Còr de Comenge Gascogne toulousaine

Montaut

- Vincent P.


 

Saint-Pierre-de-Mont / Sent Pèr deu Mont / Sén Pè dou Moun

en graphie alibertine :

Sempèr + Sent Pèr
Prononcer "Sempè".

Pèir, Pèr Pèira / Peÿ / Pierre

Pèir Berland defenot la libertat de Bordèu !

Dérivés :

Dérivés ou variantes [Alis-Aiguillon] : Peyre Peyroton Peychot

Futurs parents amoureux de Bordeaux et de sa région, vous souhaitez que votre fils s’attache lui aussi à ce pays et défende ses couleurs...
Appelez-le Pey ou Pèir* !
C’est "Pierre" en gascon de la région de Bordeaux.
C’est le prénom de Pey Berland, homme d’Etat, homme du peuple, homme de coeur et homme de religion, qui a défendu la liberté de Bordeaux contre le roi de France.

*"Pèir" est la graphie occitane normalisée de "Pey".
Il s’agit d’un seul et unique prénom qui se prononce " Pèÿ ".

La forme "Pey" est plus connue, et attestée officiellement. Vous n’aurez aucune difficulté à la faire enregistrer par l’Etat Civil : sinon, il devrait suffire d’invoquer Pey Berland et les multiples "Saint Pey" de la région...

La forme graphique Pèir, plus moderne et audacieuse, est moins évidente à prononcer pour la majorité des gens.
Il vous faudra donc faire, si vous la choisissez, l’effort pédagogique pour qu’ils ne prononcent pas "Pèrr"...

Pèir est la version nord-gasconne (en gros, département de la Gironde nord du département des Landes) de "Pèr" (ne pas prononcer le "r") qu’on trouve dans le reste de la Gascogne (voir les multiples "Saint Pé...").

A noter pour finir : le gascon permet une forme féminine différente du masculin, "Pèira", à prononcer entre "Pèïre" et "Pèïro". Profitons-en ?-)

(lo) Mont
Prononcer "(lou) Moun".

mont / mont

Prononcer "moun", avec un "n" final qui se prononce diversement à travers la Gascogne.


Il n’y a pas de frontière plus étonnante en France que le seuil de Naurouze.

Toulouse était annoncée bloquée, au retour d’un séjour en Italie. Il convient de bifurquer au Sud de la ville, pour rallier le Béarn, et reprendre l’A64.

Jusqu’aux limites de la Haute-Garonne, dans l’Aude, une immense pampa, des villages rocailleux sur des pitons ponctuent ce paysage encadré par de lourdes montagnes, au Nord comme au Sud. La Montagne Noire et les Corbières. Le mirage artificiel de la Carcassonne de Viollet-le-Duc.

Et puis, l’entrée en Haute-Garonne, dans l’ancien évêché de Toulouse, la civitas de Tolosa. Les montagnes s’effacent. Sortie à Gardouch, quelques kilomètres après le seuil du Lauragais. Tout change alors. Je suis sur le versant atlantique.

La D622 "contourne" Toulouse au Sud par les coteaux, de vallée en vallée, qui moutonnent avec l’Ariège au milieu. L’on passe subtilement de pays de langue languedocienne toulousaine à des pays de langue gasconne ... également toulousaine.

Bref, après les paysages pelés de Provence et du Languedoc méditerranéen, qui ont leur beauté, l’entrée soudaine et abrupte dans ces paysages gras toulousains, qui annoncent la Gascogne, fait l’effet d’un paradis. C’est la sensation que j’ai eue quand j’ai pris cette photo, sur les hauteurs de la vallée de la Lèze (qui est gasconne).


 

Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document