cette place, conformément à la racine corn (coin).

còs / tertre, côteau, monticule

Palay : cos (l), còu sm. – Coteau, monticule. V. coste, coustalàt. N. de p. Ducos

Le nom Cossium est une latinisation de l’aquitanique *koiz, gascon coç, cos ’tertre’, basque goiz ’en hauteur’
https://fr.wikipedia.org/wiki/Vasates

Ce même "cos" semble dépasser le domaine gascon puisqu’on le trouve au nord de Montauban : L’Honor-de-Cos, Cos, Piquecos...
« Le terme " Cos" signifie hauteur ou colline dominant l’Aveyron. »
https://fr.wikipedia.org/wiki/L’Honor-de-Cos

On trouve aussi des "Le Cosse" (Mourens, Mongauzy, Moissac) qui pourraient être des "Le Cos".

Une hypothèse : que les nombreux "Cousso" ou "Cousseau" gascons dérivent de "cos", comme les "Poujo, Pouyo..." dérivent de "pouy" et les "Tuco" (Tucòu) dérivent de tuc.
Attention : en Bordelais, il pourrait y avoir des "Cousseau" originaires d’oïl.

Un homonyme : còs = français corps

Variante(s) graphique(s) :

Trescos



 
Amics Webmèstes, insérez Trescòs dans votre site !
 

Grans de sau

  • Pour Trescòs, j’abandonne l’hypothèse avec le "os" aquitano-vascon.
    Mais alors, que veut dire ce Tres-còs, et s’agit-il bien de corps, et pas d’un autre mot qui ressemblerait ?
    Une recherche dans le FANTOIR s’impose !
    09048 Belloc TRES COLS
    09072 Calzan TRES COL DEL FACH
    31468 Saint-André TRES CORTS
    40119 Hagetmau CHE DE TRES CORS
    65250 Lalanne-Trie TRES CORPS (Tres Corpts pour le Cad. napo.)
    65305 Mauléon-Barousse TRESCOTS
    32094 Caupenne-d’Armagnac TRESCORS
    33128 Civrac-en-Médoc TRESCOT
    40070 Castandet TRESCORS
    47013 Argenton TRESCOS
    47117 Hautefage-la-Tour TRESCOLS
    64149 Bugnein TRESCOTCHE
    64149 Bugnein TRESCOTS
    64263 L’Hôpital-d’Orion TRESCOIGT
    65139 Cazarilh TRESCOT
    De la série ci-dessus je dégage deux pistes :
     avec còth (còl en languedocien, et justement on en a !) ; il me semble aussi que tres peut être autre chose que le nombre trois...
     avec còrn (coin) : là où un r apparait (cors, corts, corps...) , dans còrn, le gascon ne prononce pas le n. Et dans la toponymie gasconne, il y a aussi des "TRES COURNES" (tres cornèrs, sans doute)
    En plus, je ne vois pas que "trois corps" peut être une allusion à un épisode chrétien, ou ce genre de choses...

  • tras "au-delà" connaissait une variante tres, illustrée par le quartier chic de la ville de Pau : Trespoey "au-delà de la colline".

    Dans le cas du toponyme Trescos, il doit être possible d’envisager que l’initiale est "au-delà", reste à expliquer "cos". On pense au mot còs "monticule".

    Ducos

    Ensuite, il y a cette question des toponymes en -th, dont la finale a été rendue -ts, très bizarrement. Cela semble le cas de nombreux Castets et Portets, qui sont à l’origine Castèth et Portèth, au singulier, comme si la prononciation de cette ancienne géminée finale posait souci au moment d’être transcrite. Cela semble d’autant plus vrai que l’on s’éloigne des foyers de gasconnité maximale.

    Faut-il imaginer, dans pareil cas, còth "col", transcrit cots, puis cos ?


Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document