Albret néracais Esprit Bastide Gascogne médiane

Lavardac

- Tederic Merger


 

Grand Baron / Lo Gran Varon / Lou Gran Baroun

en graphie alibertine :

(lo) Varon
Prononcer "(lou) Barou(ng)". "varon" (prononcer entre "barou" et (...)

vath / vallée

Prononcer entre "bat" et "batch".


En allant vers Xaintrailles.
Le Petit Baron existe aussi, pas très loin...

Mon intime conviction est que presque tous ces toponymes gascons qui comportent le mot "Baron" sont en fait des "varons" (vallons).
Difficile à prouver. Voir cependant Saint Quentin de Baron qui a été "Sanctus Christophorus de Avaro (1339) et Auaron".

Ce "Grand Baron" de Lavardac est vraiment au bord d’un grand vallon, où coule le ruisseau "Coutan".
Pour le Petit Baron, la conformation du terrain est moins nettement en accord avec la signification "petit vallon".


 

Grans de sau

  • Dans les cas de "petit" et "grand", n’est-ce pas souvent la conséquence de la division d’une propriété ou de l’éparpillement d’une famille sur deux propriétés ?

  • Je suis d’accord avec Vincent, et par conséquent cela peut être un patronyme. Ma conviction est d’ailleurs que les microtoponymes Baron sont des chafres (surtout si c’est ’’le Baron’’) ou des patronymes.

    Deux remarques :
     Selon B. Boyrie-Fénié, (St Quentin de) Baron vient d’aballo ’’pomme’’ comme Avallon.
     Je n’ai pas trouvé varon ’’vallon’’ dans le FEW. Quelqu’un parmi vous a-t-il trouvé une attestation quelque part ?

  • Je caresse toujours l’hypothèse audacieuse varon dérivé de vath.
    Je viens encore de tomber sur un cas en Entre-deux-Mers à Castelvieil :
    Un lieu "Baron" et un lieu "Cabaron" à environ 1 km de distance (au sud-est, faire glisser la carte ci-dessous).
    Cassini écrit "Cavaron".
    Je suis enclin à y voir varon et cap varon (au bout du vallon).

  • Cavaron est un patronyme rare, dispersé mais qui a existé en Périgord. Cabaron : idem, sauf qu’on a une attestation en Gascogne (Boulogne/Gesse 1743).
    Mais pourquoi pas cap varon.

  • Berr- est une racine hydronymique préceltique selon la "Toponymie Générale de la France" d’Ernest Nègre, d’où les rivières dénommées la Berre. Et dans l’Aude en particulier, la Berre a pour affluent le Barrou.
    Mais les noms que vous citez n’ont qu’un R, donc ce n’est à priori pas l’explication.

    Mais aussi rien à voir avec notre Bayrou national : du latin varius, a donné vair en français, vairon en français et en òc, pour indiquer des couleurs variées. Pour notre François, on dira que son nom s’accorde avec ses cheveux poivre et sel, vu que sa ligne politique parait en équilibre stable.

    Vayres en Gironde serait le Varatedo de la Table de Peutinger.


Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document