- Vincent P.

Còr de Bearn Pyrénées

Oloron-Sainte-Marie / Auloron-Senta-Maria

Saint-Pée-d’Oloron / Sent Pèr d'Auloron / Sen Pè d'Aoulorou

en graphie alibertine :

Sempèr + Sent Pèr
Prononcer "Sempè".

Pèir, Pèr Pèira / Peÿ / Pierre

Pèir Berland defenot la libertat de Bordèu !

Dérivés :

Dérivés ou variantes [Alis-Aiguillon] : Peyre Peyroton Peychot

Futurs parents amoureux de Bordeaux et de sa région, vous souhaitez que votre fils s’attache lui aussi à ce pays et défende ses couleurs...
Appelez-le Pey ou Pèir* !
C’est "Pierre" en gascon de la région de Bordeaux.
C’est le prénom de Pey Berland, homme d’Etat, homme du peuple, homme de coeur et homme de religion, qui a défendu la liberté de Bordeaux contre le roi de France.

*"Pèir" est la graphie occitane normalisée de "Pey".
Il s’agit d’un seul et unique prénom qui se prononce " Pèÿ ".

La forme "Pey" est plus connue, et attestée officiellement. Vous n’aurez aucune difficulté à la faire enregistrer par l’Etat Civil : sinon, il devrait suffire d’invoquer Pey Berland et les multiples "Saint Pey" de la région...

La forme graphique Pèir, plus moderne et audacieuse, est moins évidente à prononcer pour la majorité des gens.
Il vous faudra donc faire, si vous la choisissez, l’effort pédagogique pour qu’ils ne prononcent pas "Pèrr"...

Pèir est la version nord-gasconne (en gros, département de la Gironde nord du département des Landes) de "Pèr" (ne pas prononcer le "r") qu’on trouve dans le reste de la Gascogne (voir les multiples "Saint Pé...").

A noter pour finir : le gascon permet une forme féminine différente du masculin, "Pèira", à prononcer entre "Pèïre" et "Pèïro". Profitons-en ?-)

Auloron
Prononcer "Aoulourou".



 

Grans de sau

  • Que cau díser aqueste "Pée" dab ua "e" finau qu’ei la notacion biarnesa entau "r" mut de "Pèr".
    E pas ua marca de feminin. Aquò sia dit entaus novicis...
    Le "e" de "Pée" est bien la marque du "r" final muet de "Pèr", notation propre surtout au Béarn. Certains pourraient croire que c’est une marque du féminin, et s’étonner que ce ne soit pas "Sainte-Pée" (on ne sait jamais...)

  • Le livre "Biarnoko Euskualdunak" (qui a l’air passionnant mais je ne sais pas lire le basque) nous apprend que Saint-Pée de-Haut et Saint-Pée-de-Bas se disaient en basque "Senpe Gaina" et "Senpe Pea". "Sanpe" également.

    Il y avait au contact d’Esquiule des maisons bascophones à Saint-Pée, dans le bois de Bervielle, qui se dit Berbila en basque.

    L’une de ces maisons est la maison Bayerque, qui semble un nom gascon, dite Baierka en basque.

    On peut donc remarquer que sur nombre d’emprunts au gascon, le basque a gardé la finale -a, là où le gascon local dit -o ou -e (c’est aussi le cas à Bardos dans un contexte bilingue).

  • Vous remarquerez page 16 du pdf que l’auteur analyse aussi le gascon des locuteurs basques de la région.

    Remarquez que même au contact du Barétous, on dit aléatoirement "lou cami" et "e cami", autrement dit ces populations basques ont appris le gascon sur les foires, pas nécessairement le gascon barétounais.

    On trouve vers Barcus des erreurs assez amusantes comme "lou maïzou". La difficulté des basques avec les genres en gascon est un trait comique connu des conteurs béarnais.


Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document