Benauge Entre-deux-Mers

Bellebat


 

Dubert

en graphie alibertine :

Deuvèrn
Le "n" après le "r" ne se prononçant pas très fort en gascon, on a pu (...)

vèrn / vergne, aulne

Prononcer "bèrn".
Viendrait du gaulois "vernos".
dérivés :
Vernet, verneda, vernhet, vernheda
= aulnaie
Le masculin "vernet" désigne un bois plus petit que le féminin :
vernhet < vernheda
(explication de L. Vernhet)
Le "vèrn" était autrefois planté en bord de rivière pour bien le tenir par ses racines.
Et de son bois, on faisait des "esclòps " (d’où l’expression "arbre aux sabots").
"bois léger et imputrescible, il servit à confectionner jougs de boeuf et esclops. Avec l’écorce, on peut faire de la teinture brun-oranger et avec le bois un chauffage qui laisse très peu de cendres". [Guy Suire]

"Bois rouge, arbre de 25 à 30 m. Bois recherché en menuiserie, ébénisterie. Ecorce utilisée en décoctions contre l’angine et pharyngites."
[Gilles Granereau]

On peut faire l’hypothèse d’un patronyme, bien qu’aucune attestation ne soit trouvée en Entre-deux-Mers.
Quant à l’interprétation de Dubert par le gascon Deuvèrn, elle est hypothétique, mais les Dubert limousins sont encore plus loin géographiquement !


 

Un gran de sau ?

(connexion facultative)

  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document