Pays de Buch Landes de Gascogne Mar e còsta gascona / Ma é coste gascoune

Lège-Cap-Ferret / Lèja-Cap-Horet

- Vincent P.


 

Le Petit Piquey / Lo Petit Piquèir / Lou Petit Piquèÿ

en graphie alibertine :

(lo) Piquèir, (la) Piquèira
Prononcer (lou) Piqueÿ, (la) Piqueÿre.

piquèir / dune

Ecrit à la française : piquey (prononcer "pikèï")


Pour illustrer le Petit Piquey, "village" de Lège-Cap-Ferret, rien de mieux que la plage en bordure de bassin.

C’est un très bel endroit, idyllique : la bourgeoisie bordelaise a eu bon goût, qu’elle a communiqué aux bobos d’aujourd’hui, qui s’y rassemblent.

La prononciation de "y" dans Piquey est aujourd’hui de plus en plus aléatoire. Le y n’est clairement plus prononcé dans Claouey. Il résistait dans Piquey ces derniers temps, mais j’entends de plus en plus "Piquè".


 

Grans de sau

  • Ces appellations "Petit" et "Grand Piquey" ne paraissent pas très anciennes.
    Pour rester plus gascon, je proposerais "Piqueyrot/Piqueiròt" au lieu de "Petit Piquey".

  • C’est évidemment humoristique, mais je ne suis pas très d’accord sur le fait qu’il faille s’adapter aux touristes ! C’est à eux à avoir la curiosité des endroits qu’ils viennent visiter.

    Mais à la vérité, c’est moins la problématique des touristes que celle de la substitution de population, par effet héliotropique, une population nouvelle qui est peu intéressée par la culture vernaculaire, quand cette dernière résiste encore (elle est parfois très invisible "sur le Bassin").

    Confirmation que dans l’état actuel du français régional, c’est "Claoué" qui est privilégié, sans grande cohérence avec "Piqueille".

  • Toujours entendu Piquèy et Claouèy par les "Bordelais". Claoué et Piqué plutôt les "Parisiens". Classification schématique mais plutôt vérifiée. La seconde prononciation présente mais clairement minoritaire il y a seulement 15-20 ans, mais en progression régulière depuis.

    Le changement depuis l’an 2000 c’est que la presqu’île (le bassin), d’attraction régionale est devenue attraction nationale. Ce changement s’est manifesté via la venue de quelques stars, des passages au JT, des tournages de film, une vague de nouveaux lotissements très friqués : Dune Blanche au Grand Piquey justement, les Vallons du Ferret au Canon...

    Au niveau sociologique il faut signaler qu’un bel accent Girondin est maintenu chez les pêcheurs, ostréiculteurs, jardiniers, maçons qui bossent sur la presqu’île, habitant soit dans les cabanes soit souvent au Porge, à Arès, Lège. Faut venir en hiver au bistrot !

    Quant à parler d’"une population nouvelle qui est peu intéressée par la culture vernaculaire", il y a bien deux trois choses qui vont dans ce sens :

     le populo vient aussi sur la presqu’île dans les campings et surtout à la journée en bagnole depuis l’agglo bordelaise (voie rapide...). Et on lui a bien tout fléché pour qu’il ait ses repères (voie rapide, supermarché, parking, station essence, plage surveillée, caillebotis, chemins balisés) sans trop forcer sur les neurones ni rencontrer quoi que ce soit. Et, en bon reflet de l’agglo bordelaise, il est de plus en plus "dé-localisé",

     alors qu’avant 1980, la presqu’île était quand même un microcosme mêlant bougés et bourgeoisie dans une relative autarcie estivale. Dans ce contexte, les seconds, qui restaient un mois plutôt qu’une semaine, apprenaient des mots des premiers. Il n’y avait pas de supermarché, on achetait le poisson au pêcheur, les légumes au paysan etc...

     les "nouveaux riches" ont c’est vrai souvent des goûts moins typés. Par exemples ils acquièrent hors bord et jetski plus souvent qu’une pinasse ou un monotype, ça donne le ton. Voir l’évolution culturelle des hauts revenus à l’échelle nationale avec le recul (mais pas la disparition) de la bourgeoisie traditionnelle qui faisaient souche sur plusieurs génération dans une ville devant les cadres nomades pressés des grandes boîtes qui viennent de plus loin...


Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document