Pays de Buch Landes de Gascogne

Gujan-Mestras


 

Port de Larros / Pòrt de Larròs

en graphie alibertine :

Larròs
Nom de lieu "hypergascon", qu’on retrouve en quantité limitée, mais aux quatre (...)


[Photo de Vincent.P - merci à lui !]

Le plus important des sept ports de Gujan-Mestras. J’ai habité à côté pendant plusieurs mois.
[David Escarpit]

"Larros" (j’ai rajouté l’"r" manquant), est un nom très gascon, mais difficile à interpréter (L’arros ?).

Voir Larros sur "Discover Gascony"

[Tederic]


 

Grans de sau

  • Aujourd’hui plein de parigots, bientôt nous serons obligés de prononcer larroooo,quel dommage !!! et en plus c’est toute la côte qu’ils ont envahis quel malheur !!!

  • C’est comme ça, l’époque est au tumulte, aux déplacements de population massifs, du jamais vu depuis les migrations celtes ;).
    C’est pour cette raison que si nous voulons sauver quelque chose, il faut le faire dans les 10 années qui viennent, surtout tenir un discours très simple axé sur la seule Gascogne, avec quelques idées totémiques (Vasconie romanisée, esprit Sud-Ouest, ...).
    Je crois que face à la déliquescence du sentiment régional, l’Occitanie doit être abandonnée comme un projet trop abstrait et qui ne développe plus aujourd’hui qu’une vague sensation de "Midi" avé l’acceng.
    Les Occitans sont en train de diffuser une trop grande confusion, dont la pire de toute est la midi-pyrénéïsation.

    Une telle stratégie vasconne peut réussir, j’en suis persuadé, nous possédons tout l’attirail identitaire (graphique, sentimental, musical, historique, ...), il ne reste qu’à trouver à l’articuler.
    Il n’y a qu’à voir tous ces gens qui s’installent au Pays Basque et se disent "basques" après quelques années.
    C’est la stratégie basque côtière.
    Il y a aussi la stratégie basque de l’intérieur : on ne vend pas les terres, on reste entre nous, ...
    Bon, qui en veut de ça ?
    De toute manière ça ne se décrète pas (mais il y en a des restes : tout le monde s’accorde à dire qu’il est difficile de s’intégrer dans le Sud-Ouest, nous fourmillons tous d’exemples).

    Reste que je connais mal le tissu associatif : quelle association est en mesure d’une part de mettre fin à l’occitanisme, d’autre part de développer un tel discours ?

  • Se bolet minya ustris de leus bounes, é pa brigue ca, que caou ana alahore. Eméy qu’eus un broy indreut, lou sou couan arraye.

  • Sur le dilemne "Larros" ou "L’Arros" :
    Il existe "Les Arros" à Soulac, en tout cas sur la carte de l’IGN (pas sur celle de Cassini ni sur les Minutes d’Etat major).

  • En fait, nous aurions besoin pour nombre de départements gascons d’un dictionnaire topographique, comme celui de Paul Raymond sur les "Basses-Pyrénées", à savoir le recensement des lieux-dits et de leur évolution au fil du temps.
    Je ne comprends pas que plus d’un siècle après ces premiers travaux, on n’ait mis aucun étudiant sur la question...
    Je crois que la recherche historique et linguistique régionale est au point mort, complètement bouffée par la sociolinguistique ...

    Pour ce qui est de Larros, il existe également un lieu-dit Larros à Ludon-Médoc, qui fait partie d’une série médoquine sous-étudiée.


Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document