- Tederic Merger

Graves & Cernès Pays negue Landes de Gascogne

Hostens

Panneau sur la piste cyclable Facture-Bazas


Décourageant : quand il y a un vrai "h" gascon, il est ignoré en français ("d’Habas"), quand c’est un faux (Hostens = Austen), il est respecté !

Rappel : il n’y a pas d’élision en français lorsque le "h" est considéré comme aspiré. Or si on considère que "haricot" a un "h" aspiré, pourquoi pas les noms gascons qui ont le "h" gascon remplaçant le "f" latin ?
Donc, il faudrait écrire et dire "de Habas" même dans une phrase française.

Mais, réflexion faite, dans le cas de ce panneau "Agglomération de Hostens", ce n’est peut-être pas le respect (injustifié) du "h" de la graphie officielle, mais le respect d’un formatage qui ne connait pas l’élision. Dans ce cas, on aurait aussi "Agglomération de Auch" par exemple.

De plus, pourquoi ce panneau "Agglomération" alors qu’il me semble qu’on arrive tout bonnement dans le bourg d’Hostens ?
Pas loin, il y a aussi un panneau avec "Bienvenuts au Pais Paropian" (donc tentative de bilingüisme que je trouve peu efficace, si elle est méritoire). J’y reviendrai avec photo à l’appui.


 

Grans de sau

  • Les défenseurs du francique (la langue germanique parlée notamment au Luxembourg et en Lorraine thioise) s’insurgent aussi contre le non-respect du h aspiré (je ne sais pas pourquoi ils disent "expiré") pour leurs noms qui en comportent un, même dans un contexte français, et à rebours de la règle du français lui même !

    Citation :
    « Le « h » muet usurpant le « h » expiré conduit tant à l’écrit qu’à l’oral à des erreurs cumulées, notamment des liaisons inadéquates et des oublis de lettres. Alors pourquoi certains enseignants n’exigent-ils pas systématiquement la prononciation du « h » expiré ? Sont-ils prêts à laisser faire une erreur phonétique grave pourvu que la prononciation des enfants s’aseptise, contribuant ainsi à la macdonaldisation du français ? Tout cela conduit inexorablement et parallèlement à l’extirpation de l’accent mosellan ainsi qu’à l’appauvrissement de la prononciation du français. Pauvres timorés de la langue que nous sommes !

    Dans le même registre, consultez certains bulletins municipaux de communes mosellanes dont le nom commence par la lettre « H ». L’initiale de toutes ces communes est un « H » expiré , etymologiquement (du grec « etumos » = vrai ! ) le plus souvent issu de la langue francique. Ecrire (ou dire) « la commune d’Hayange » , « les joueurs d’Hunting » ou « l’usine d’Hambach » est dans ces trois cas une grave erreur de français. »

    http://francique.eklablog.com/la-lettre-h-ou-les-militants-du-francique-au-secours-de-la-langue-fran-a108743450

    Nous concernant, écrire "d’Habas", "d’Hourcade" ou "d’Hestivòc" est la même hérésie, même en français, qui n’écrit pas normalement "la soupe d’haricots".
    Exception : les quelques contrées gasconnes où le h est devenu muet au sens français. Le Tonneinquais semble dans ce cas ("l’het" pour lo het/le feu).

  • C’est l’inverse, on se demande pourquoi on dit aspiré. Mettez votre main de devant la bouche en disant hemne, hilh, haou etc... et vous verrez si l’air est expiré ou aspiré. Essayez d’ailleurs de prononcer le H gascon, anglais ou allemand en aspirant...pour voir.
    Donc, le H est bien EXPIRE et pas aspiré !


Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document