Rive droite gasconne Gascogne médiane Tonneinquais

Fauillet / Haulhet

- Tederic Merger


 

Pinadas / Pinadars

en graphie alibertine :

(los) Pinadars
Prononcer "(lous) Pinadàs".

pinhadar / pignadà, plantation de pins

Attention, mot masculin, comme branar (branà), tojar (touyà), tausiar (taouzià), juncar (juncà, junquà, junkà...), même si on trouve maintenant ici et là des horribles "La Pignada"*.

Guy Suire, chroniqueur des "mots d’ici" dans le journal "Sud-Ouest", a parfaitement raison :

Le "r" final de la graphie occitane ne se prononce pas.
variantes : pinhatar, piadar, piatar, pinadar, pinatar...

*Victor Hugo "eth medish" a écrit "les piñadas voilées par les rougeurs du couchant" [ALPES ET PYRÉNÉES]. Lui aussi pouvait se tromper...

Ce mot "pinhadar/pignada", en plus d’être important pour la Gascogne, dont le pignadà occupe près du tiers de la surface, est très intéressant.
Le Dr Lafitte a fait justement remarquer qu’il dérive de "pinhat" (petit pin) et non directement de "pin".
Il semble aussi que, contrairement aux mots de la liste "branar,tojar,tausiar,juncar...", il n’a pas donné de nom de famille, ce qui suggère une formation tardive du mot, peut-être quand sont apparues, au 19e siècle, des plantations de pin, donc, des espaces plantés de petits pins.

Ce mot appartiendrait donc à la dernière génération du gascon, et, curieusement (et peut-être que les deux faits sont liés), il est aussi un des mots gascons qui sont connus même par des non-gasconophones, qui en changent parfois le genre, hélas.

Anglet - Logo du Domaine du Pignada
Le Domaine du Pignada est un centre de vacances.
Rappel : un pignada (pinhadar en graphie occitane normalisée) est un bois de pins.


 

Grans de sau

  • Pinède. On trouve : pignada, pinada, piada...

  • Pinata ici en Ossau, sans "ñ" et avec un "t".
    Désigne des bois de pins à crochets en altitude, au-dessus de la hêtraie sapinière, près des pelouses et des rochers.
    Du coup les théories ci-dessus peuvent-elles s’appliquer, je ne sais pas.
    Si on l’avait importé récemment, on aurait pris la forme "douce" de la plaine avec "ñ" et "d" ou au moins un des deux à mon avis (le parler valléen a eu tendance à se "béarniser" ou se "gasconiser" avant de se franciser, tradition de capter des mots à la mode)
    Pour le côté "espace de petits pins", c’est généralement le cas de ces bosquets d’altitude qui ne montent pas très haut.

  • Révolution du nouvel adressage : "Pinadas" nomme une route.
    Par contre, le "Lieu Dit Aux Pinadas" risque de passer aux oubliettes puisqu’il sera sans doute identifié par un numéro.

    La liste des voies de Fauillet, qui faisait la part du lion aux lieux-dits, va être chamboulée !
    https://www.annuaire-mairie.fr/rue-fauillet.html


Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document